Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Novembre 2017

  •   Nadir Allam
  • mardi 17 octobre 2017 17:06

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour (Audio)

 

« Quand il y a eu des difficultés en Serbie, le kilo de pomme de terre est passé de 4000 Dinars et 17 milliards de dinars en un an. Quand je parle de quelque chose, c’est parce que j’ai une référence vivante », signale M. Benbitour.

 

Ahmed Benbitour, qui a prévu récemment  une évaporation des réserves de change à l’horizon 2020 et une inflation à   trois chiffres, voire à quatre chiffres, persiste et signe. Alarmiste ? Il s’en défend. « Il faut dire que  je ne souhaite pas voir se réaliser les prévisions que j’ai faites. Mais ces prévisions sont basées sur des analyses strictement scientifiques », a-t-il déclaré ce matin sur Radio M. « Mes analyses sont basées sur la chute des recettes. Et la chute des recettes est la conséquence de deux phénomènes. Le premier, c’est la baisse du volume des exportations. En 2006 et 2011, le volume des exportations a baissé de 25.6% à cause de la baisse de la production.

Le Deuxième, c’est l’augmentation de la consommation locale de l’énergie », a-t-il affirmé. En effet, selon lui, « les réserves de change vont finir fin 2019 » alors que « pour régler le déficit qui en résultera, il faut soit réduire les importations de 50%, ce qui parait impossible dans la conjoncture actuelle d’autant que nous parlons de la relance de  la production, soit augmenter les exportations, ce qui n’est pas non plus possible ».

Quant à ses prévisions sur l’inflation à 4 chiffres, Ahmed Benbitour dit qu’elles sont fondées sur des analyses strictement scientifiques et que de telles scénarios ont déjà eu lieu dans des pays ayant vécu des situations similaires à celle dans laquelle se trouve l’Algérie aujourd’hui. « Quand il y a eu des difficultés en Serbie, le kilo de pomme de terre est passé de 4000 Dinars et 17 milliards de dinars en un an. Quand je parle de quelque chose, c’est parce que j’ai une référence vivante », a-t-il illustré.

 Fatal effondrement des réserves

Ahmed Benbitour a, par ailleurs, indiqué que l’effondrement des réserves de change sera fatale, compte tenu de la situation structurelle actuelle de l’économie algérienne. « Les recettes d’exportations étaient en 2013 de 63.4 milliards de dollars et en 2016, elles sont de 27.6 milliards de dollars,  soit une baisse d’au moins 57% ». Or, constate-t-on, cette baisse nette des exportations d’hydrocarbures, source principale de devise, n’a pas été accompagnée par une baisse notable des importations puisque 95% des calories que consomment les Algériens sont importées. 

« A côté de la baisse des exportations qui et de 57%, les importations ont baissé de 11% seulement », a-t-il ajouté en précisant que l’Algérie est arrivée à cette situation de crise « parce qu’il y a eu des phénomènes de dépense extraordinaires sans considération aucune».

Rebond des prix du pétrole : une illusion

S’agissant de la remontée des prix du pétrole, Ahmed Bebitour est plutôt pessimiste, contrairement à Mourad Preure qui estime, dans une déclaration faite, hier,  sur Radio M qu’ « un rebond va intervenir vers 2020 et, éventuellement, avant ». « Il y a l’offre et il y a la demande. La demande est en baisse parce qu’il y a une politique rigoureuse en ce qui concerne la consommation de l’énergie d’origine fossile qu’on considère comme responsable du réchauffement climatique. 

Du côté de l’offre, il y a les Etats-Unis qui sont devenus officiellement exportateurs. Au sein de l’Opep, il y a beaucoup de producteurs qui sont passés de la politique des prix à la politique des parts de marché.  Nous allons donc nous retrouver dans une situation structurelle d’augmentation de l’offre et de baisse de la demande. Par conséquent, on peut dire tout ce qu’on veut, mais les prix ne dépasseront pas 60 dollars », assure-t-il.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • qu'est ce que c'est que ces tr......., on comprend pourquoi l'algerie patauge avec de tel déchets humains, incroyable comment le journaliste a pu publié ce ta de boue, ça vole bas, lamentable

    Rapporter prince samedi 21 octobre 2017 02:35
  • wallah s'est arrivé au venezuela et au zimbabwé et dans d'autres pays pauvres !!!
    Tous les economiste le disent,TOT ou tard le dinar va disparaitre comme dans ces pays cité!!!!

    Les algeriens utiliseront des euros pour vivre...c'est INEVITABLE car l'etat DEPENSE TROP d'argent et ne veut FAIRE AUCUNE economie !!!! AUCUNE reforme n'est engagée !!!

    LA FIN de l'algerie est proche et une guerre civile sera la, que DIEU nous protege !!!

    Rapporter fatiha268 mercredi 18 octobre 2017 16:05
  • C'est vraiment désespérant de faire appel à cet islamiste dont la compétence est quasi-nulle Des déclarations tonitruantes , qui changent au gré du vent, une adhésion sans scrupule à la charia, une méconnaissance totale des règles les réglementaires de l'économie, un parcours plat et pour couronner le tout , un revanchard et ambitieux irréductible

    Rapporter taratata mercredi 18 octobre 2017 07:08
  • A trop exagérer les choses, ce Monsieur a perdu toute crédibilité. "Quand il y'a eu des difficultés en Serbie...", il y'a beaucoup de gens qui auraient dit "Quand il y'a eu la guerre en Serbie..". Une inflation à 4 chiffres, même au Venezuela qualifiée comme la pire économie au monde, on n'a pas connu cela...

    M Benbitour devrait méditer une maxime de de M Talleyrand de Périgord qui dit: " Tout ce qui excessif est insignifiant".

    Rapporter Hayy ibn Yaquadhan mardi 17 octobre 2017 19:07
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Les Yaici et "Saida", persévérance d’une famille et grandeur d’une marque

  Le groupe Saida, qui active aujourd’hui dans l’agroalimentaire sous la direction de Samir Yaici, prend de l’ampleur et étend sa présence dans le marché chaque jour un peu plus. Ses mots d’ordre ? La qualité et l’originalité.

"L’Algérie résiste mieux que les autres pays africains à la crise pétrolière" (rapport)

Il est prévu que la situation soit moins inconfortable pour l’Algérie, dans les mois à venir.

"Le décret relatif au projet des 4000MW est illégal"-Badache (Audio-vidéo)

Le ministère de l’énergie n’a pas respecté son devoir d’impartialité en désignant Sonatrach et Sonelgaz pour participer au projet, selon M. Badache.