Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 16 Décembre 2017

  •   El Kadi Ihsane
  • vendredi 31 mars 2017 16:54

Algérie : L’étau se resserre autour de l’affairisme « toléré » de Abdeslam Bouchouareb (analyse)

L’affaire Tahkout a brutalement réduit le seuil de tolérance de la gestion privative de l’investissement industriel par le ministre qui en a la charge.

 

Tous les regards se sont tournés, en pleine tempête Tahkout la semaine dernière, vers le ministre de l’industrie et des mines. Abdeslam Bouchouareb  a porté à bout de bras l’entrée en industrie de l’importateur multimarques de voitures. Il a intervenu directement auprès des Coréens pour finir d’écarter le distributeur de la marque Hyundai en Algérie, Cevital,  déjà en difficulté pour obtenir de son partenaire de 20 ans, un modèle d’investissement plus conforme à ses ambitions régionales.   Il n’a pas exigé l’entrée de Hyundai dans le capital de TMC (Tahkout Motors Compagny) comme dans le cas de Renault à Oran ou de Volkswagen aux côtés de Sovac à Relizane. Il a libéré en un temps éclair, à Tiaret, une friche industrielle du secteur public économique au profit de TMC, et il a élaboré un cahier des charges poreux sur l’assemblage automobile en Algérie qui n’exige, en termes d’intégration, à peu près rien de l’activité d’assemblage durant les deux premières années de son lancement. En langage simple Abdeslam Bouchouareb a permis à Mahieddine Tahkout de s’emparer de la part de marché de Hyundai Algérie en continuant d’importer en hors quota, et avec des exonérations fiscales, les véhicules de cette marque en Algérie. Pour sa défense, le ministre de l’industrie et des mines peut soutenir qu’il est en charge de promouvoir l’investissement local et qu’il est dans son rôle de facilitateur pour amener un importateur à devenir producteur local créateur d’emplois. Il pourrait même ajouter qu’il ne faut pas s’arrêter au chaos des débuts de TMC à Tiaret, illustré dans un « reportage » de Algérie Focus censé défendre l’investisseur, et évaluer ce projet dans la durée.

Le choix régalien du co-actionnaire algérien

Les réserves à ce plaidoyer de la défense sont multiples. D’abord, il y’a chez Abdeslam Bouchouareb un tropisme avéré en faveur de « l’industrialisation » de Tahkout, puisque, avant tout retour d’expérience à Tiaret, les mêmes « facilitations » ont été accordées à l’homme d’affaires de l’est algérois, à Saida pour l’assemblage de la marque Suzuki. Probablement sur le modèle  intégrateur « de repris de justice et de chômeurs » selon l’aveu reconnaissant d’un des employés de Tiaret face caméra (Algérie Focus). Ensuite, il existe de nombreux candidats à l’investissement dans l’assemblage automobile qui restent sur le grill en bas de l’immeuble Colisée (siège du ministère de l’industrie).  Le plus illustre d’entre eux est bien sûr Peugeot. Un article de  Maghreb Emergent est venu rappeler bien à propos cette semaine que si la partie française est complètement transparente sur son projet industriel à Oran (taille initiale, lignes de produits, plan d’intégration, actionnariat et politique commerciale), la partie algérienne n’a jamais dit quel était le point d’achoppement qui fait que ce projet n’a toujours pas été lancé, plus de deux ans après l’accord de Peugeot pour venir produire des voitures en Algérie. Selon deux sources qui se sont déliées depuis l’affaire Tahkout, le blocage viendrait du choix des co-actionnaires de Peugeot en Algérie. Une désignation régalienne que Abdeslam Bouchouareb utilise d’une manière discriminante plus que suspecte. Elle a épaissi sa réputation, bien établie avant son retour au gouvernement,  d’affairisme débridé et dont les événements de ces dernières semaines restituent les émanations devenues impossibles à contenir.

Un scénario Tunisien Trabesli « fade »

Le premier ministre Abdelmalek Sellal a fini  par prendre la mesure du risque Bouchouareb et de sa privatisation de la gestion des investissements  industriels dans une phase ou le pays a besoin de faire décoller sa production hors hydrocarbures. Il en est né il y a moins d’un mois à Annaba, en marge de la tripartite, une commission interministérielle de suivi des investissements.  La défiance envers le département de Abdeslam Bouchouareb n’est même plus maquillée. En fait, la distorsion pro-Tahkout dans l’assemblage automobile a plusieurs petites sœurs dans les autres filières industrielles (agroalimentaires, sidérurgie, électronique, matériaux de construction, pharmacie, aluminium, ect…) .  Des projets bancables bloqués au CNI (Conseil national de l’investissement) au  profit d’autres qui ne voient pas le jour dans les délais qu’exige l’urgence de la conjoncture économique. Opportunités différées ou perdues parce que les « amis » ne sont pas prêts ou parce que les partenaires étrangers rechignent à se voir désigner leurs partenaires locaux pour le co-investissement. « Sociologiquement nous sommes dans un scénario fade de fin de vie du régime de Benali avec une captation des flux d’investissement par le cercle présidentiel et de sa famille au détriment de la dynamique de la croissance »  nous a affirmé un investisseur algérien en marge de la matinale de CARE de mercredi dernier. Le professeur Abdellatif Benachenhou venait d’y évoquer durant sa conférence, le syndrome « in shore » de la famille Benali pour expliquer, en partie, le collapse du « modèle tunisien » de l’ancien président Benali.  Pourquoi alors scénario fade ?  « Parce que nous n’avons pas les preuves que Bouchouareb travaille vraiment pour le clan présidentiel au sens large comme le faisaient les Trabelsi en Tunisie. En fait, il bloque les investisseurs qui pourraient déplaire en haut lieu, mais lorsqu’il s’agit d’aider un business, sa démarche est plus privative. Sellal s’en est accommodé jusqu’à un certain seuil. Cela a fini par décourager trop de monde et l’alarme est lancée ».  Elle sonne de manière stridente dans les directions de l’industrie des wilayas sommées par une  récente note du ministre de l’intérieur, de faire remonter les dossiers d’investissement traités vers la récente commission de suivi avant même les  premiers « arbitrages » de la tutelle, Abdeslam Bouchouareb.

Une note de risque dégradée, et pas plus ?

La crise des revenus extérieurs de l’Algérie due au contre choc pétrolier a d’abord été, depuis 2015, un accélérateur d’influence pour Abdeslam Bouchouareb au cœur de la politique de l’industrialisation par la substitution aux importations. Elle est devenue aujourd’hui son chant du cygne. Trop de retards, trop d’exclusions, trop de concussions. Et à la fin les images burlesques d’un chantage à l’emploi « déguisé » sur le site de TMC à Tiaret, un emploi évalué à 500 000 dollars en moyenne par poste et par an en balance devises dans une estimation de Ferhat Ait Ali l’expert et lanceur d’alertes. « Avec Bouchouareb dans la boucle de décision, ce à quoi nous allons aboutir avec cette commission de suivi des investissements risque d’être pire ; une neutralisation mutuelle des parties. » prévient l’investisseur présent à la matinale de CARE.

Dans un Etat de droit Abdeslam Bouchouareb ne devrait pas être ministre de la république. Il est détenteur d’intérêts cachés dans un paradis fiscal et ne l’a pas nié. Il aurait du démissionner pour préparer sa défense devant un tribunal indépendant car deux suspicions légitimes en évasion fiscale et en fausse déclaration de patrimoine pèsent sur lui depuis les révélations de Panama Papers. Mais nous sommes en Algérie, sous le quatrième mandat de Abdelaziz Bouteflika, et même le premier ministre Abdelmalek Sellal qui se charge aujourd’hui de « démonter » le système d’influence Bouchouareb, est  lui aussi rattrapé en 2016  par les affaires à travers sa fille,  détentrice, un peut trop tôt pour son âge, d’actifs masqués aux impôts de son pays de résidence (Panama Papers).  Cela signifie bien que si l’affaire Tahkout annonce une baisse de  la notation du risque Bouchouareb pour le système ; de risque moyen à risque dangereux ;  elle ne conduit pas automatiquement à sa fin de mission après les élections législatives. Les attelages politiques liés par l’affairisme détiennent rarement la clairvoyance de séparer à temps les mauvais cordages. Ils finissent par chavirer ensemble.


Évaluer cet élément
(27 Votes)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • Bonjour.Je suis effectivement une victime de Bouchouareb and Co(comprendre Tahkout).Ils m'ont dépossédé d'une marque de Bus haut de gamme dont je suis distributeur depuis 10 ans dont tahkout lui même était notre client 2008/2009.Bouchoureb invoquant un motif fallacieux a refusé le renouvellement de notre agrément de concessionnaire.Cette affaire fut portée à la connaissance du 1er Ministre sans suite bien sur.

    Rapporter Mameri(TVM) dimanche 28 mai 2017 04:12
  • @ l'auteur de l'article,
    Monsieur le journaliste, pourriez vous avoir l'amabilité de mettre de côté les effets de style pour descendre au niveau du lecteur moyen en employant des mots simples et surtout des phrases courtes, comme cela se fait dans les plus grands magazines économiques et comme cela s'enseigne dans toutes les écoles de journalisme du monde?
    La lecture d'une information à caractère économique ne doit pas être un pensum, à moins que vous ne vouliez pas être lu.

    Rapporter LHomme de Mechta dimanche 2 avril 2017 10:50
  • il faut virer toutes ces hyènes
    ils ont amassé des fortunes colossales
    ce n'est que le peuple qui a mis à nu cette mascarade

    Rapporter le hibou samedi 1 avril 2017 01:21
  • Comme à son habitude IEK nous livre une analyse pleine de pertinence.
    Mais il a omis de signaler que Tahkout n'est pas une nouvelle recrue dans ce milieu interlope du "crapitalisme" algérien (crape voulant dire "m...e", hachakoum).
    A son palmarès plusieurs trophées: 1) Obtenir le monopole du transport des étudiants du COUS (de gré à gré S.V.P !) durant plusieurs années et ça continue 2) Squatter des terrains dans les Z.I, les terrains communaux et!ou la voie publique et les transformer en parkings pour ses bus sans qu'aucune autorité ne réagisse 3) Escroquer une compagnie d'assurances en signant des chèques sans provision et en accusant l'assureur de faux et usage de faux ..sans qu'il ne s'expose à une quelconque poursuite. Tous ces(mé)faits. indiquent le haut niveau de protection dont bénéficie cet "entreprenant" de la part de certains décideurs qu'il récompense certainement avec largesse.
    En effet, M Tahkout connait bien comment agir avec profit avec les (grosses) légumes. Il a été, dans une vie antérieure, avant de connaître richesse et gloire, un simple marchand de légumes...comme Erdogan, le futur empereur de la Turquie.
    Ma ta7gar had!

    Rapporter LAHLOU samedi 1 avril 2017 00:51
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Le CPP se déchire sur Algériens et Palestiniens par temps de « Chedda » (audio-vidéo)

Le talk de journalistes de RadioM est revenu sur l’affaire Al Qods et se quelle révèle dans l’opinion de chaque pays arabe ou pas.

L’Algérie a exporté via le port de Bejaia près de 460 000 tonnes de sucre en 10 mois

  Entre le 1er janvier et le 31 octobre 2016, les exportations de sucre via le port de Bejaia se sont établies à 338 480 tonnes.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.