Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   El Kadi Ihsane
  • mardi 19 décembre 2017 17:42

2017, annus horribilis pour Issad Rebrab et Cevital

Impasse en Italie dans le projet sidérurgique, blocage à Bejaia du projet trituration, incendie industrielle, l’année 2017 surclasse une année 2016 déjà jonchée de mésaventures. 

 

Le début ce mois de décembre de la procédure de résiliation par le gouvernement italien du contrat de reprise des aciéries de Piombino par le groupe Cevital en 2014 clôture une année 2017 « horrible » pour son PDG Issad Rebrab. En attendant les résultats d’une procédure en justice qui promet d’être longue et couteuse, Cevital risque de perdre tout ou partie de l’investissement initial en 2014-2015 à Piombino supérieur à 100 millions d’euros.

L’année est marquée par d’autres péripéties préjudiciables pour le développement du premier groupe privé algérien. La plus importante provient de la perpétuation du blocage au port de Bejaia des opérations de débarquement des équipements destinées au projet de trituration des graines oléagineuses. Enfin, l’important incendie sur le site du complexe de raffinerie du sucre dans la nuit du 19 au 20 octobre dernier a accentué le sentiment d’une année maudite, même si l’activité productive est redevenue quasi normale dans les semaines suivantes, les principaux dégâts ayant affectés un hangar de stockage.

Ce tableau plutôt sombre des évènements contraires dans le développement de Cevital en Algérie et à l’international interpelle les analystes. Il survient après une année 2016 marquée déjà par l’avortement d’une acquisition, certes non stratégique, dans l’industrie des médias (groupe El Khabar) et par le quasi arrêt de la filiale Hyundai Algérie de distribution automobile, suite dans les deux cas à des arbitrages gouvernementaux délibérément hostiles aux intérêts de Cevital. Si l’on devait ajouter le maquis procédurier lancé depuis 18 mois par la banque d’Algérie contre le président du groupe au titre « d’infractions à la législation des changes » pour des vices de forme dans des opérations rapatriement de devises,  les nuages  gagnent un peu plus en noirceur dans le ciel du groupe.  

Un harcèlement mais  peut-être aussi des erreurs  

Les évènements contraires dans le déploiement des plans de croissance de Cevital sont le fruit d’une action politique ouvertement hostile du pouvoir algérien. L’une des situations qui l’illustrent le plus est celle du traitement avantageux fait à l’investissement du groupe Kouninef disposant de deux parcelles de 16,5 ha au total, dans l’enceinte du port de Djendjen pour y implanter une activité de trituration des graines oléagineuses  concurrente de celle de Cevital à Bejaia avalisé par l’ANDI plusieurs années auparavant.

L’attribution de l’activité assemblage de la marque Hyundai au groupe Tahkout par le ministre de l’industrie Abdeslam Bouchouareb au détriment du concessionnaire historique Hyundai en Algérie est une autre illustration du parti pris des gouvernements successifs, de même la procédure en annulation de l’acquisition de l’achat du groupe média El Khabar.

Cependant des experts financiers et banquiers d’affaires, évoquent des erreurs d’appréciation dans les décisions d’investissement du groupe. L’acquisition du complexe des aciers spéciaux de Piombino n’aurait pas été entourée de suffisamment de précautions pour pouvoir tenir l’engagement d’investir 400 millions d’euros en deux ans pour la relance de l’activité. «Issad Rebrab a bénéficié dans les opérations françaises de Brandt et de Oxxo d’un accompagnement de l’Etat Français à travers le fonds de résistance industrielle, qui a aidé Cevital à supporter le risque de l’investissement »,  rappelle une des analystes de la transaction portée en 2014 par le cabinet PWC. Il n’aurait pas insisté pour obtenir un accompagnement similaire dans le cas italien. Certes la banque d’Algérie a de son côté bloqué des exportations des devises de Cevital qui aurait été utile pour obtenir en 2016-2017 un répit plus long dans sa négociation pour trouver des solutions de financement des investissements sur le site de Piombino, notamment dans le plan de cession partielle à l’indien Jindal. En outre, la synergie industrielle à créer sur l’activité de Piombino avec l’amont brésilien (minerai de fer) et l’aval algérien et méditerranéen a été moins évidente à mettre en place que dans, par exemple, le cas de Brandt avec le site industriel de Sétif. « Une difficulté prévisible des avant la transaction de 2014 » selon la même source. 

Une stratégie de l’apaisement qui ne paye toujours pas 

L’Annus Horribilis 2017 de Issad Rebrab correspond à sa deuxième année de changement de stratégie de communication. Sur les conseils de Publicis, le PDG du groupe a limité ses prises de parole publiques depuis deux ans, les concentrant sur les réalisations en Algérie et les projets de développement de Cevital à l’international.

Il a tenté de montrer qu’un modèle exportateur algérien hors hydrocarbures était possible, notamment en s’appuyant sur l’acquisition d’actifs à l’étranger avec leur brevets et leurs réseaux commerciaux. Il a éliminé de sa communication le discours sur les chicanes de l’administration et sur la mauvaise orientation du climat des affaires en Algérie préjudiciable à ses affaires et à celles d’une grande partie de ses confrères chefs d’entreprise en particulier non adoubés par le clan Bouteflika.

Cevital a, il est vrai pendant ce temps, largement continué à se développer dans les différentes filières du groupe et le PDG a marqué les esprits en novembre 2016 en inaugurant la deuxième ligne de verre à plat de MFG à Larba près d’Alger. Il a évité de parler en public du harcèlement de la banque d’Algérie, des faveurs octroyées au groupe Kouninef alors que lui même  est bloqué sur le même segment d’activité, de même qu’il a choisi de rapidement passer à autre chose dans l’affaire d’El Khabar après une décision de justice contraire.

Cette stratégie de l’apaisement dans la communication publique du chairman de Cevital n’a pas réussi à réduire l’agressivité du pouvoir politique vis à vis de ses plans de développement. Elle pourrait être interrogée en 2018 à l’amorce d’une année pré-électorale ou les enjeux de continuité du système Bouteflika sont sur la table. Certains observateurs estiment que Issad Rebrab pourrait être plus utile à son groupe mais aussi à la promotion du climat des affaires en Algérie, en se dégageant progressivement de l’administration stratégique de Cevital. Il endosserait plus amplement une mission d’ambassadeur de la promotion de son modèle d’affaires, basé essentiellement sur la performance de marché en Algérie et dans le monde et très accessoirement sur la commande publique. Exactement l’inverse du modèle du groupe Haddad et du groupe Kouninef, les deux grands bénéficiaires des années Bouteflika.    

 

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(16 Votes)

Laissez un commentaire



11 Commentaires

  • Ils dirigent ce pays comme une leur épicerie privée, et le pire, c'est que les gens votent encore pour eux... Tantôt c'est FLN-RND, puis RND-FLN....et cela va durer jusqu'à la faillite totale
    Drôle de peuple, vraiment.

    Rapporter sam24 mercredi 3 janvier 2018 11:49
  • Vous êtes à côté de la plaque pour le cas de Hyundai. Le gouvernement n"a probablement rien à voir avec l'attribution de l'usine à Tahkout. Il rst bizarre que ausdi compétent que vous semblez en économie vous pensez qu'un groupe international comme Hyundai va se plier à un choix économique basé sur la préférence d'une administration étatique. Il est plus simple de rapprocher le choix de Hyundai du fait qu'ils se sont chamailles avec Rabrab déjà dans l'affaire Samsung dans laquelle il avait plaqué cette firme pour se tourner vers Brandt. Les coréens sont solidaires entre eux.

    Rapporter Kahoui jeudi 21 décembre 2017 08:45
  • Pour Rachid
    C'est durant les annees 70 que les bulles ont commence mzis pas en 80 comme si vouliez dire que tous les cauchemards ont cimmence avec Chadli.

    Rapporter hrire jeudi 21 décembre 2017 08:32
  • Pour Prince
    Juste Rebrab des choses qui peuvent passer inapercues avec Tahkout couvert
    Jusqu'a la derniere c'etait une usine Saipa a Tiaret et comme par miracle ce sont les Coreens qui se sont installes

    Rapporter hrire jeudi 21 décembre 2017 08:27
  • Pour le ckan au pouvoir pas question d'un Berlusconi en Algerie.Les seules tetes pensantes sont les siennes et les competents comme Rebrab n'ont aucune place meme en creant de milliers d'emplois et en soulageant une grande partie de xes jeines jetes au chomage.Le seul pays au monde mis dans une situarion delicate et refuse et bloque nargue toute une population.Ce qu'ils ont fait avec Derouaz,Raouraoua est une illustration

    Rapporter hrure jeudi 21 décembre 2017 08:17
  • Merci de rappeler tout ça Kadi ihsen . Ya beaucoup de jaloux on dirait. Ma3lich; que c jaloux se réjouissent ,rebrab va se reposer il a de l'argent pour sa descendance et toutes les descendances futures pour des siècles!! N'ayez pas peur pour lui ( pour ceux qui l'aiment) ayez peur pour le pays,gouverné par des invompetrnts jaloux: ils avaient enasucre ils ont fait faillite,ils avaient encg huile ils ont fermé et vendu à...,ils avaient enaver ils ont échoué....et lui réussit,c ça qui les fait chier. Quant à planter betterave ,c'était du temps des stratèges boum le grznd prévue à miliana avec usine enasucre,des apprentis après boum ont tout détruit,. Au lieu de reprocher à rebrab de oas planter betterave ,pourquoi on n'a pas orienté la belle vers ça ou kouninef,au lieu de leur donner 3 usines de sucre pour casser cevital??

    Rapporter Mobencous jeudi 21 décembre 2017 04:07
  • Les incendies et cevital c'est une longue histoire c'est le 5eme incebdie.... sinon hyundai, ils avaient pzrdu la carte du heavy tt comme celle de volvo tp donc possible que cest hyundai qui ne voulait plus de HMA qui est .tres tres tres mal geree par omar rabrab au point ou elle fait bcp de decroissance quand le marche automobile explosait.

    Rapporter Mms mercredi 20 décembre 2017 21:28
  • vous mentez ouvertement, tout le monde peut revoir l'interview de Rebrab sur youtube ou il indique que c'est lui qui a refusé de signer avec hyundai car il n'acceptait pas ces conditions, mentir n'est pas acceptable, une plainte en diffamation vous obligera à expliquer le but de vos mensonges et le montant de qui vous a été versé pour désinformer, en attendant Rebrab refuse toujours de produire de la betterave en algerie qui pourtant ne consomme que très peu d'eau et n'appauvrit pas les sols lui préférant l'importation afin de surfacturer par l'intermédiaire de sa fille installé en France, la encore vous gardez le silence, vous êtes donc bien corrompu

    Rapporter Prince mercredi 20 décembre 2017 13:10
  • Plutôt que d'avoir une "vision victimisée" de "cet homme d'affaire ?" ,il faut s'intéresser à sa biographie.
    Mr Rebrab a fondé une série de "bulles économiques" ......en débutant sur un marché spéculatif à Annaba à la fin des années 80.
    Je suis persuadé,qu'il a continué le reste de ces affaires dans ce climat d'opportunisme et spéculatif.
    Il commence à en payer le prix : c'est la descente aux enfers.

    Rapporter Rachid mercredi 20 décembre 2017 10:56
  • Le grand perdant dans tous ça s'est l'Algérie. Au lieu d'avoir une croissance économique à 2chiffres les algériens se que elles de savoir si c'est l'oeuf qui est apparu le 1er ou la poule, en attendant de résoudre cette existentielle question pour les algériens on continue à vouloir se suicider ou que la" divine poule"nous sauvés de nous-mêmes.
    A bon entendue salut.

    Rapporter Benali mercredi 20 décembre 2017 09:05
  • Rabrab s'est mis à dos la mafia politico-financière dont feu le président Boudiaf a parlé .

    Rapporter Genzeric mardi 19 décembre 2017 19:22
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie :Ouyahia et Yousfi recoivent les responsables des groupes SEAT et Sovac

La vente des premières SEAT IBIZA qui a commencé il y a quelques jours a vu un grand engouement de la part des Algériens au niveau des showroom des concessionnaires.

CPP : De quoi la maltraitance de Ouyahia par Bouteflika est-elle le nom ?

Le CPP de RadioM n’a pas boudé les thèmes forts de la semaine politique. Surprise, il a été beaucoup question du DRS.

Partenariat Public-Privé, Intégration avec la Tunisie, l’avenir comme ligne rouge présidentielle

  La chronique économique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan traite des sujets brulants de l’actualité sous l’angle de la trajectoire stratégique. Le verrou politique borne l’horizon au plus près.