Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Octobre 2017

  •   El Kadi Ihsane
  • dimanche 2 juillet 2017 07:53

Algérie : Jean Tirole (Prix Nobel) préconise de mettre les quotas d’importation aux enchères (audio- vidéo)

Jean Tirole, prix Nobel de l’économie 2014 lors de la rencontre africaine de la société d’économétrie organisée à Alger/Ph : Ahmed Sahara

Le prix Nobel de l’économie 2014 était à Alger durant 3 jours pour la rencontre africaine de la société d’économétrie accueillie par la Banque d’Algérie. Entretien exclusif sur RadioM.

 

Jean Tirole a proposé que les quotas d’importation soient mis aux enchères « afin d'obtenir l’argent pour l’Etat » et d’éviter les mauvaises utilisations de ces quotas. Une mesure préconisée déjà en 2015 dans un papier de Nour Meddahi et Raouf Boucekkine, membres algériens de la société d’économétrie. Le prix Nobel évoquait à ce sujet la tentation du protectionnisme en progrès dans le monde. Au sujet des barrières à l’entrée dressée par l’Algérie pour une activité industrielle naissante (l’assemblage automobile) il a déclaré « si elles sont justifiées, pendant un moment », elles  doivent faire attention à la naissance de lobbies qui voudront maintenir les protections bien au delà du temps nécessaire pour lancer une activité nouvelle dans un pays. Le prix Nobel d’économie a également abordé la question des subventions et la distorsion des prix qui provoque, en Algérie, un gaspillage de l’énergie.

Moralité : les responsables sont tenus de donner l’exemple

Jean Tirole est revenu dans cet entretien sur le contenu de sa keynote du premier jour, à l’école supérieure de la banque à Bouzaréah, sur la modélisation du comportement moral (des individus) en interaction avec les récits. Un territoire en expansion dans la recherche (théorie des jeux) dont le but est d’aider les politiques publiques à trouver les bonnes incitations pour prévenir les comportements non moraux. Traduit dans le contexte algérien et la recherche d’un plus grand civisme fiscal pour faire face à la perte des revenus de la fiscalité pétrolière, Jean Tirole s’est voulu prudent sur les données propres à chaque pays ajoutant toutefois que  l’incitation, en termes de « récit positif », pour pousser les gens à contribuer est de « montrer qu’il y  en a d’autres qui contribuent beaucoup » à l’effort national par le paiement de l’impôt.  Il a affirmé à ce sujet que « les responsables sont tenus de donner l’exemple ». Sinon les populations disposent à leur portée de récits qui les dédouanent de la moralité vis à vis notamment du paiement des taxes.

L’Algérie a beaucoup à perdre dans le changement climatique

Jean Tirole a également évoqué le défi du changement climatique pour affirmer que le prix palier de 40 dollars la tonne de carbone émise serait un bon compromis pour obliger les émetteurs de Gaz à effet de serre (GES) à réduire leur émissions. Il a toutefois précisé qu’il était pour le principe d’égalité devant l’effort de réduction de l’émission des GES et que tous les pays devraient se soumettre à la taxe carbone, quitte à redistribuer des aides aux filières et aux pays les plus démunis. Il a prévenu, « l’Algérie a beaucoup à perdre dans le réchauffement climatique ».


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



5 Commentaires

  • Mettre aux enchères les importations c'est absurde. Il y a différentes manières autrement plus intelligentes de réguler les importations. L'Algérie a besoin d'une liberté d'investir, tout le problème est là. Il faut laisser les gens investir, y compris avec leurs propres devises. Il faut arrêter de faire de la devise un tabou (le nom de la devise en arabe signifie tout). Tout à l'heure j'ai lu dans la presse qu'un tunisien qui rentrait en Algérie avec 9 000 euros a été arrêté et son argent a été saisi, c'est quoi tout ça. Et en plus de tout cela le tourisme est interdit chez nous, car parler du tourisme est blasphématoire. Alors par quel autre stratagème peut-on développer un pays? En tout cas ce Jean Tirole ne mérite pas son Nobel.

    Rapporter AMER YAHIA lundi 3 juillet 2017 21:16
  • Comparer ce que dit Tirolle et que ce pond Chitour en dessous, c'est resumer la difference entre science assimilée, digérée travaillée soigneusement pendant des années d'un part et charlatanisme theorique d'autre part. Car le 1er qui est prix nobel donne une solution simple et logique qu'un enfant pourrait comprendre. Le 2d qui ne comprend rien veut paraitre savant, montrer sa science (comme Hamid :D ) et complique le probleme au lieu de le resoudre. En fait en Algerie un intello c'est quelqu'un qui connait des expressions pseudo scientifiques ou pseudo litteraires. Je cite: Y a qu'à, régime établi , apesanteur économique, parole d’évangile, éthique, gouvernement stratège, R.0., mouille la chemise ,exemplarité des princes, mange pas de pain. prêcher dans le désert etc...Quand vs avez des Tirolle partout en France ca donne la 5eme puissance mondiale. Et quand vous avez des Chitour un peu partout en Algerie vous avez ce pays de khorotos. Changez rien surtout vs ns faites marrer :D

    Rapporter 3timin dimanche 2 juillet 2017 20:34
  • @Professeur Chitour, le jour où l'animatrice de la chaine 3 a demandé à un directeur du ministère du commerce dont je n'ai pas retenu le nom, pourquoi le ministère ne publie pas les noms des heureux détenteurs des licences d'importation, il lui a répondu :" pourquoi les publier puisque tout le monde les connait ?"

    Effectivement, les enchères est une très mauvaise solution...

    Rapporter Truc dimanche 2 juillet 2017 20:11
  • Comment s'organisent les ventes aux enchères des quotas? merci

    Rapporter Abdelhakim dimanche 2 juillet 2017 15:25
  • A ces honorables partisans du " Y a qu'à..."

    Je ne suis pas favorable à la proposition des enchères. Ce type de "solutions" n'est valable que pour des pays en régime établi où les règles de concurrence sont bien étables où la triche est sévèrement sanctionnée. Nous sommes un pays en apesanteur économique où tout est à faire Et ce n'est pas parce que le maître l'a dit que c'est parole d’évangile ! Nous avons besoin d'éthique d'un gouvernement stratège qui navigue d'une façon optimale et non pas selon une feuille de route à l'avance C'est une adaptation continuelle, c'est de fait un problème de R.0. Nous avons besoin d'un Etat fort qui mouille la chemise et qui doit donner l'exemple par l'exemplarité des princes qui nous gouvernent. A ce moment par une pédagogique de tous les instants, les citoyens pourront adhérer à une vision du futur. Nous n'en prenons pas le chemin
    Quant à l'incursion dans le changement climatique. Cela ne mange pas de pain. Dire que l'Algérie est sera impacté par les changements climatiques c'est une évidence que je n'ai pas cessé d'affirmer; La taxe carbone qui consiste à appliquer la devise: "Pollueur payeur" aura toute sa signification quand l'ardoise des 900 milliards de tonnes de CO2 envoyés dans l'espace par les pays industrialisés sera payée par eux. De plus le fameux fonds de l'environnement de 100 milliards de $ en est à une dizaine.. Enfin le canular de la COP21 n'a pas été apprécié par L'administration Trump; C'est dire si les pays faibles seront impactés en priorité

    Dire tout cela en Algérie par des Algériens c'est prêcher dans le désert. Inviter des sommités pour le dire c'est mieux... On l'aura compris ces effets d'annonce ne mènent nulle part si la solution d'une vision globale n'était pas mise en oeuvre
    Pr. Chems Eddine Chitour

    Rapporter Prof. Chems Chitour dimanche 2 juillet 2017 11:36
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 12 millions de tonnes de produits sidérurgiques par an à l'horizon 2020

L'industrie nationale de la sidérurgie est dominée par quatre  principaux producteurs. Il s’agit des groupes public Imetal , le groupe turc Tosyali  ainsi que deux entreprises privées algériennes Lamino Attia  et SPA Maghreb tubes.

Le FMI récolte 450 milliards de dollars pour maintenir sa capacité de prêt

Les emprunts bilatéraux constituent la troisième ligne de défense importante du FMI après les quotes-parts et les nouveaux accords d’emprunt.

Algérie : Le ralentissement du marché de l’automobile relance l’industrie des deux roues

Le constructeur public de cycles et motocycles CYCMA Guelma compte de, son côté, saisir cette opportunité pour revenir sur le marché algérien après une période d’arrêt.