Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 14 Décembre 2017

  •   Ahmed Bounour
  • lundi 20 novembre 2017 15:31

Algérie : Le déficit commercial baisse à 9,5 milliards de dollars (douanes)

 

 

Les exportations hors hydrocarbures ont atteint 1,49 milliards de dollars progressant de 3,4% par rapport à la même période en 2016.

 

Au cours des dix premiers mois de l’année 2017, le déficit commercial de l'Algérie a reculé à 9,5 milliards de dollars, contre un déficit de 14,4 milliards de dollars sur la même période de 2016. C’est ce qu’a révélé, aujourd’hui à l’APS,  la direction des douanes algériennes.

Le Centre national de l'Informatique et des Statistiques des Douanes (Cnis) fait état d’un recul du déficit de 34%  précisant que les exportations ont  augmenté à 28,67 milliards de dollars de janvier à octobre derniers contre 24,5 milliards de dollars sur la même période de 2016 (+17,1%), en hausse de près de 4,2 milliards de dollars.

Parallèlement, les importationsont baissé de 1,8% pour atteindre les 38,18 milliards de dollars contre 38,88 milliards de dollars, ce qui représente un recul de 700 millions de dollars.

Les hydrocarbures continuent de représenter l'essentiel des exportations  du pays avec un taux de 94,8% par rapport à l’ensemble des exportations et avec un montant global de 27,18 milliards de dollars sur les dix premiers mois de l’année contre 23,04 milliards de dollars, soit une hausse de 4,14 milliards de dollars et de 18%.

Les exportations hors hydrocarbures ont atteint 1,49 milliards de dollars progressant de 3,4% par rapport à la même période en 2016.

Les douanes indiquent, en outre, que les importations des carburants et des produits alimentaires ont particulièrement augmenté cette année.

Les produits alimentaires ont été importés pour 7,12 milliards de dollars contre 6,81 milliards de dollars sur la même période de 2016 (+4,5%), les demi-produits pour 9,07 milliards de dollars contre 8,86 milliards de dollars (+2,4%), les produits énergie et lubrifiants (carburants notamment) pour 1,5 milliards de dollars contre 1,03 milliards de dollars (+44,06%) et les biens d'équipement agricoles pour 508 millions de dollars contre 403 millions de dollars (+26,05%).

 

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



6 Commentaires

  • @Mokrane,
    Je ne répondrais pas sur la même rhétorique verbale tirée de votre petit dictionnaire anti-Maroc avec toujours les mêmes mots,Haschisch,pétard....ça m'a fait bien rire moi qui n'ai jamais fumé.
    Plus sérieusement,vous faîtes des comparaisons complètement farfelues.Les réserves de change représentent apparemment pour vous l'alpha et l'oméga de votre pensée économique.
    1)L'Algérie,un des seuls pays au monde qui paie presque entièrement ses importations avec les réserves de change...Une honte.
    On dirait que le pays est géré comme une épicerie:je t'achète des biens,je te paie en liquide....
    La vérité est que la politique suivie en Algérie est un échec cuisant et que le résultat est le suivant:
    -mise en route de la planche à billets(de la fausse monnaie sans aucune contrepartie productive)
    -inflation galopante
    -siphonnage de dizaines de milliards de dollars du Fonds de Régulation des Recettes(soit dit en passant,cela devait être une épargne pour les générations futures)
    -perte de plus de 100 milliards de dollars en 3 ans de ces mêmes réserves de change.
    Un désastre économique et financier que vous semblez apprécier.
    2)Savez-vous que ce niveau de réserves de change que vous énoncez pour le Maroc est le plus élevé qu'ait connu le Maroc depuis 1956!
    Le pays a-t-il fait faillite?Certainement pas.
    A-t-il recours à la planche à billets parce que son gouvernement a siphonné l'ensemble de son"épargne"?Non plus.
    3)Vous comparez ensuite des niveaux de dettes.
    Là aussi,quelle est le ratio de la dette par habitant en France,aux USA ou au Japon?
    Ces pays sont-ils pauvres?Je ne pense pas.
    Il y a de la bonne dette,celle qui permet d'investir et entraîner l'investissement,un cercle vertueux en somme.
    L'Algérie n'a qu'une très faible dette extérieure mais quid de sa dette intérieure?
    Ouyahia,obligé de pays les entreprises avec la fausse monnaie de la planche à billets.
    On comprend pourquoi le gouvernement algérien ne veut pas,comme tous les pays du monde,se tourner vers l'endettement extérieur car cela aurait dévoilé,à la face du monde,leur gestion calamiteuse de la manne pétrolière.

    De plus,il aurait dû se conformer à des règles économiques et financières internationales inconnues en Algérie.
    Quand ce pays va-t-il adhérer à l'OMC pour se confronter commercialement aux autres?Il ne le peut pas.


    Vous vous limitez à des comparaisons hasardeuses et vides de sens.
    Mais comme je le disais plus haut,vu comme est gérée l'Algérie depuis 1962,une épicerie dont le patron a les yeux rivés sur les succursales de cotation londoniennes,je comprends maintenant votre"analyse" de licounomie...

    Rapporter azzedino31 mercredi 22 novembre 2017 11:01
  • @Azzedino33 Tu fois cesser de tirer sur ton pétard, ça t'évitera de dire autant d'aneries en si peu de lignes. Mieux que cela, sais-tu au moins que : 1/- les réservés de changes finiront l'année à environ 100 milliards de dollars pour l'Algerie et à 19 milliards de dollars pour le Maroc (Source : DNA et HCP). 2/- la dette publique du Makhzen est de 96 milliards de dollars (Source : WFP) faisant du Marocain la personne la plus endettée dans la Région MENA (Meddle East and North Africa) après le Libanais dont le pays à connu deux guerres dévastatrices en 25 ans.

    Rapporter Mokrane mercredi 22 novembre 2017 03:10
  • @Thami,
    Oui effectivement mais vous donnez des chiffres de la balance commerciale uniquement.
    Pour pouvoir être plus précis,il est préférable de donner des chiffres sur la balance des paiements qui regroupe la balance commerciale et celle des services.
    Pour la Tunisie,je ne sais pas trop mais pour le Maroc,l'année se terminera certainement autour de 10 milliards de dollars de déficit de la balance des paiements.
    Pour l'Algérie,le déficit devrait plutôt se situer autour des 20 milliards de dollars.

    Rapporter azzedino31 mardi 21 novembre 2017 09:15
  • Ah l'APS! Réellement des pro pour deformer l'information. Mais vous ME, vous n'avez pas besoin de reprendre leurs titres.
    Tirez des dépêches APS les chiffres et l'information objective. Mais ne retenez pas à votre compte les titres déformant la réalité.

    Rapporter Moh mardi 21 novembre 2017 08:24
  • Les institutions financières prévoient pour 2017 un déficit budgétaire du commerce extérieur de 6,5 milliards de dollars pour la Tunisie, de 11 milliards de dollars pour l'Algerie et de 19 milliards de dollars pour le Maroc et bonjour les dégâts en 2018 pour les trois peuples.

    Rapporter Thami lundi 20 novembre 2017 21:40
  • Cela fait cinq mois que la DG des douanes ne publie plus sur son site son rapport mensuel habituel sur les échanges extérieurs.
    Il faut donc se contenter du commentaire d'un journaliste de l'APS.
    C'est ainsi qu'on met en exergue le recul du déficit commercial, comme si d'aboutir à 9,5 Mds de $US de déficit sur 10 mois (33% des exportations) était à considérer comme une performance.
    Ce que suggère apparemment le choix du titre de l'article !!!

    Rapporter Hedir lundi 20 novembre 2017 18:16
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Retour au calme à Bouira, reprise de la protestation à Bejaia

Un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé dans les quatre coins de la ville de Bouira pour éviter tout dérapage.

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.