Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Nadir Allam
  • jeudi 21 septembre 2017 15:18

Algérie- Retraites - L’âge, les prestations et les cotisations devraient être bientôt réformés

La CNR : un équilibre financier précaire, qui sera davantage précarisé dans la nouvelle situation financière qui s'annonce difficile.

Lors de son passage hier sur Radio M., Mohamed Ali Deyahi, directeur Afrique du Nord du Bureau international du travail, a rappelé l’exemple de la réforme marocaine qui a porté sur ces trois aspects réunis. Il a regretté, néanmoins, que cette réforme ait été décidée unilatéralement par l’Etat marocain, ce qui a donné naissance à d’importants mouvements de protestation.

 

 

Le premier Ministre Ahmed Ouyahia envisage, dans le plan d‘action de son gouvernement, de réformer le système des retraites. Pour l’heure, le contenu de cette réforme n’a pas été révélé. Toutefois, il s’agit d’agir, comme l’a souligné Mohamed Ali Deyahi, directeur régional pour l’Afrique du Nord du Bureau international du travail lors de son passage hier sur Radio M., soit sur l’âge de départ à la retraite, soit sur le niveau des prestations, soit sur les cotisation patronales ou sur les trois en même temps.

Jusque-là, c’est surtout l’âge de mise en retraite des travailleurs qui a été le plus évoqué. M. Deyahi estime que l’âge n’est pas nécessairement la variable la plus déterminante. « Dans une réforme sérieuse qui pourra restaurer les équilibres, il faut agir sur les trois niveaux : l’âge, les prestations et les cotisations patronales », a-t-il préconisé en citant l’exemple marocain. « Le Maroc a revu à la hausse l’âge de mise à la retraite, il a diminué les prestations et il a augmenté les cotisations », a-t-il rappelé regrettant, néanmoins, que cette réforme ait été décidée unilatéralement par l’Etat marocain, ce qui a donné naissance à d’importants mouvements de protestation.

Selon lui, dans tous les cas, « l’Algérie n’échappera pas un réexamen de son système de retraites ». Nombreux sont, en effet, les experts à affirmer que l’équilibre de la Caisse nationale des retraites (CNR) est devenu précaire et est intenable dans les conditions actuelles. Toutefois, estime M. Deyahi, « l’Algérie dispose de partenaires sociaux suffisamment avertis, suffisamment informés et formés pour arriver à des équilibres ».

Pour rappel, actuellement, l’âge de départ à la retraite en Algérie est de 60 ans alors que, dans des pays comme le Maroc, il a été élevé à 65 ans. 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole- La reconduction de l’accord de réduction de la production se ferait après une interruption de quelques mois

« Tout porte à croire que l’accord sera reconduit vers la fin de l’année 2018 et qu’aucune décision ne sera prise, dans ce sens, à la réunion de l’Opep de novembre prochain », indiquent des sources citées par Reuters qui précisent qu’une telle décision sera prise en fonction de la situation du marché.

Maroc - Le PIB du tourisme a progressé de 5% en 2016 (HCP)

Selon une note d'information du Haut Commissariat marocain au Plan, la contribution du tourisme au PIB marocain est, en revanche, restée presque stable en 2016, par rapport à 2015 (6,6% contre 6,5%).

Horst Köhler en tournée dans la région : l’ONU reprend sa médiation dans le dossier sahraoui

L’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, qui a rencontré le roi du Maroc mardi, a discuté hier avec les responsables sahraouis des moyens de relancer les négociations de Manhasset interrompues en 2012.