Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Mars 2017

  •   Abed Charef
  • dimanche 12 mars 2017 18:12

Algérie-Economie : CARE étrille la politique du gouvernement Sellal

 Une vue de la tripatite de Annaba, le 5 mars: Care a étrillé la politique de Sellal (Facebook FCE)

 

Dans un document très élaboré présenté lors de la tripartite du 5 mars à Annaba, le Cercle de Réflexion et d’Action sur l’entreprise (CARE) critique la politique économique du gouvernement de M. Abdelmalek Sellal. CARE prône un « changement de paradigme » plutôt que des « rafistolages ».

 

 Le texte était passé relativement inaperçu. Pourtant, lors de la tripartite tenue la semaine dernière à Annaba, la contribution du Cercle pour l’Action et la Réflexion sur l’entreprise (CARE) a littéralement étrillé la politique économique du gouvernement Sellal.

 Sous un habillage soft, dans un style très mesuré, le document démonte le discours et l’action gouvernementale sur le terrain économique, et présente des alternatives, parfois très détaillées, comme c’est le cas pour l’économie numérique.

 Le texte annonce la couleur d’entrée de jeu. Il s’agit de « revenir, une fois de plus, sur la nécessité d’accélérer la transformation en profondeur de l’organisation de notre économie. Non pas seulement pour faire face aux pertes de revenus occasionnés par la chute des prix sur le marché mondial des hydrocarbures, mais pour arrimer plus solidement notre pays à un monde que de formidables mutations technologiques et scientifiques sont en train de façonner sous nos yeux».

 Il ne s’agit pas seulement d’introduire quelques mesures nouvelles, selon CARE, mais d’un « changement complet de paradigme ». « Ce n’est plus aux entreprises à s’adapter aux complexités des administrations qui régulent leurs activités, mais c’est à l’environnement économique et administratif de s’adapter aux besoins des entreprises et de leur compétitivité ».

 

 Retards

 

 CARE rappelle « avoir depuis longtemps plaidé l’urgence de ces réformes et le besoin vital de diversifier notre économie et la sortir de son addiction à la rente des hydrocarbures ». Tout en estimant qu’il « n’est pas trop tard pour commencer à afficher de légitimes ambitions pour l’avenir », CARE déplore « les retards pris » par l’Algérie.

 Le gouvernement a-t-il la volonté de réformer en profondeur l’économie du pays ? Le document de CARE note que les mesures prises récemment s’inscrivent dans le cadre du nouveau modèle économique initié par le gouvernement, mais appelle à «arrêter définitivement de nous focaliser sur le prix du baril de pétrole ».

 Pour CARE, il faut « considérer une fois pour toutes l’urgence absolue du cap vers la diversification de notre tissu économique, quand bien même ce prix du baril devait revenir à son niveau d’avant la crise ».  D’ailleurs, CARE note qu’à part le volet budgétaire, le nouveau modèle économique «a été quelque peu oublié et n’a même pas fait l’objet d’une présentation publique, encore moins d’une adoption solennelle par les autorités économiques du pays ».

 Non seulement il faut valider ce document sur le nouveau modèle de croissance, mais il faut « le compléter par des dispositifs opérationnels de nature à conférer une plus grande visibilité aux réformes qui vont devoir être engagées ».

 

Haro sur les restrictions administratives

 

CARE critique ouvertement la politique des licences mise en place pour maitriser les importations, affirmant sa préférence pour « une régulation par les mécanismes économiques et non par les restrictions administratives ».  Pour CARE, «la propension à importer se résorbera d’elle-même dès lors qu’auront été supprimées les conditions qui la stimulent et la favorisent ».

 CARE note d’ailleurs que les restrictions commerciales introduites récemment, «pour justifiées qu’elles soient sur le court terme, sont en porte à faux avec les engagements commerciaux extérieurs du pays.

 Care propose à ce sujet des formules plus classiques, comme la dévaluation du dinar, la « réforme rapide et urgente » du système des subventions, « non pour les supprimer mais pour faire en sorte qu’elles soient orientées résolument vers le soutien à la production locale », la promotion de la concurrence et de mécanismes plus déterminés de lutte contre les monopoles internes et externes, l’arrimage de l’Algérie à l’économie mondiale.

 Il critique « les interventions intempestives et directes » de l’Etat algérien « dans l’ensemble de l’économie nationale », affirmant que « l’interventionnisme tous azimuts et sans règles clairement établies est nuisible ».

 

Archaïsmes et rafistolages

 

De manière plus large, CARE appelle à construire « une Algérie ouverte au monde, loin de toute vision dogmatique ou idéologique ». L’économie algérienne a aujourd’hui besoin d’institutions qui, loin des archaïsmes et des rafistolages, la projettent dans le 21ème siècle et la débarrassent définitivement des oripeaux de cette bureaucratie d’un autre âge qui gangrène son fonctionnement au quotidien ».

 Il préconise « ’abolition progressive de toute distinction entre entreprise privée et entreprise publique », et critique « les ressources budgétaires allouées au sauvetage perpétuel d’entreprises publiques auxquelles devraient s’appliquer pleinement toutes les règles prévues dans le Code de commerce ».

 CARE plaide pour « un véritable projet d’arrimage au marché mondial, pour faire de l’Algérie « une plateforme de sous-traitance et de co-traitance internationale». Sans se prononcer clairement sur le 51/49, CARE estime qu’il « n’est pas raisonnable de libéraliser les échanges commerciaux, comme c’est le cas aujourd’hui, d’ouvrir le marché national aux exportateurs étrangers, tout en maintenant des barrières administratives face aux investisseurs internationaux ».

 Le cercle d’action et de réflexion sur l’entreprise appelle aussi à « fixer un cap à des négociations d’accession de l’Algérie à l’OMC qui sont en état de déshérence depuis de longues années ». Selon CARE, on ne sait pas « quelle est la position effective de notre pays sur ce dossier majeur ». Dans ce contexte et compte tenu des enjeux de la relation aux marchés mondiaux, CARE propose l’ouverture d’un débat national sur le thème des engagements commerciaux extérieurs de notre pays pour les vingt prochaines années.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

4 Commentaires

  • Aucune analyse économique sérieuse ne peut faire l'impasse sur la nature compradore du système politique en place.Aucune économie performante n'est possible sans un Etat de droit.
    L'Algérie officielle ne veut pas adhérer à l'OMC.Elle ne veut pas d'une économie transparente avec des règles de droit respectés par tous.Les détenteurs du pouvoir n'aiment pas la clarté la transparence dans la gestion économie ou autre.La démocratie,l'Etat de droit sont mortels pour les cancres au pouvoir.Ils ne sont forts que dans l'opacité,le discours à sens unique.Le débat public ,contradictoire et démocratique est leur bête noire.Ils ne sont à l'aise que dans le monologue stérile et débile.

    Rapporter AKSIL lundi 13 mars 2017 18:04
  • chacun veut tailler un costume sur mesure CARE,FCE, CONFÉDÉRATION PATRONALE ( cap,seve,cnpa, cgea) tous cherche leur intérêt sans se soucier du devenir économique du pays , alors je dit que ce n'est pas comme ça le salut de l’Algérie établir une vision économique puis une stratégie pour l’appliquée est le Rolle du gouvernement les opérateurs économique publics ou privé sont l'outil avec le quelle l’état réalise ça stratégie et non le contraire

    Rapporter sayah hamid dimanche 12 mars 2017 21:16
  • Est il possible d'avoir une copie du document ?
    Merci et salutations.

    Rapporter Taouti dimanche 12 mars 2017 19:47
  • Ils n'ont pas reçu leurs quota ?

    Déjà qu'ils appellent à maitriser les importations par la dévaluation du Dinar est un grand progrès... Il n'y a pas si longtemps qu'ils appelaient à une réévaluation du Dinar aux mépris de principes économiques de base. Ils ont dû faire quelques leçons d'économie élémentaire.....

    Rapporter Truc dimanche 12 mars 2017 19:01
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - La Direction de la Sûreté nationale tire la sonnette d'alarme sur l'ampleur de la contrefaçon locale

Cafés, pâtes alimentaires, margarine, eau d'oranger, miel, sucre vanillé, tabacs, détergents, produits cosmétiques, shampoings et parfums sont parmi les produits fabriqués localement victimes de contrefaçon locale, ont relevé des représentants de la DGSN lors de la seconde journée du séminaire sur la contrefaçon.

Opep : la réunion du comité de surveillance se tiendra dans un contexte pétrolier délicat

Lors de sa dernière réunion à Vienne, en janvier dernier, le comité de surveillance redoutait le non-respect des quotas de production fixés ; aujourd’hui, c’est surtout l’augmentation des stocks mondiaux d’or noir, principalement sous l’effet de l’augmentation de la production américaine, qui l’inquiète.

L’Observatoire tunisien de l’eau met en garde contre l’aggravation du stress hydrique en 2017

Entre 2016 et 2017, les ressources en eau dans les barrages tunisiens sont tombées de 1,426 milliard de m3 à quelque 700 millions de m3 seulement, selon des chiffres rendus publics par le ministre tunisien de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, le 7 mars dernier devant l’Assemblée des Représentants du Peuple.