Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Août 2017

  •   Younès Saadi
  • mardi 7 mars 2017 12:50

Algérie : Victime de son succès, la figue sèche de Beni Maouche se fait rare à Bejaia

Depuis sa labellisation, la figue sèche de Beni Maouche est introuvable à Béjaia. « Les commandes continuent d’affluer sur la région, mais les producteurs ne peuvent malheureusement satisfaire tout le monde ».

 

La célèbre figue sèche de Beni Maouche dans la wilaya de Bejaia se fait de plus en plus rare après moins de quatre mois de la fin de la récolte. Les producteurs de ce produit de terroir sont en rupture de stock depuis déjà plusieurs semaines, a-t-on appris du secrétaire général de l’Association des figuiculteurs de la commune de Beni Maouche, Omar Bekkouche. « Les commandes continuent d’affluer sur la région, mais les producteurs ne peuvent malheureusement satisfaire tout le monde », regrette notre interlocuteur. Il ajoute : « les 1600  tonnes de figues produites à Beni Maouche au cours de l’année 2016, n’ont pas pu répondre à toute la demande de plus en plus importante ». Cette situation concerne aussi les communes avoisinantes connues aussi par la production de la figue sèche. « C’est toute la région qui fait face à cette forte demande. Ils viennent de partout pour s’approvisionner en figues sèches de Beni Maouche qui a réussi à reconquérir sa place parmi les produis algériens », a-t-il affirmé.

Cette forte demande s’est répercutée sur les prix qui ont enregistrée une hausse sans précédant. « Les petites quantités qui restent sur le marché se négocient entre 600 et 750 DA le kg. C’est une première dans notre région », dit-il.

Quant aux raisons de cette situation « inédite », M. Bekkouche l’explique par deux facteurs majeurs. La qualité du produit et sa labellisation par le ministère de l’Agriculture et de Développement dural ont contribué fortement à la hausse de la demande. « Notre produit est connu maintenant, par tous les Algériens notamment depuis sa labellisation », explique-t-il. La réputation de ce fruit a dépassé même les frontières du pays. « Des opérateurs économiques se sont approchés de nous en vue de tenter cette année, des opérations d’exportation de la figue sèche de la région Beni Maouche vers la France et Bahreïn », a-t-il indiqué. À ces deux facteurs s’ajoute l’émergence de la transformation de la figue fraiche et sèche. « Certains producteurs préfèrent transformer leurs récoltes en produits dérivés tels les gâteaux et la confiture que de les vendre à l’état brut. Cette nouvelle activité a réduit les quantités de la figue mises sur le marché », explique-t-il.

Les mêmes avantages que l’olive et la datte

Pour pouvoir répondre à toute la demande et développer la culture de la figue, l’Association des figuiculeurs de Beni Maouche estime nécessaire l’intervention de l’Etat. « Nous demandons au gouvernement d’accorder à la figue les mêmes avantages octroyés à la dattes et à l’olive », a-t-il affirmé. Il enchaine : « l’Etat donne des aides aux agriculteurs qui plantent des palmiers et des oliviers mais pas à ceux qui plantent les figuiers. Cette discrimination doit cesser ». Concrètement, l’Association demande une aide symbolique de 500 à 1000 DA pour chaque arbre planté. Une telle mesure, motivera tout le monde à Beni Maouche à se lancer dans la culture de la figue, estime Omar Bekkouche. « Nous avons 1003 hectares de figuiers à Beni Maouche, avec l’aide de l’Etat nous pouvons facilement doubler cette surface », estime-t-il.

103 adhérents au label IG

103 figuiculteurs ont déjà adhéré au label indication géographique figue de Beni Maouche. Pour pouvoir porter ce label, les figuiculteurs de 11 communes de Bejaia et 10 de Sétif sont censés respecter certaines règles fixées par un cahier de charge élaboré par des experts européens et validé par le ministère de l’Agriculture et de  Développement rural. Une nouvelle campagne d’adhésion sera ouverte le mois de juin prochain, rassure le secrétaire général de l’Association des figuiculteurs de la commune de Beni Maouche.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Hahahahaha ...... " respecter certaines règles fixées par un cahier de charge élaboré par des experts européens et validé par le ministère de l’Agriculture et de Développement rural ".

    Mince alors et je reste poli, mais pourquoi toujours faire appel à des "experts" européens et plus sûrement français ? Pourquoi toujours faire appel à l'étranger pour décider quoi que ce soit ?

    C'est vraiment intolérable de voir des ministères algériens aussi peu enclins à faire confiance une bonne fois pour toutes à des algériens qui ne manquent pas au bled pour faire ce travail, surtout de proximité et de cette "envergure".

    Pour ce qui concerne les demandes d'aides, les concernés disent bien qu'il s'agit d'une subvention symbolique, alors pourquoi la réclamer. Cette façon d'opérer est assez coutumière du paternalisme instauré en mode de gouvernance en Algérie par les tenants du pouvoir. Que ces cultivateurs fassent confiance au marché qui est le seul, par le bien de l'offre et de la demande, à fixer le prix fusse-t-il élevé. Avant tout, lorsque les prix flambent comme c'est le cas, ils ne partagent pas les revenus engrangés avec les contribuables, non ?

    Soyez donc autonomes et ne comptez pas toujours sur l'état. C'est vraiment désolant de faire un constat aussi récurent. Tous les domaines sont ainsi, du particulier au supposé industriel, tous demandent quelque chose avant de commencer quoi que ce soit. Tous veulent le profit sans risque. Ce qui est inapproprié avec le marché en général.

    Rapporter Vangelis vendredi 10 mars 2017 08:24
  • On ne peut que se féliciter de cette labellisation.
    Des subventions à la plantation de figuiers seraient en effet les bienvenues.

    SUBVENTIONNER LES HAIES
    Les finances publiques ne sont pas au mieux de leur forme. Mais, s'il reste des moyens financiers, la plantation de haies serait à subventionner. Les haies permettent de freiner l'érosion. Avec les branches, on peut faire des copeaux qui peuvent servir comme litière pour les vaches laitières puis comme fumier. Sans parler des haies fruitières.
    Djamel BELAID Ingénieur Agronome.

    Rapporter Djamel BELAID jeudi 9 mars 2017 16:18
  • Pour l'exploitation de la figue Algérienne ,il faudrait que
    ces derniers, s'ils obtiennent l'aide qu'ils réclame au
    Gouvernement ,qu'ils sachent que lorsque Dieu exosce
    Nos voeux a tous que ce que produits le sole Algérien soit
    servis d'abord sur les tables de nos Familles Algériennes
    a des tarifs abordable de la bourse ouvrière
    Merci et a bon entendeur Salut*****

    Rapporter Nakib Mohamed cyclistes hotel. mercredi 8 mars 2017 11:57
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Le roi Salman d’Arabie a dépensé plus de 100 millions de dollars pour ses vacances d'été au Maroc

  Les vacances du roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud au Maroc sont une bénédiction pour l’économie locale. Selon The Independent le souverain saoudien aurait dépensé l’équivalent de 100 millions de dollars pour ses vacances d’été annuelles au Maroc.

Pétrole - L’OPEP examinera en novembre l'accord sur la production

  L’OPEP fera le point en novembre sur l'accord de réduction de la production en vigueur depuis le début de l'année afin de décider s'il y a lieu de le prolonger ou d'y mettre un terme, a déclaré lundi Essam el Marzouk, le ministre du Pétrole koweïtien, à Kuwait TV.

Algérie - De retour aux affaires, Ahmed Ouyahia va être confronté à la question de l’endettement extérieur

   Le recours à l’endettement extérieur a été réprouvé dans le passé par Ahmed Ouyahia au nom du respect du choix présidentiel. Depuis les choses ont évolué à l’image de son «ami » Ali Haddad qui défend ouvertement cette option. Le Premier ministre va-t-il se mettre à jour?