Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 24 Avril 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • mardi 31 octobre 2017 16:49

« La CNAN Nord spa est dans un état catastrophique » -Ali Koudil (Audio)

 « Les responsables de cette entreprise oublient qu’elle est avant tout une entreprise commerciale et qu’elle doit générer des profits », indique l'ancien PDG.

 

« La situation de l’entreprise CNAN Nord spa est catastrophique », a déclaré ce matin, sur Radio M,  l’ex-président directeur général de la compagnie maritime nationale, Ali Koudil.

D’après lui, la compagnie a mis « les charrues avant les bœufs en commandant des navires sans qu’il y ait de marchés pour les rentabiliser». Ali Koudil a expliqué ses propos en précisant que « les bateaux actuellement inexploités ont coûté cher à l’Algérie. De plus, cette situation d’inactivité implique des frais estimés à 1200 dollars par jour». Pour l’invité de Radio M, « les responsables de cette entreprise oublient qu’elle est avant tout une entreprise commerciale et qu’elle doit générer des profits ».

Répondant à une question sur  la volonté du gouvernement de rouvrir à l’investissement privé la marine marchande, l’ancien PDG de la CNAN, accusé dans l’affaire du naufrage du bateau « Bechar » en 2004, a indiqué que « l’investissement dans le maritime est très lourd ». Signalant qu’un bateau coûte en moyenne 125 millions de dollars, il s’est interrogé au sujet de l’opérateur privé ou étranger qui pourrait se permettre un tel investissement « dans les conditions actuels du pays », s’interroge-t-il.

Pour attirer des investisseurs, Ali Koudi estime que « l’Etat doit s’impliquer et considérer ce secteur comme un secteur souverain à réformer en vue de le stabiliser».

 

 

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Il a été nommé comme PDG de la CNAN par piston donc par incompétence. Il a dénommé aussi des personnes compétents et j'en fais partie. Je ne pense pas que son avis servirait à quelque chose.
    Tant que la CNAN reste détenu à plus de 30% d'actions, l'argent du peuple sera bouffé par ces personnes incompétents qui sont nommées par les ministères. Lorsque le PDG est nommé par des actionnaires privés (60 à 70%) et son salaire négocié sue le résultat, obligations de résultat, et avec presque le même personnel, vous verrez les résultats.

    Rapporter MAMMERI Mabrouk mercredi 1 novembre 2017 22:30
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Une ligne maritime directe reliant la Tunisie avec la Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Ghana sera ouverte à partir du 04 juin" (Omar Béhi)

  Le ministre a indiqué que le forum économique africain sera une occasion importante pour l’échange des expériences et l’ouverture du dialogue entre les secteurs public et privé.

Algérie : Le SNAPO annonce une grève nationale des pharmaciens à partir de samedi

  Les membres du Snapo organiseront une réunion demain pour décidé de la durée de la grève.

Algérie: Saïd Djellab défend la limitation des importations et veut aller encore plus loin

  La réaction du ministre du Commerce se veut une riposte officielle aux pressions que nombre de chancelleries exercent sur le Gouvernement algérien pour revenir sur sa décision de limiter les importations.