Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Octobre 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • mardi 18 avril 2017 08:08

"Le problème de l’Algérie est d’être dans un modèle économique insoutenable" - Mouloud Hedir (Audio-video)

 Mouloud Hedir: le modèle économique de l'Algérie est insoutenable (Ph Ahmed Belghit)

Le problème de l’Algérie n’est pas la baisse des prix du pétrole mais la structure de son économie, a souligné, lundi, sur Radio M, l’économiste et spécialiste du commerce international, Mouloud Hedir.

 

 

Selon lui, les Algériens ont tendance à tout mettre en relation avec le secteur des hydrocarbures. La responsabilité de la crise actuelle est perçue sous l’angle de la baisse des prix du pétrole sur le marché international alors que le problème se pose au niveau de la nature même de l’économie algérienne, assure-t-il.

 «Notre problème est que nous sommes dans un modèle économique insoutenable qui fait dépendre tous les secteurs d’un seul secteur. Faire de l’industrie sur cette base est complètement absurde», a-t-il affirmé. 

 Pour illustrer cette dépendance, Mouloud Hedir, a cité les statistiques du commerce extérieur. « En 2016, la valeur des importations algériennes se situait entre 36 et 37 milliards de dollars au moment où les exportations étaient de 28 milliards de dollars. Quelle est cette industrie où tous les secteurs sont financés par un seul ? ». C’est toute la structure économique du pays qui est à revoir, a-t-il estimé.

 Interrogé au sujet de la réduction des importations de 15 milliards de dollars, à travers le contingentement de 21 catégories de produits, prévue pour cette année, l’invité de Radio M a souligné que le problème ne se situait pas à ce niveau car la réduction des importations est une mesure simple à entreprendre.  « Lorsque vos moyens financiers se réduisent vous réduisez automatiquement vos importations », a-t-il indiqué.

 La question qu’il faudrait se poser, selon lui, est de savoir si les 21 catégories de produits touchées par la limitation des importations sont ceux qu’il faudrait réellement cibler. A une question sur le développement des exportations, Hedir rappelle l’évidence qu’il d’abord produire pour pouvoir le faire. L’Algérie, a-t-il estimé, n’a pas d’autre choix que celui de développer son secteur industriel.   

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 12 millions de tonnes de produits sidérurgiques par an à l'horizon 2020

L'industrie nationale de la sidérurgie est dominée par quatre  principaux producteurs. Il s’agit des groupes public Imetal , le groupe turc Tosyali  ainsi que deux entreprises privées algériennes Lamino Attia  et SPA Maghreb tubes.

Le FMI récolte 450 milliards de dollars pour maintenir sa capacité de prêt

Les emprunts bilatéraux constituent la troisième ligne de défense importante du FMI après les quotes-parts et les nouveaux accords d’emprunt.

Algérie : Le ralentissement du marché de l’automobile relance l’industrie des deux roues

Le constructeur public de cycles et motocycles CYCMA Guelma compte de, son côté, saisir cette opportunité pour revenir sur le marché algérien après une période d’arrêt.