Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 23 Février 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 19 octobre 2017 08:00

Tunisie – Le syndicat UGTT trace "cent mille lignes rouges" devant la cession des entreprises publiques

Photo non signée publiée par : Direcinfo.

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, a invité ceux "qui ont échoué" dans leur gestion à ne pas imputer leur échec aux entreprises publiques. Il a dénoncé les "prétendus experts" qui, a-t-il dit, font croire à l'opinion publique que le secteur public "est la cause de la ruine de l'économie nationale" ou que "la faiblesse du budget de l'Etat par le volume des salaires".

 


Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi, a affirmé que cette centrale syndicale traçait "cent mille de lignes rouges" devant la cession des entreprises publiques tunisiennes.

La vision alternative de l'UGTT, a indiqué Noureddine Taboubi dans une interview à l’agence Tunis Afrique Presse (TAP), est "basée sur nécessité de restructurer et de réformer les entreprises publiques afin qu’elles puissent retrouver leur capacité d'embauche et de compétitivité et contribuer ainsi à renflouer les ressources de l'Etat".

Ces entreprises, a ajouté le secrétaire générale de la principale centrale syndicale tunisienne, "ne sont pas une propriété privée pour qu'on parle de les vendre ou les céder". Il a invité ceux "qui ont échoué" dans leur gestion à ne pas imputer leur propre échec aux entreprises publiques. Il a également dénoncé les "prétendus experts" qui, a-t-il dit, "font croire à l'opinion publique que le secteur public est la cause de la ruine de l'économie nationale" ou que "la faiblesse du budget de l'Etat par le volume des salaires".

Noureddine Taboubi a cité, dans cette interview à TAP, deux cas où, d’après lui, les difficultés financières des entreprises publiques ne sont pas dues à leur caractère public mais à d’autres facteurs : "Les sociétés nationales publiques, telle la Société tunisienne d'électricité et de gaz (STEG) et la Société nationale d'exploitation des eaux (SONED) ne sont pas des sociétés déficitaires mais sont créancières de gros montants auprès de nombreuses entreprises publiques et privées et il est impératif de ce fait de traiter ces sociétés cas par cas et de trouver des solutions pour surmonter ces problématiques."

Noureddine Taboubi a pris le soin de préciser que ses critiques ne visent pas l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) ni les "hommes d'affaires patriotes et fidèles" mais "les opportunistes qui n'ont d'autre but que d'accumuler les bénéfices et les richesses par des méthodes détournées".

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Le pain, le lait, le mini krach boursier de Wall Street et les paris de 2018

La chronique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan traite de la cacophonie sur les subventions et le sens du mini krach boursier qui menace le capitalisme mondial. 

Algérie : Des stations de péage de l’autoroute est-ouest seront livrées en octobre prochain

    Le gouvernement a réservé une rallonge financière pour la prise en charge des travaux supplémentaires du projet de l’accès entre Mascara et l’autoroute est-ouest.

Le Maroc fera partie des cinq pays d'investissement de la BERD

Le président de la BERD, Suma Chakrabarti a souligné que sa banque est engagée et prête à continuer à soutenir le Maroc.