Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Octobre 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • lundi 24 avril 2017 17:47

"L’Etat doit libérer le foncier pour la construction de nouveaux logements" - Brahim Hasnaoui (Audio-Vidéo)

 

 

L’Etat algérien doit libérer le foncier et favoriser les entreprises privées algériennes spécialisées dans le BTP afin de répondre plus efficacement à la demande sur le logement, a indiqué sur Radio M, ce lundi, Brahim Hasnaoui, président-directeur général du Groupe des sociétés Hasnaoui.

 

 

 

Ces mesures sont à prendre rapidement, particulièrement «dans un contexte marqué de crise et où les entreprises publiques prennent encore en charge 90% des projets de réalisation de logements », a-t-il soutenu.

 Concernant le foncier, M. Hasnaoui a signalé que « l’on a légiféré en fonction de la Mitidja », une terre fertile et relativement bien irriguée et qu’il est nécessaire de protéger de l’invasion du béton.

 « Mais ce n’est pas le cas de toutes les régions du pays », a-t-il affirmé, rappelant que dans certaines régions du pays, il serait bien plus rentable de dégager du foncier pour la construction que de les réserver exclusivement à l’agriculture.

Il est nécessaire, dira-t-il, de lancer des études pour identifier les terres où il serait plus bénéfique de mettre sur pied des projets de construction de logements.

 

Les entreprises étrangères ont toujours été favorisées

 

Tout en précisant que les entreprises de construction étrangères ont toujours été favorisées par rapport aux entreprises algériennes, le P-DG du groupe Hasnaoui, a estimé qu’il était plus que jamais le moment de laisser les entreprises algériennes se lancer dans les chantiers qu’elles maîtrisent et qui ne demandent pas la technicité des leurs concurrents internationaux.  Il appelle, à ce propos, à mettre un terme aux lourdeurs administratives que subissent, tout particulièrement, les entreprises privées algériennes.

 L’invité de Radio M préconise, pour répondre à la demande en matière de logements, d’encourager les coopératives immobilières et de leur ouvrir la voie pour lancer des projets de différentes dimensions en fonctions du niveau de vie de différentes catégories de clients.  A ce sujet, il exhorte les banques à alléger les conditions bancaires liées à l’obtention de crédits pour le logement. La suppression de la condition d’âge ou encore la limitation du taux de l’apport personnel à 25% quel que soit le salaire du demandeur en sont des exemples.

Par ailleurs, Brahim Hasnaoui invite les pouvoirs publics à être moins regardants sur les prix lorsqu’il s’agit du travail des bureaux d’architectes estimant qu’il faut « encourager la réflexion » pour tout ce qui touche au domaine de la construction.

 « La faiblesse des études génère une perte financières de 10%, en moyenne, dans les projets de réalisation », a-t-il rappelé. Il souligne que la faiblesse de ces études est étroitement liée aux prix bas proposés aux bureaux d’architectes.  Brahim Hasnaoui s’est dit pour une gestion continue des cités construites. Un élément qui a longtemps fait défaut en Algérie. 

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Oui, libérer du foncier mais à l'intérieur du pays et sur les terres agricoles. Il est criminel de ne pas tenir compte des besoins en surfaces agricoles. Nous sommes un pays semi-aride et aride,et le réchauffement climatique nous guette.
    A l'heure du numérique, les ministères doivent être déplacés à l'intérieur du pays. Il ne faut laisser sur place qu'une délégation consulaire. Idem pour les grandes entreprises publiques et autres administrations. L'Etat doit donner l'exmple. Car laisser se développer l'emploi administratif au Nord, cela entraîne la construction d'écoles, lycées, fac, super-marché... bref une bétonisation de nos plus belles terres. Djamel BELAID Ingénieur agronome.

    Rapporter Djamel BELAID mardi 25 avril 2017 10:17
  • Voilà un entrepreneur qui propose des solutions concretes ; courageuses et intelligentes dans toutes les phases du BTP. En tant que citoyen qui désire acquérir mon logement dans un cadre organisé clair et surtout durable ( gestion des cites) je ne peux que m'inscrire dans cette proposition il faut aussi permettre aux Entrepreneurs de prévoir des groupes scolaires dans leurs projets;

    Rapporter Touati mardi 25 avril 2017 09:54
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 12 millions de tonnes de produits sidérurgiques par an à l'horizon 2020

L'industrie nationale de la sidérurgie est dominée par quatre  principaux producteurs. Il s’agit des groupes public Imetal , le groupe turc Tosyali  ainsi que deux entreprises privées algériennes Lamino Attia  et SPA Maghreb tubes.

Le FMI récolte 450 milliards de dollars pour maintenir sa capacité de prêt

Les emprunts bilatéraux constituent la troisième ligne de défense importante du FMI après les quotes-parts et les nouveaux accords d’emprunt.

Algérie : Le ralentissement du marché de l’automobile relance l’industrie des deux roues

Le constructeur public de cycles et motocycles CYCMA Guelma compte de, son côté, saisir cette opportunité pour revenir sur le marché algérien après une période d’arrêt.