Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   De notre envoyé spécial à Oran, Ahmed Gasmia
  • samedi 16 décembre 2017 09:52

Algérie: Ouyahia et Haddad signeront une charte de partenariat public-privé en janvier

La signature de cette charte sera une autre action rapprochant davantage le gouvernement Ouyahia du FCE, après l’université d’été de l’organisation patronale tenue en septembre dernier et qui a été marquée par la participation du Premier ministre mais aussi un certain nombre de ministres.

 

Le Forum des  chefs d’entreprise (FCE) signera le 23 janvier prochain  avec le gouvernement une charte relative au partenariat public-privé, nous a révélé, ce samedi, une source proche de l’organisation patronale, en marge  de la deuxième édition de l’événement « Oran Silicon valley algérienne ».

La charte en question sera signée par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia et le président du FCE, Ali Haddad. « La charte du partenariat public-privé sera surtout un pacte moral entre le gouvernement algérien et le FCE qui garantira aux entreprises des secteurs public et privé la possibilité d’entrer en partenariat sans craindre de faire face à cette espèce d’obstacle psychologique qui les empêche souvent d’aller de l’avant ensemble », explique notre source. Elle ajoutera que « ce document est surtout une garantie pour les entreprises publiques qui hésitent, pour de multiples raisons,  à entrer en partenariat avec les entreprises du secteur privé ».

La charte qui devrait être signée par le FCE et le gouvernement « n’a pas pour vocation d’obliger les entreprises publiques à privilégier le partenariat avec les opérateurs privés, mais entend plutôt  leur assurer une sorte de couverture gouvernementale les encourageant à aller de l’avant sans hésiter, lorsqu’une entreprise privée leur semble être un partenaire intéressant ».

La signature de cette charte sera une autre action rapprochant davantage le gouvernement Ouyahia du FCE, après l’université d’été de l’organisation patronale tenue en septembre dernier et qui a été marquée par la participation du Premier ministre mais aussi un certain nombre de ministres.

Notre source ajoute, en outre, que « le FCE développe désormais une vision sectorielle à travers l’organisation de salons thématiques, tels que celui du bâtiment prévu le 18 décembre courant et qui sera, d’ailleurs, suivi par un autre salon dédié au secteur de l’énergie ».

L’événement « Oran Silicon valley algérienne » qui se tient, aujourd’hui à Oran regroupe des dizaines d’opérateurs et de startups spécialisées dans le secteur des nouvelles technologies. 


Évaluer cet élément
(10 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • مسك غريق بغريق

    Rapporter Maghreb samedi 16 décembre 2017 17:50
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...