Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 15 Décembre 2017

  •   Lynda Abbou
  • dimanche 30 juillet 2017 21:02

Algérie : La location chez l’habitant, une aubaine lucrative en période estivale

À  Ain Benian, un quartier de la bande côtière  de l’ouest d’Alger,   la location à courte durée prend de l’ampleur. 

 

À la saison des grandes vacances qui  s’ouvre dès  l’affichage des résultats du baccalauréat, de nombreuses familles algériennes  cherchent les meilleurs plans pour profiter de leurs congés.  Alors que les uns partent à l’étranger, d’autre préfèrent  une destination locale.

Reste que l’hébergement se révèle toujours un souci.  La location à courte durée chez l’habitant est une pratique  très répandue pour pallier au manque d’infrastructures en Algérie. 

Le couple Smaili  de Sidali Lebhar dans la wilaya de  Bejaia, loue  son appartement depuis 4 ans déjà.  À peine cette culture de location chez l’habitant  a commencé à Bejaia, cette famille s’est lancée dans l’activité pour plusieurs raisons.  «  Je passe mes vacances assez souvent chez mes beaux-parents à Alger,  au lieu de fermer mon appartement  je préfère  le louer  afin de le meubler. Ça fait 5 ans que j’ai eu ce logement, il me manque beaucoup de meubles  et de conditions de confort  tel que  la climatisation et/ou une chaudière ».     

À  Ain Benian, un quartier de la bande côtière  de l’ouest d’Alger,   la location à courte durée prend de l’ampleur.  Il y a de plus en plus de maisons  en phase de construction.  La location en question  est une nouvelle source de financement pour la construction de ces petites villas. «  Ça ne me dérange pas de passer trois mois dans le garage ou de partir à mon village natal  et de louer la partie finie de ma maison en construction. Ceci me permet  d’avancer dans les travaux » nous affirme Ali Dahmani  qui loue sa maison en été  depuis plus de 5 ans.  

Les prix de la location chez les particuliers diffèrent d’une région à une autre et d’une période à une autre.  À Bejaia par exemple,  le prix de la nuitée varie entre 4500 et 9000 dinars.  Le propriétaire d’une agence immobilière  à Souk El Tenine dans la même wilaya, Ryad Achour, nous explique que les tarifications se fixent selon la période : « début juillet,  mi-juillet à mi-août et les dix derniers jours du mois d’août ».  Il souligne  que la première période  et la derrière sont les moins chères.  4500 à 5000 DA,  7000 à 9000 DA et 4500 à 5000 DA respectivement.  

À Ain Benian  c’est beaucoup moins cher. De 35 000 à 60 000 dinars le mois chez les particuliers.  Selon « Aami said », un vieil homme  qui active dans ce créneau. Les locataires sont souvent les immigrés   du quartier, « des gens qui se connaissent entre eux, c’est pourquoi les prix ne sont pas élevés. »  

Offensive des agents immobiliers  

Ce qui est plus surprenant est que cette activité  connait un succès malgré l’absence de médiatisation  et de circuit de publicité.  Plusieurs canaux sont utilisés pour trouver une location et/ou pour faire savoir que la personne loue sa maison.  Il y a les traditionnels  bouche-à-oreille, l’affichage dans les vitrines des boutiques du quartier, les réseaux sociaux,  ou  carrément des personnes qui  exercent cette activité tout en prenant un pourcentage de la transaction en dehors des agences immobilières. Ryad Achour  les qualifient d’  « affairistes qui travaillent en noir »  qui selon lui posent problème  aux agences formelles.   D’ailleurs, les agents immobiliers ont appelé le 22 juillet passé à un encadrement juridique de la location à courte durée, particulièrement fréquente durant la saison estivale, et ce, afin de résorber les transactions informelles dans ce créneau. 

Malgré le succès de cette activité,  l’Etat ne bénéficie pas puisque elle n’est pas règlementée avec ce que cela suppose comme manque à gagner en termes de fiscalité. Mais aussi de désagrément pour les familles en raison parfois de l’absence de commodités. 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Retour au calme à Bouira, reprise de la protestation à Bejaia

Un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé dans les quatre coins de la ville de Bouira pour éviter tout dérapage.

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.