Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Août 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • lundi 10 avril 2017 17:54

Algérie - La réduction des importations est le pire des instruments face au déficit – Slim Othmani (Audio-Vidéo)

 Le gouvernement ignore toutes les pistes pour focaliser sur les importations (Slim Othmani)

Le gouvernement algérien ignore toutes les pistes pour faire au déficit pour focaliser sur la réduction des importations qui est le ‘’pire des instruments’’ a estimé Slim Othmani alors que les IDE et les transferts de la diaspora devraient être l’objectif principal.

 

 La rationalisation des importations est le pire instrument utilisé par le gouvernement algérien pour équilibrer la situation financière du pays, selon Slim Othmani, président de NCA Rouiba et du Cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise (CARE) qui s’exprimait lundi sur Radio M.

Selon lui, cette mesure va ‘’hypothéquer complètement l’avenir industriel du pays et faire du mal aux entreprises productrices’’. Des entreprises qui ‘’vont se retrouver dans une situation de marché clos ce qui produira inévitablement le déclin de la qualité’’ assure-t-il.

 ‘’La rareté des importations va provoquer une augmentation importante de la demande locale. Une situation dans laquelle, les producteurs vont beaucoup plus avoir le souci de vendre que de proposer des produits de qualité’’, explique-t-il.

 Le président du CARE dit ne pas craindre la concurrence étrangère à condition de bénéficier des mêmes avantages dont aurait bénéficié son concurrent étranger dans son pays.

Il admet que ce qui est valable pour l’industrie de la boisson peut ne pas l’être pour d’autres industries, d’où la nécessité, pour les pouvoirs publics, d’avoir une certaine capacité de discernement leur permettant de prendre en considération les spécificités de chaque secteur.

Enfermés dans la LFC 2009

 M. Othmani rappelle que la rationalisation des importations est l’une des six pistes permettant de combler le déficit. Les cinq autres pistes sont celles des IDE (Investissements directs étrangers), des transferts de la diaspora, de la gestion active des réserves de changes, du développement des exportations et de la gestion efficace de la dette.

 L’invité de Radio M déplore le fait qu’aucune de ces cinq pistes n’a été prise au sérieux par les pouvoirs publics. ‘’Lorsque vous voyez ce qui a été fait vous vous demandez si l’on est conscient de ce que l’on est en train de faire comme mal à ce pays’’, regrette-t-il.

 De son point de vue, il est impératif pour l’Algérie de faire le nécessaire pour encourager les IDE, les transferts de devises de diaspora et d’assurer une gestion active des réserves de change.  ‘’Nous n’arrivons pas à nous ouvrir au monde’’ a-t-il souligné.

  La règle du 51/49 n’est pas applicable partout, ajoutant que les IDE ont besoin de ‘’stabilité juridique’’ et de ‘’visibilité’’. Les IDE sont ‘’pointés du doigt’’ alors qu’on doit avoir une ‘’relation apaisée avec le monde’’.  Sans compter ‘’l’existence de règles non-écrites qui sont extrêmement dures’’ qui font que l’entrepreneur algérien ne se sont pas chez lui. "Nous sommes enfermés dans la loi de finance complémentaires (2009) la plus restrictive" a-t-il souligné.

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Intervention très étrange qui ne tient pas debout. L'Etat a bien raison de réduire les importations sur une série de produits que nous pouvons produire nous-mêmes à commencer par les produits agricoles. Le raisonnement de ce Monsieur semble inspiré par ceux qui vendent à l'Algérie. Il faut bien que les importateurs de fassent violence et pensent à encourager la production algérienne. Bien évidemment une foultitude de produits (notamment bien d'équipements ) seront toujours importés jusqu'à ce que nous ayons l' ingénierie pour les produire nous-même. Plutôt que d'importer encourageons les exportateurs à fabriquer et employer chez nous et faisons de notre pays à la manière des Émirats un eldorado pour investisseurs étrangers.

    Rapporter Boujday mardi 11 avril 2017 19:11
  • Mr Othmani pourrait contribuer à réduire les importations en incitant les producteurs d'agrumes à produire plus afin d'arriver à produire du concentré made in DZ. Ainsi, le concentré d'orange qu'il importe du Brésil ne serait plus nécessaire.
    Il est quand même étrange d'avoir une usine en pleine région agrumicole et de ne rien faire pour développer la production locale.
    Les pouvoirs publics doivent réagir en délivrant le message suivant aux agro-industriels:
    ok, nous vous permettons de vous enrichir sur un marché de 40 millions de consommateurs, mais en échange vous devez progressivement vous approvisionner sur le marché local par un processus de contractualisation avec les producteurs locaux. Cela devrait être la règle pour les minoteries, semouleries, raffinerie de sucre et d'huile.
    Djamel BELAID Ingénieur agronome.

    Rapporter Djamel BELAID mardi 11 avril 2017 10:17
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Un été brûlant en Algérie: 32.000 hectares de forêts ravagés par les feux

Les feux de forêts ont ravagé 32.000 hectares dans les wilayas de l'est et du centre du pays durant la période allant du 1er juin au 20 août, ont indiqué mardi à Alger des responsables du secteur.

La Tunisie ambitionne de devenir membre de la CEDEAO avant fin de 2017 (Youssef Chahed)

La Tunisie œuvre à devenir, avant la fin de l’année 2017, membre de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) , a affirmé, mardi, le chef du gouvernement Youssef Chahed.

La tarika Karkarya, un courant soufi d’origine marocaine fait des vagues en Algérie

Depuis quelques jours, une vidéo d'une nouvelle secte religieuse en Algérie, la Tarika Karkarya, dont les adeptes portent une djellaba en damier, fait le tour des réseaux sociaux algériens. Et suscite des polémiques.