Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   Karim Sabeur
  • mardi 14 novembre 2017 16:07

Algérie: « Le gouvernement compte maîtriser davantage l’inflation » (Raouia)

Une inflation de 5,5 % est prévue en 2018 et qui baissera à 3% en 2020, selon le ministre.

 

Lors des réponses du gouvernement aux préoccupations des députés à l’issue des débats sur la loi de finances de 2018, le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia a réaffirmé ses engagements sur de nombreux aspects à l’économie nationale et il a notamment mis l’accent sur l’investissement productif.

Selon le ministre, l’objectif du gouvernement dépasse ce dernier élément et vise aussi une maîtrise des dépenses et une diversification de l’économie tout en maintenant la politique sociale du gouvernement.

Le ministre a souligné qu’il a enregistré que les interventions des députés ont mis l’accent sur la protection de l’économie nationale. Il a répondu en maintenant que le recul des prix du pétrole impose de poursuivre les efforts pour réduire le déficit budgétaire sans toucher en rien le pouvoir d’achat des ménages.

Le ministre considère qu’il est nécessaire de rappeler que le projet de loi de finances émane des choix du plan d’action du gouvernement visant les objectifs d’une meilleure gestion des impôts et l’accompagnement des investissements ainsi que la promotion de la production nationale et les exportations hors hydrocarbures.

Le ministre considère que les agrégats économiques, la réforme bancaire et le foncier ont été, « à juste titre », parmi les préoccupations des députés. A ces derniers, il envoie quelques messages positifs considérant qu’un taux de croissance de 4% est prévu par la loi. Divers secteurs vont y contribuer, selon lui, comme le commerce, les hydrocarbures et les travaux publics « grâce à une hausse prévue des dépenses ».

Le ministre a fait référence aux prévisions des institutions internationales, comme le FMI, qui pourrait revoir ses analyses en faveur de l’Algérie après avoir recueilli des informations sur l’état de l’économie du pays.

Une économie toujours dominée par les hydrocarbures dans un contexte où le marché pétrolier est considéré comme « perturbé à cause des éléments géostratégiques et à cause de la production de l’énergie non conventionnelle », selon le ministre. 

Ce dernier a aussi souligné que le gouvernement compte maîtriser davantage l’inflation source de la dégradation du pouvoir d’achat. Une inflation de 5,5 % est prévue en 2018 pour baisser à 3% en 2020, selon lui.

Abderrahmane Raouia revient aussi sur le sort de Sonelgaz et de Sonatrah disposant, selon lui, de plans d’investissements qui vont dynamiser davantage l’économie.

En ce qui concerne les banques, il promet qu’elles vont poursuivre l’octroi de crédits aux entreprises dans l’objectif de générer davantage de revenus pour l’Etat à travers la fiscalité en évitant d’opter pour des impôts touchant directement les couches nécessiteuses.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Les militants du FFS à Ghardaia ont été tous acquittés

  Le FFS avait  interpelé  par le biais  d’une question orale le ministre de la justice garde des sceaux, Tayeb Louh, le 09 janvier  passé, sur  la présentation  de ces cadres et militants du FFS à Ghardaia devant le tribunal criminel.

Maroc : la réforme du régime de change est une décision "souveraine" (Banque centrale)

Initialement prévue pour juillet dernier, cette réforme, qui vise à élargir la fluctuation du dirham marocain, avait été retardée par le gouvernement pour "des études supplémentaires".  

Algérie : Ouyahia n a pas encore dit son dernier mot au sujet des privatisations

Le FLN, le RND et même le FCE sont d’accord pour respecter la décision du président subordonnant à son accord les privatisations.