Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Novembre 2017

  •   El Kadi Ihsane
  • vendredi 20 octobre 2017 12:56

« Le développement, c’est l’entreprise et Sonatrach n’est pas une entreprise »

 La chronique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan revient sur le choc des propos du PDG de Sonatrach et sur le travail endurant de Taieb Hafsi pour changer le regard sur les entreprises en Algérie.  

 

Les Algériens ont appris cette semaine que Sonatrach, leur fleuron national, n’était pas une entreprise économique mais une administration bureaucratique. C’est le PDG de Sonatrach Abdelmoumene Ould Kaddour qui l’a dit lors d’un brainstorming dédié à l’avenir de la compagnie pétrolière. Choquant ?  Les formules utilisées par Ould Kaddour ont bien sûr fortement déplu. Inélégantes, elles ont accablé brutalement les hommes autant que les procédures.  Cela fait tout de suite penser à une situation «Tebounienne » et une promesse d’impasse : entrer en dissidence avec son premier environnement nécessaire au redressement.

Dans le cas de Tebboune les hommes d’affaires nécessaire à l’investissement. Dans celui de Ould Kaddour, le top et le middle management de Sonatrach nécessaires au retour à « l’entreprise économique ». Le Chairman de Sonatrach envisage de dissoudre des filiales qui ne servent à rien et de déployer «dans les prochaines semaines » une nouvelle architecture de Sonatrach. Pour faire quoi ? Un comité d’experts planche sur un plan 2020-2030. Les dés sont donc jetés. Sonatrach ne sauvera plus l’Algérie comme à la fin des années 90 avec, notamment, l’entrée en production de la province de Hassi Berkine et le gaz de In Saleh. Elle doit se sauver elle même d’abord. En cessant d’être la caisse noire du régime. Son PDG a toutefois un mérite. Il a pris le risque de dire clairement que cela ne pouvait plus continuer ainsi.

Dans le style d’un directeur RH plus que dans celui d’un stratège, mais il l’a dit.  Peut-il ensuite conduire le changement ?  Le solde de la balance donne un risque d’échec plus élevé qu’une chance de succès. Evaluons chaque colonne. Dans celle des atouts il y’a d’abord la personnalité de Ould Kaddour. Un bulldozer qui fait débuter sa journée de bureau à 7h 30, qui arbitre vite et qui ne se laisse pas distraire par les faux problèmes qui accablent une telle fonction.  Il y’a ensuite un appui politique évident des Bouteflika. Après plusieurs grosses erreurs de casting et une poursuite du pilotage clientéliste de Sonatrach, la tête du pouvoir – au-delà du clan présidentiel – a pris conscience qu’il y’a le feu au sous-sol avec le déclin de la machine à générer de la rente.

Le recours à un manager aux méthodes connues pour être centrés sur le rendement  est une sorte de pari de la dernière chance. Ould Kaddour a fait gagner beaucoup d’argent à BRC même si c’était aux dépends de Sonatrach et de l’ANP ; il est donc là pour rendre performante Sonatrach et aura – transitoirement - une marge de manœuvre bien supérieure à ses prédécesseurs.  Dans la colonne des tares qui font pencher la balance plutôt du côté de l’échec pour redresser Sonatrach, le passé judiciaire de Ould Kaddour qui aurait gagné à être jugé pour l’affaire BRC pour pouvoir se défendre en public. Un handicap qui va peser lorsqu’il s’agira d’argumenter en interne pour faire accepter le changement vers la compétitivité et la rentabilité.  Abderrahmane Ould Kaddour ne peut pas résister aux pressions de l’extérieur en faveur du maintien de Sonatrach dans son rôle de redistributeur social  et clanique parapublic. En outre, son soutien politique est précaire. Il y a peut de chance que le PDG de Sonatrach survive longtemps à l’ère Bouteflika, bornée au moins techniquement par l’échéance d’avril 2019. Il faut espérer qu’il laisse quelque chose de son passage à la tête de Sonatrach. La déclamation que le mode de gestion administratif est mortel. Et la mise en place d’une feuille de route pour virer vers l’entreprise économique. Si ces successeurs la conduisent ensuite à terme, Ould Kaddour aura été utile à l’Algérie. 

Taieb Hafsi continue 

Dans un tout autre style que celui de Ould Kaddour, un homme trace son sillon pour faire comprendre au pays que l’entreprise est l’instrument le plus important du développement. Le professeur Taieb Hafsi a présenté, avec son co-auteure Naima Chercham, à Oran ce samedi, le troisième livre de sa collection « les grands bâtisseurs du Maghreb ». Troisième opus dédié au Groupe des sociétés Hasnaoui  GSH, et à son fondateur Brahim Hasnaoui.  Le titulaire de la chair du management stratégique de HEC Montréal fait preuve d’une belle endurance pour changer chez les Algériens l’image des entreprises et des entrepreneurs. Il avait lancé sa collection (chez Casbah Editions) en 2012 avec un livre sur lssad Rebrab et Cevital. Il a co-signé cette année un second livre sur la saga des Amor Benamor.  En Amérique du Nord, et maintenant dans le monde, une branche de la recherche académique porte sur « la main visible » du capitalisme ; les entrepreneurs qui changent leur environnement. Leur expérience gagne toujours à être connue. Elle stimule le milieu, impact les institutions, donne un code-barres à l’accumulation du capital. Mais le travail du professeur Hafsi et de ses co-auteurs commence-t-il à porter ses fruits en Algérie ? Le professeur avoue ne pas avoir d’instrument d’évaluation, mais constate que les jeunes algériens sont beaucoup plus disposés à entreprendre. Et donc à considérer les itinéraires de leurs ainés qui ont réussi.

«La démarche du haut vers le bas ne marche pas pour développer un pays comme l’Algérie. Il faut ouvrir la place et laisser les initiatives d’en bas. C’est comme cela qu’on construira par l’expérience, les institutions fortes qui ne peuvent pas décréter le développement d’en haut ». Le professeur Hafsi a eu une expression très forte devant le parterre d’invités de l’hôtel Sofitel pour illustrer l’enjeu de l’initiative par la base « le moment où les Algériens se sont sentis le plus libre c’était pendant la Révolution. Ils devaient prendre des initiatives tous les jours là ou ils étaient » sans carcan administratif ou bureaucratique ». C’est cette liberté que le professeur Hafsi veut faire retrouver aux entreprises. Le message passe sans doute mieux auprès du public qu’auprès des autorités.

 Pétrole, revenir à 1986 ?

En attendant que Ould Kaddour transforme Sonatrach en entreprise et que le professeur Hafsi change le regard des Algériens sur l’entreprise, il reste encore, mais pas toujours, l’attractivité de l’amont pétrolier algérien.  La révision de la loi sur les hydrocarbures arrive très en retard. Il y a dix ans que l’Algérie n’est plus attractive pour les investisseurs pétro-gaziers étrangers.

Elle a même raté la belle période du pétrole cher ou la prise de risque dans la recherche-exploration pouvait justifier toutes les audaces chez les compagnies internationales. Pourquoi ?  Parce que le cadre juridique de la loi Khelil a donné naissance à un monstre difforme. Un hybride taré de loi de partage de production (1986) et de système de concessions (Loi 2005).  La fiscalité de la seconde s’est greffée sur le concept de la première.  Repoussant dans un monde ou des territoires insoupçonnés se sont ouverts à la prospection.

Dix années pour réagir. Le correctif de Youcef Yousfi en 2012-2013 sur la fiscalité dans la loi était clairement insuffisant. Il n’a pas réussi à relancer l’attractivité de l’un des domaines miniers les plus prometteurs de la planète.  Aujourd’hui,  les premières indications de la nouvelle révision laissent supposer qu’il y aura un retour plus clair et plus simple vers le système de  partage de production défini pour son principe, dans la loi de 1986. Avec rajout d’un dispositif plus explicite pour l’exploitation des hydrocarbures non conventionnel. C’est la révision de la dernière chance. Les Algériens sont réputés être meilleurs lorsqu’ils sont acculés dos au mur. Mais est ce vraiment les mêmes Algériens ?

 

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • sonatrach va mal ....on s'en doutait un peu ... 6 pdg en 7 ans ,c'est que le proprietaire lui meme ne s'y retrouve pas .
    il faut aller au delà des mots , essayons de comprendre où sont les maux ?pourquoi ? quels sont les changements vécus ces 20 dernières années ?on y trouvera quelques éléments de réponses
    Sonatrach ne peut pas indéfiniment échapper à l'environnement imposé au secteur public national .
    Attention de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain (qui est le reve de hyènes qui attendent le cadavre ).

    Rapporter nono vendredi 20 octobre 2017 14:57
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Les Yaici et "Saida", persévérance d’une famille et grandeur d’une marque

  Le groupe Saida, qui active aujourd’hui dans l’agroalimentaire sous la direction de Samir Yaici, prend de l’ampleur et étend sa présence dans le marché chaque jour un peu plus. Ses mots d’ordre ? La qualité et l’originalité.

"L’Algérie résiste mieux que les autres pays africains à la crise pétrolière" (rapport)

Il est prévu que la situation soit moins inconfortable pour l’Algérie, dans les mois à venir.

"Le décret relatif au projet des 4000MW est illégal"-Badache (Audio-vidéo)

Le ministère de l’énergie n’a pas respecté son devoir d’impartialité en désignant Sonatrach et Sonelgaz pour participer au projet, selon M. Badache.