Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Novembre 2017

  •   Nadir Allam
  • vendredi 20 octobre 2017 12:14

Algérie : La TAP ne sera pas supprimée, selon le ministre des Finances

 Des banques algériennes sont prêtes pour lancer des produits de la finance islamique, selon le président de l’ABEF.

 

Lors de son intervention à l’université d’été du FCE (Forum des chefs d’entreprise), le ministre des Finances a fait savoir que son département, conjointement avec le FCE, organisera des assises sur la fiscalité et le financement locaux.  Ce faisant, il souligné l’impossibilité de mettre fin à la Taxe sur l’activité professionnelle (TAP), vieille revendication du FCE, en expliquant qu’elle constitue l’une des principales sources de financement des collectivités locales. 

« Eliminer les entraves à l’investissement, tel que la TAP  prendra du temps, et nécessitera impérativement de trouver une compensation à cette manne qui représente 200 milliards de dinars injectés directement au budget des collectivités locales », a-t-il dit.

La Cnep, la BADR et la BDL sont prêtes pour la finance islamique

La finance islamique va officiellement entrer en scène. « La finance islamique contribuera au développement économique dans la mesure où elle intervient dans la mobilisation des ressources détenues par les operateurs. Et ce, par l’émission de bons Soukouk , comme produits d’épargne et de crédit. C’est un financement qui peut apporter une croissance certaine à l’économie nationale, ce qui explique qu’il soit retenu dans la loi de finances 2018 », a annoncé le ministre des finances, hier.

Abderrahmane Raouya a ajouté que « cette orientation sera suivie de différentes actions de soutien, à savoir, la concrétisation d’accords avec la banque islamique de développement (BID), l’établissement d’une stratégie de développement de la finance islamique, basée sur un encadrement fiscale, comptable et juridique spécifique et la diversification des offres islamique en harmonie avec les attentes des entreprises ».

Il s’agit entre autres, de développer des offres dites IJARA (Leasing), la MOURABAHA (Achat-vente), et la MOUCHARAKA (Participation au capital). Cette démarche vise, selon le ministre des finances, à bancariser les fonds circulant dans l’informel qui sont détenus par des citoyens musulmans hostiles aux mécanismes de fonctionnement des banques considérés comme « usuriers ». Dans ce sillage, M Boualem Djebar, président de l'ABEF (Association professionnelle des banques et des établissements financiers), a indiqué que les banques sont prêtes pour lancer des produits de la finance islamique, notamment la Cnep Banque, la BADR et la BDL.

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Les Yaici et "Saida", persévérance d’une famille et grandeur d’une marque

  Le groupe Saida, qui active aujourd’hui dans l’agroalimentaire sous la direction de Samir Yaici, prend de l’ampleur et étend sa présence dans le marché chaque jour un peu plus. Ses mots d’ordre ? La qualité et l’originalité.

"L’Algérie résiste mieux que les autres pays africains à la crise pétrolière" (rapport)

Il est prévu que la situation soit moins inconfortable pour l’Algérie, dans les mois à venir.

"Le décret relatif au projet des 4000MW est illégal"-Badache (Audio-vidéo)

Le ministère de l’énergie n’a pas respecté son devoir d’impartialité en désignant Sonatrach et Sonelgaz pour participer au projet, selon M. Badache.