Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 23 Octobre 2017

  •   Nadir Allam
  • jeudi 17 août 2017 17:04

Algérie - Quelle mission pour Yousfi à l’industrie: défaire du Bedda et refaire du Bouchouareb ?

 

Youcef Yousfi, ancien ministre de l’énergie, se retrouve à la tête de l’industrie, un secteur où les ministres changent vite et où les controverses sont fortes. Il ne fera pas du Bedda, c’est certain, mais fera-t-il du Bouchouareb ?

 

L’Industrie est l’un des secteurs qui ont le plus été touché par des changements ministériels ces cinq dernières années. Depuis 2012, le ministère de l’Industrie a changé 5 fois de locataires. Il a été dirigé successivement par Cherif Rahmani, Amara Benyounès, Abdessleman Bouchouareb et Mahdjoub Bedda pour finir, dans le tout frais Gouvernement Ouyahia, sous la houlette de l’ex-ministre de l’Energie, Youcef Yousfi.

 

Cette récurrence dans le changement des ministres traduit naturellement un manque de vision  mais aussi, d’une certaine manière, la complexité  et la sensibilité  de ce secteur qui capte ces dernières années l’attention de tous les partenaires économiques de l’Algérie qui veulent, chacun à sa manière, tirer « profit » des projets d’industrialisation du pays que le Gouvernement s’attelle à mettre en place.

Sauver l’Industrie : une urgence

Avec la chute vertigineuse des prix du pétrole et l’effondrement des réserves de change, l’Algérie se trouve sur le bord d’une crise financière inquiétante.  Relancer l’industrie nationale pour, d’une part, pallier aux importations massives qui vident les caisses de l’Etat et, d’autre part, augmenter l’offre exportable et chercher des débouchés commerciaux aux produits algériens à l’étranger, est devenue une urgence.

 Youcef Yousfi n’a pas encore défini sa feuille de route et établi ses priorités mais c’est dans cette perspective qu’il va, semble-t-il, l’inscrire. Le nouveau ministre de l’industrie sera attendu sur le dossier controversé de l’automobile, pas loin d’être qualifié de supercherie par son prédécesseur, Bedda. Tout comme la gestion du foncier industriel que le ministre démis semblait vouloir remettre en question.

 A priori, la manière sèche avec laquelle Tebboune et ses deux ministres ont été débarqués ne laisse aucun doute que cette démarche a été rejetée. De plus, Ahmed Ouyahia a décliné son programme il y a déjà plusieurs mois. Il avait souligné notamment que « le monde du pétrole a changé et avec le schiste, l'OPEP n'a quasiment plus aucune influence sur le marché des hydrocarbures ».

 Appelant à « rompre avec le populisme », il avait préconisé de privatiser les entreprises publiques « dont la situation financière se détériore en raison des problèmes liés au plan de charge et à la gestion ».Mais la question qui se pose est de savoir si les idées avancées par Ouyahia sont partagées par le Président Bouteflika ?

 

Entre Bedda et Bouchouareb

 A sa nomination dans le Gouvernement Tebboune, Mahdjoub Bedda s’est mis dans la peau d’un «réformateur» et a fait des pieds et des mains pour vendre cette image. Pour y parvenir, il s’est inscrit en rupture totale avec Abdesslem Bouchouareb en remettant en cause ses principales décisions.

 Dans le secteur automobile, il a dit que « les objectifs tracés n’ont pas été atteints » en accusant les constructeurs concernés de faire de « l’importation déguisée ». Il a même menacé de fermer les usines de montage automobile. Dans la gestion du foncier industriel, il a bloqué le projet de son prédécesseur.

 «Nous avons bloqué le projet en attendant de revoir les choses. On va étudier le dossier, zone par zone. Voir où sont réellement les opportunités d’investissement et où l’on peut créer de la richesse et de l’emploi », a-t-il déclaré le 3 juillet dernier.

 Selon des indiscrétions du Premier ministère, il s’agit de reprendre les politiques du puissant ministre de l’Industrie de Sellal et d’inscrire l’action de l’Exécutif dans la continuité car « le secteur a besoin de stabilité ».

 Yousfi Yousfi n’est sans doute pas appelé pour faire du Bedda, mais pour en effacer. Va-t-il pour autant reprendre les politiques de Bouchouareb objet de vives controverses ?


Évaluer cet élément
(8 Votes)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • C'est quoi ces changements ? ça n rime que pour un cataclysme proche.Ouyahia, Bouchouareb, bedda, Yousfi , il n'y a que ces figures qui comme des phénix reniassent de leurs cendre pour nous brûler le visage et l'âme ... Rabbi wkilkoum

    Rapporter Baghdadi vendredi 18 août 2017 22:31
  • M bouchoureb a brillé par son incompétence et son copinage
    En plaçant des gamin à la tète de la commission CKD
    En 2015-2016
    Tous les dossier CKD et machine rénové dépendait directement de sa personne, et comme ca, des dizaine d’entreprise dans le secteur mécanique se sont vu leurs dossier bloqués pendant plusieurs mois .
    Puis des agrément et des licences ont été distribué sans une seule visite aux usine concernées.
    2016-2017
    Les renouvèlement de ces fameux agréments trainent trainent trainent, pour notre cas depuis le mois de février , ces fameux agréments sont échus et toujours rien, puis vient Monsieur Bedda qui n’a jamais vécu une seule journée de sa vie dans une usine tout comme notre dentiste
    L’équipe est changée pour la remplacer par une autre (tout aussi arrogante et incompétente) et ca traine ca traine ….
    Entre temps des entreprises meurent à petit feu, des marchandises bloquées au port, des salariés au chômage technique et des projets figés.
    Ce Tebboune me fait rire, un ex wali veut sauver l industrie, peut être qu’il faut sache ce qu’est une entreprise d’abord. Nous n’avons de budget à distribuer, nous devons travailler trouver des marcher transformer payer nos fournisseur nos salarié et seulement avons quelque chose à dépenser ou à investir
    Ce monsieur voulait séparer la politique de l’argent !! le peuple est pauvre le seul qui à de l’argent c’est l’état, les seul qui fait de la politique c’est l’état, il veut séparer qui de qui ?
    Nous voila avec un nouvel épisode et un nouveau ministre, à suivre…

    Rapporter Djazairi vendredi 18 août 2017 09:18
  • yousfi va aussi virer des gens pour mettre ses potes et partager tout gateau qui se présenterait En attendant de sortir un projet farfelu qui occupera la galerie ,il grippera tout ce qui marche encore .

    Rapporter nour-eddine jeudi 17 août 2017 20:45
  • Bedda a surtout brillé par le fait d'avoir viré les responsables de son ministère pour les remplacer par ses potes! A part ça, il n'a strictement rien apporté de positif et de concret.

    Rapporter madher jeudi 17 août 2017 18:06
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: De nouveaux marchés et un retour des partenaires traditionnels (OGB)

Les arrivées en provenance de la Russie ont considérablement augmenté, ces dernières ayant été multipliées par près de neuf entre 2015 et l’an dernier.

Algérie: une journée d’information sur les possibilités de la micro-finance en Côte-d’Ivoire

 Un comptoir commercial algérien basé à Abidjan regroupe déjà en son sein 65 sociétés algériennes de biens et de services.

Algérie : La presse électronique se mobilise pour défendre son droit d’exister

Un travail de concertation est en cours pour créer une association des éditeurs de la pesse électronique.