Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 14 Décembre 2017

  •   Karim Sabeur
  • mercredi 22 novembre 2017 18:17

"L’Algérie résiste mieux que les autres pays africains à la crise pétrolière" (rapport)

Il est prévu que la situation soit moins inconfortable pour l’Algérie, dans les mois à venir.

 

En plus de l’Algérie, l’Arabie Saoudite mais aussi l’Iran et d’autres pays, 11 au total, sont menacés, à divers degrés, par la crise du marché du pétrole.

Parmi les 11 pays touchés, les pays africains souffrent particulièrement de cette situation. Des pays comme l’Angola, le Gabon, le Congo et la Guinée équatoriale dont l’économie dépend à 90% de la manne pétrolière.

En deux ans, la chute des prix conduit certains parmi eux à faire appel aux institutions de Bretton Woods pour résister, selon Ecofin. D’autres, comme le Nigéria, sombrent dans la récession économique. Parmi les 11 pays touchés, figurent aussi l’Angola, le Gabon, le Congo et la Guinée équatoriale dont l’économie dépend à 90% de la manne pétrolière.

Selon un rapport de l’agence Ecofin, « l’Algérie est  touchée mais pas coulée. Selon la même source, même si le pétrole représente 98% des exportations du pays « il apparaît aujourd’hui que l’Algérie a mieux résisté que les deux premiers producteurs africains » même si les difficultés engendrées par la chute des prix du pétrole pour son économie sont considérables. Sur un autre chapitre, il est indiqué que les investissements dans le secteur pétrolier ont drastiquement reculé depuis 2014.

Ce problème existait déjà plus de trois ans avant la chute des prix en raison d’un cadre juridique très restrictif. Le gouvernement s’attache à lever cette contrainte en révisant la loi sur les hydrocarbures car actuellement, les investisseurs rechignent à injecter des capitaux dans le secteur ayant pour conséquence une stagnation de la production et une forte chute des recettes publiques.

Pour y faire face, Sonatrach a lancé un vaste programme pour attirer des investissements dans l’exploitation du pétrole pour que le pays devienne un hub énergétique mondial.

Le gouvernement pourrait même augmenter les recettes d’hydrocarbures pour les porter à 60 milliards de dollars car face à la persistance de la faiblesse des prix du pétrole, le pays ne récolte que 34 milliards de dollars : moins de la moitié des recettes de 2014 qui étaient de 70 milliards de dollars. Il est prévu que la situation soit moins inconfortable pour l’Algérie, dans les mois à venir, et avec un prix du baril compris entre 50 et 55 dollars, le bénéfice des ventes au 31 décembre devrait se situer entre 30 et 32 milliards de dollars.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Oui, on peut considérer que "l'Algérie est touchée mais pas coulée" par la chute du prix du baril. A voir la solution envisagée - la hausse de la production pétrolière par l'encouragement des investissements étrangers - on peut dire dire aussi que l'Algérie se rétablirait de son addiction au pétrole mais n'en guérirait pas définitivement dans un avenir pas trop lointain.

    Rapporter Slimane Azayri mercredi 22 novembre 2017 19:17
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Retour au calme à Bouira, reprise de la protestation à Bejaia

Un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé dans les quatre coins de la ville de Bouira pour éviter tout dérapage.

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.