Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Juillet 2017

  •   Aboubaker Khaled
  • jeudi 13 juillet 2017 18:39

"L’Algérie a eu une trentaine de ministres du Tourisme mais seuls 6 avaient le profil de l’emploi" (Saïd Boukhelifa, expert)

Pour Saïd Boukhelifa, ancien cadre au ministère du Tourisme aujourd’hui à la retraite, les compétences dans le secteur touristique existent, c'est le tourisme qui est inexistant !

Le poste de ministre du Tourisme est resté vacant durant 46 jours. Comment expliquez-vous cette situation, surtout qu’on est en pleine saison estivale ?

L'absence de la nomination d'un ministre du tourisme depuis le 28 mai et jusqu'au 12 juillet dénote l'insouciance, l'indifférence et le peu de crédit qu’accordent les pouvoirs publics à ce secteur économique important, mais qui demeure une richesse dormante non exploitée depuis plus de trente années ! Chaque nouveau ministre qui arrive mesure l'ampleur du retard à rattraper, observe et constate les dégâts au niveau des ZET (Zones d'extension touristique) qui sont détournées ou amputées de portions de terrain.

En 1976, on avait inventorié 19 ZET A Jijel, en 2017, il en reste 10 seulement. Le reste est détourné pour « utilité publique » ou par des privés favorisés. La wilaya de Tipaza a perdu deux ZET en 2010, Boumerdès aussi deux ZET en 2014 …etc. au niveau national, on peut compter jusqu’à 20 ZET disparu. Les raisons sont toujours les mêmes, négligence du secteur touristique et absence de culture touristique chez les décideurs !

 

Est-ce que l’abandon de ce secteur reflète l’image de l’absence de la culture touristique chez nos responsables et encore plus  chez les citoyens ?

Absolument, l'Algérie qui est considérée parmi les vingt plus beaux pays du monde et aux gisements touristiques uniques au monde. Le tourisme demeure un secteur orphelin des pouvoirs publics, voire à l'abandon comme vous le soulignez, depuis 1981! Ceci reflète, en effet, l'absence d'une culture touristique qui  dégouline du sommet de l'état jusqu'au serveur d'un hôtel !

L'Algérie avait jadis, dans les seventies, appris à faire du tourisme (période que j'ai vécue), car une réelle volonté politique existait, suivie et évaluée, adossée à une adhésion citoyenne, à la construction de nouveau complexes touristiques balnéaires, du niveau Méditerranéen, grâce un architecte de génie, Fernand Pouillon 1969-1974). Ensuite à la formation de qualité  de jeunes algériens en France, Suisse, RFA, Liban, Italie,(1968-1975), à l'ouverture de cinq représentations de l'Algérie sous le label ONAT, en Suéd, RFA, France, Royaume -uni, Belgique.

 

Quel rôle jouent les acteurs du tourisme et de l’artisanat (syndicats, experts, agences de tourismes et de voyages) en ce moment de crise dans ce secteur ?

Les acteurs et opérateurs du tourisme ont un grand rôle à jouer. Les experts par leurs analyses et recherches très fouillées, encore faudrait-il, que les services de l'administration centrale tiennent compte de leurs remarques et de leurs suggestions, ce qui n'est pas le cas de nos jours.

 

Pourquoi à votre avis ?

Soit par autosuffisance stérile, soit par méconnaissance. Soit par insouciance et indifférence. Les syndicats professionnels défendent  tant bien que mal, leur corporation qui demeure encore perfectible et qui n'a pas encore atteint sa phase de maturité. Cela viendra avec le temps, qui n'est pas lointain.

Encore faudrait-il que le ministre de tutelle, leur accorde l'importance qu'ils méritent et n'écoute pas trop certains de ses collaborateurs  qui l'induisent en erreur par leurs lacunes !

Il est temps que les pouvoirs publics s'occupent sérieusement de ce secteur en jachère depuis des lustres, trop de retard accumulé, difficilement rattrapable, car s'il faut de l'argent et deux ans pour construire un  hôtel, il faudrait vingt ans pour former un bon directeur pour le gérer (Bac + 4 plus 16 années de pratique)

 

Le premier ministre avait déclaré à l’APN que le nouveau ministre « aura toutes les compétences pour diriger le secteur du tourisme », une façon de sous-entendre qu’il y a une crise de compétence ?

Si le premier ministre Tebboune a réellement sous-entendu devant l'APN, l'absence d'une personne compétente à trouver pour diriger ce secteur moribond. C'est une dérobade de sa part car les compétences  touristiques existent, c'est le tourisme qui est absent !

Je préciserai que depuis 1962, une trentaine de ministres du tourisme sont passées, seuls Six avaient le profil et l'envergure pour  gérer ce secteur qui demande, un savoir-vivre, un savoir-faire, un savoir -être et notamment une bonne culture générale qui permet d'avoir une ouverture d'esprit !

 

Attendiez-vous qu’un nouveau profil comme celui de Lekhsen Marmouri, sort des annales de la présidence ?

Le nouveau ministre qui n'est pas un technocrate et dont la nomination a été saluée avec beaucoup de ferveur par les agences de voyage de l'extrême Sud, du Tassili, du Hoggar, du Gourara (Timimoun) et  du Touat (Adrar), il aura la lourde tâche de faire relever  un secteur titubant sans une mise en tourisme des régions prévue dans le SDAT horizon 2030.

Les agences du grand-Sud qui sont dans une situation précaire depuis 2008 attendent davantage d'un enfant de la région Saharienne, destination qui avait permis à l 'Algérie d'écrire ses lettres de noblesse durant les années 70-80-90, dans le cadre du tourisme réceptif. Les tour-opérators étrangers étaient satisfaits des prestations fournies par ces agences locales.

Ce ministre, comme les précédents n'aura pas le temps d'achever les quelques chantiers lancés sous sa houlette. Car chaque deux ans ou moins parfois, il y'a changement de responsable du  secteur  touristique et chacun apporte sa méthode, avec ses qualités et ses défauts !


Évaluer cet élément
(16 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Pas la peine d'insister, on ne peut pas faire du tourisme aux normes internationales dans un pays qui est une immense décharge publique par la faute même de ses citoyens sans compter les campements sauvages d'immigrants qui désormais colonisent nos campagnes ; sans oublier que les employés de ce secteur à l'instar de la populace générale n'ont même pas de notion élémentaire d'hygiène personnelle et que la mentalité tribale leur interdit le minimum d'altruisme et d'amabilité que réclame tout travail de service..
    Et pourtant, l'Algérie est dix fois plus intéressante, plus riche en patrimoine culturel et historique uniques au monde que ses voisins qui n'ont à offrir à leurs visiteurs que des cérémonies du thé, des souks et des ghettos balnéaires.
    Nos voisins n'ont pas la Pentapole du Mzab, le Tassili et le Hoggar, les villes romaines les plus importantes du monde après l'Italie, les dunes du Grand Erg, les villes et oasis du Sud si différentes les unes des autres et qui jadis constituaient le fleuron du tourisme algérien, Constantine, la corniche djidjelienne, la Kabylie et ses bijoux d'argent, El Qala, notre architecture coloniale unique en Afrique et qui les fait bien baver, non tout cela n'existe pas chez nos voisins où tout se ressemble alors qu'en Algérie c'est un monde différent dans chaque ville, musique, costumes, cuisine, architecture. L'Algérie est un géant et elle ne le sait même pas.

    Rapporter L Homme de Mechta vendredi 14 juillet 2017 13:13
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Le gouvernement se contente d’une présence très symbolique à l’inauguration de l’usine de Sovac (éclairage)

  L’absence du Premier ministre Abdelmadjid Tebboune et de Mehdjoub Bedda à l’inauguration de l’usine de montage de véhicules de Sovac représente une rupture avec la politique industrielle menée par l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal et son ministre de l’Industrie Abdesselam Bouchouareb.

Maroc- En attendant le takaful, le financement de immobilier par les banques islamiques sera une prise de risque

Pour Adnane El Guetari, Dg d'Umnia Bank, ''le démarrage de notre banque est désormais effectif avec ces premiers documents. Outre les produits et services relatifs à la gestion de comptes, nous pouvons également proposer des financements immobiliers sans des produits d’assurance.''

Le FMI examine les avancées et les priorités des réformes qu'il a recommandées à la Tunisie

Le FMI a achevé le 12 juin 2017 la première revue du programme économique de la Tunisie appuyé par un accord au titre du Mécanisme élargi de crédit. L’achèvement de la revue permet aux autorités de tirer l’équivalent de 227.2917 millions de DTS (soit environ 314.4 millions de dollars), ce qui portera le total des décaissements au titre de l’accord...