Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Août 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • lundi 9 janvier 2017 12:47

Algérie - Pour le premier installateur privé d’équipements GPL, 2017 sera bien meilleure que 2016

Le prix d’un équipement GPL peut être amorti au bout de 30.000 km, une distance « rapidement parcourue par les taxis » selon Mohamed Arachiche.

Selon le directeur général-adjoint de l’entreprise Ghazal, le maintien du prix du Sirghaz à 9 dinars, au moment où ceux des autres carburants ont enregistré leur deuxième hausse en un an, a poussé beaucoup d’automobilistes à se ruer vers les installateurs d’équipements GPL. L’Algérie compte quelque 200. 000 véhicules roulant au GPL sur un total dépassant les 6 millions.

 

 

Le marché du GPL (gaz de pétrole liquéfié) se portera beaucoup mieux en 2017 qu’en 2016, selon M. Mohamed Arachiche, directeur général-adjoint de l’entreprise Ghazal, premier installateur privé algérien d’équipements GPL pour les véhicules.

« Le maintien du prix de ce carburant, vendu sous la marque commerciale de Sirghaz, à 9 dinars, au moment où ceux des autres carburants ont enregistré leur deuxième hausse entre janvier 2016 et janvier 2017, a poussé beaucoup d’automobilistes à se ruer vers les installateurs d’équipements GPL, dès le début de cette année », affirme M. Arachiche.

Beaucoup d’automobilistes ont également opté pour le Sirghaz parce qu’ils ont, ajoute-t-il, abandonné l’idée d’attendre une subvention de l’Etat, comme l’avait fait croire la rumeur en 2016. « C’est précisément cette rumeur qui a fait que la demande sur le Sirghaz évolue de façon modérée », déplore-t-il.

« Nous avons fait le calcul et avons constaté qu’une personne roulant au GPL économisera, cette année, 1,95 dinar par kilomètre parcouru, contre 1, 5 dinar en 2016 », explique M. Arachiche. En d’autres termes, « il est possible d’amortir le coût d’installation d’équipements GPL au bout de 30.000 km. Pour un chauffeur de taxi, par exemple, cette distance est vite parcourue », souligne-t-il.

A signaler que le coût d’installation d’équipements GPL dans un véhicule se situe entre 50.000 et 60.000 dinars.

« Il y a évidemment des périodes meilleures que d’autres pour les installateurs d’équipements GPL. Par exemple, durant le mois de ramadan ou au moment de la rentrée sociale, les gens sont moins enclins à convertir leurs véhicules en raison des dépenses qu’ils ont à faire. Mais globalement, l’année 2017 s’annonce bien meilleure que l’année 2016 », affirme M. Arachiche.

 

L’usage du GPL en hausse

 

Selon les chiffres officiels, qui s’arrêtent au mois de mai 2016, la demande sur le GPL a enregistré une augmentation de 14% au cours des cinq premiers mois de l’année écoulée.

A noter que l’Algérie compte quelque 200. 000 véhicules roulant au GPL sur un total dépassant les 6 millions.

Le programme national de promotion de l’utilisation des carburants propres qui s’étale jusqu’en 2030 prévoit la conversion d’un million de véhicules au GPL. Dans le cadre de ce programme, Naftal (Société nationale de commercialisation et de distribution de produits pétroliers), premier installateur d’équipements GPL du pays, vise à implanter, d’ici 2030, du GPL dans 1.000 stations-service pour renforcer les 600 déjà opérationnelles.

A côté de Naftal et de Ghazal, le marché compte actuellement une centaine de petites entreprises spécialisées dans la conversion des véhicules au GPL.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Bonjour je veux faire une formation pour devenir installateur en convention GPL a qui je doit m,adresser et merçi

    Rapporter Lounis sofiane mercredi 2 août 2017 23:12
  • C'est beau ce que vous écrivez,mais en réalité ce n'est pas du jour au lendemain qu'on peut bénéficier d'une installation d'un kit GPL sur son véhicule.Il faut attendre........DIEU sait combien de temps.Chez NAFTAL je me suis inscrit en MARS 2016 et jusqu’à ce jour il n'y a pas de suite malgré ses slogans d'encouragement pour la conversion des véhicules "essence" en "GPL".

    Rapporter oukrid nabil jeudi 6 avril 2017 20:45
  • vive gpl

    Rapporter ghribi younes mardi 10 janvier 2017 12:54
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Le roi Salman d’Arabie a dépensé plus de 100 millions de dollars pour ses vacances d'été au Maroc

  Les vacances du roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud au Maroc sont une bénédiction pour l’économie locale. Selon The Independent le souverain saoudien aurait dépensé l’équivalent de 100 millions de dollars pour ses vacances d’été annuelles au Maroc.

Pétrole - L’OPEP examinera en novembre l'accord sur la production

  L’OPEP fera le point en novembre sur l'accord de réduction de la production en vigueur depuis le début de l'année afin de décider s'il y a lieu de le prolonger ou d'y mettre un terme, a déclaré lundi Essam el Marzouk, le ministre du Pétrole koweïtien, à Kuwait TV.

Algérie - De retour aux affaires, Ahmed Ouyahia va être confronté à la question de l’endettement extérieur

   Le recours à l’endettement extérieur a été réprouvé dans le passé par Ahmed Ouyahia au nom du respect du choix présidentiel. Depuis les choses ont évolué à l’image de son «ami » Ali Haddad qui défend ouvertement cette option. Le Premier ministre va-t-il se mettre à jour?