Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • mercredi 6 septembre 2017 15:08

Algérie - Les dettes des bénéficiaires des aides Ansej avant mars 2011 pourront être rééchelonnées (officiel)

Aux termes d’une convention signée aujourd’hui par cinq banques publiques, l’Ansej et la CNAC, pour bénéficier de ce rééchelonnement, le jeune entrepreneur doit prouver que le matériel existe toujours, être adhérent au Fonds de garantie sans être, pour autant, encore indemnisé par ce fonds et, enfin , rembourser une partie de 5 à 10% à l'avance du montant de crédit.

 

 

Les dettes et les agios réservés éligibles à l’efficacement, nés des crédits accordés aux promoteurs Ansej avant mars 2011, seront retraitées. C’est ce que stipule une convention signée aujourd’hui à Alger entre les banques publiques, l'Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes (Ansej) et la Caisse nationale d'assurance chômage (Cnac).

Selon l’agence Algérie Presse Service (APS), qui a rapporté l’information, cette convention a été signée pour l’ensemble des banques publiques par Boualem Djebbar, le président de l’ABEF (association professionnelle des banques et des établissements financiers) et a été également signée par les responsables de cinq banques publiques concernées par ces créances, à savoir : la Banque de l'Agriculture et du développement rural, le Crédit populaire d' Algérie, la Banque nationale algérienne, la Banque de développement local et la Banque extérieure d’Algérienne.

 

Conditions

 

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia, qui était présent à la cérémonie de signature de la convention, a justifié celle-ci par le régime de l’Ansej sous lequel les crédits concernés ont été accordés avant mars 2011 aux jeunes entrepreneurs : « Ceux qui (ont eu des crédits, NDLR) avant le régime de 2011 ont eu des difficultés financières. Cette convention va permettre d'effacer les agios qui sont les intérêts en retard et aussi un rééchelonnement de la dette bancaire. ».

Pour bénéficier du rééchelonnement, a expliqué le président de l 'ABEF, cité par l’APS, le jeune promoteur doit prouver que le matériel existe toujours, être adhérents au Fonds de garantie sans être, pour autant, encore indemnisé par ce fonds et, enfin , rembourser une partie de 5 à 10% à l'avance du montant de crédit.

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Ahmed Ouyahia : Le budget d’équipement pour 2018 sera augmenté, pas le budget de fonctionnement

Citant un rapport de l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF) qu’il a reçu le 12 septembre dernier, le Premier ministre a déclaré : « Le total des crédits octroyés par les banques ne dépasse pas 8.467 milliards de DA répartis comme suit : 4.000 milliards de DA octroyées aux entreprises publics, 700 milliards attribuées aux PME l’ANSEJ, le reste étant attribué...

Algérie - Ouyahia annonce la création d'une instance indépendante de contrôle du "financement non conventionnel"

Placée sous la tutelle du Président Abdelaziz Bouteflika, l'instance présentera des rapports trimestriels (trois mois) au Président de la République pour le suivi et l'évaluation de tout ce qui est réalisé.

Algérie- Retraites - L’âge, les prestations et les cotisations devraient être bientôt réformés

Lors de son passage hier sur Radio M., Mohamed Ali Deyahi, directeur Afrique du Nord du Bureau international du travail, a rappelé l’exemple de la réforme marocaine qui a porté sur ces trois aspects réunis. Il a regretté, néanmoins, que cette réforme ait été décidée unilatéralement par l’Etat marocain, ce qui a donné naissance à d’importants mouvements de protestation.