Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

L'Iran souhaite acheter le phosphate algérien

Les réserves de phosphate de l’Algérie sont estimées à près de deux milliards de tonnes. Sa production annuelle est estimée à 1,5 millions de tonnes.

 

L'ambassadeur d'Iran à Alger, Reda Amiri, a fait part jeudi à Alger, lors d'un entretien avec le ministre de l'Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, du souhait de son pays d'acheter le phosphate algérien, a indiqué un communiqué du ministère de l'Industrie et des Mines.

M. Amiri "a affiché le souhait de l'Iran, grand importateur de phosphate, d'acheter cette matière première directement à partir de l'Algérie", note la même source. M. Yousfi s'est dit favorable à cette proposition, invitant les entreprises dans les deux pays à engager des discussions afin d'arriver à des accords permettant l'exportation du phosphate algérien vers l'Iran.

Les réserves de phosphate de l’Algérie sont estimées à près de deux milliards de tonnes. "  En explorant davantage, nous sommes persuadés que nous découvrirons que les réserves sont beaucoup plus importantes ", avait affirmé M. Yousfi en novembre dernier au magazine algérien Oil &Gas Business (OGB).

Selon lui,  l’Algérie produit un million, voire un million et demi de tonnes par an de phosphate. Toutefois, dans le cadre des nouveaux projets en cours d’élaboration, l’Algérie projette de multiplier par dix cette production. " Nous projetons de produire au minimum dix à douze millions de tonnes/an ", a-t-il affirmé en précisant que « le phosphate est destiné à être traité, puis enrichi, et, sera transformé en acide phosphorique ».


Évaluer cet élément
(8 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Je le redit sur votre site, que j'apprécie.

    Pour éviter les problèmes très graves de pollution de l'usine Tunisienne, voilà ce que je propose dans l'intérêt général et pour protéger la santé de nos compatriotes qui habitent à proximité du complexe qui sera construit et pour protéger efficacement l'environnement et tirer le maximum de profits pour notre pays.

    Il ne faut pas foncer tête baisser directement, en attaquant le minerai avec de l'acide sulfurique. NON et 1000 fois NON, car l'acide sulfurique dissout plusieurs constituants du minerais.Et là ça devient très compliqué. Et les rejets sont très polluants comme à Gabes en Tunisie.

    Alors, voilà ce que je suggère.


    le procédé industriel le plus récent pour fabriquer l'acide phosphorique par voie
    humide consiste a attaquer le minerai de phosphate , non pas directement avec
    de l'acide sulfurique qui dissout trop de choses, mais avec de l'acide
    phosphorique dilué (30%). Il se forme du phosphate monocalcique
    soluble dans l'eau. Cette solution est séparée des impuretés solides par
    décantation.Ce qui est très économique et très simple.

    Le solution aqueuse dluée de phosphate monocalcique est relativement propre car
    l'acide phosphorique ne dissout pas tous les autres constituants du minerai.

    La solution diluée et claire de phosphate monocalcique est alors traitée avec de la
    quantité stoechiométrique d'acide sulfurique ce qui entraine la précipitation du
    sulfate de calcium CaSO4. et la libération d"'acide ortho phosphorique H3PO4
    l'acide phosphorique dilué est séparé par décantation des sulfates précipités, une
    partie de la solution d'acide phosphorique est recyclée indéfiniment en attaquant les nouvelles charges de minerai et l'autre partie de l'acide phosphorique restante est envoyée a la concentration en P2O5.

    La technologie a fait beaucoup de progrés. La purification de cet acide phosphorique ainsi obtenu, qui contient toujpours des impuretés en très faible quantité, peut être encore purifié par membrane de nanofiltration. L'acide phosphorique ainsi obtenu est vraiment très pur. Il est ainsi utilisé directement dans l'industrie pharmaceutique et alimentaire.

    Je m'arrête là, car c'est trop long et cette espace ne suffit pas pour tout évoquer.
    J'espère de tout cœur, que ce que je viens de communiquer servira dans l'intérêt général et pour le bien de notre pays.

    Quand on arrive à ce stade de purification de l'acide phosphorique,
    les profits se chiffrent en dizaines de milliards de dollars (150 milliards de dollars), pour une production de 20 millions de tonnes par an.

    Rapporter Simply lundi 8 janvier 2018 22:25
  • L'Iran cherche à acheter LE phosphate Algérien ou DU phosphate Algérien ?

    Rapporter De Omni vendredi 5 janvier 2018 13:19
  • cela fait 50 ans que tout le monde sait que nos reserves de phosphates sont immenses ,y compris les Iraniens .
    si nous n'arrivons pas à le mettre sur le marché ,comme les voisins ,c'est qu'il y a un probleme qu'il faut s'atteler à trouver .ce n'est pas un echange de politesses entre un ministre (qui n'y comprend rien ) ,et un ambassadeur de mollah pret à nous replonger dans les horreurs de 1992 qui nous apporteront quelque chose de positif .c'est vraiment du n'importe quoi

    Rapporter not ok vendredi 5 janvier 2018 11:01
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...