Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 28 Février 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • lundi 9 janvier 2017 12:47

Algérie - Pour le premier installateur privé d’équipements GPL, 2017 sera bien meilleure que 2016

Le prix d’un équipement GPL peut être amorti au bout de 30.000 km, une distance « rapidement parcourue par les taxis » selon Mohamed Arachiche.

Selon le directeur général-adjoint de l’entreprise Ghazal, le maintien du prix du Sirghaz à 9 dinars, au moment où ceux des autres carburants ont enregistré leur deuxième hausse en un an, a poussé beaucoup d’automobilistes à se ruer vers les installateurs d’équipements GPL. L’Algérie compte quelque 200. 000 véhicules roulant au GPL sur un total dépassant les 6 millions.

 

 

Le marché du GPL (gaz de pétrole liquéfié) se portera beaucoup mieux en 2017 qu’en 2016, selon M. Mohamed Arachiche, directeur général-adjoint de l’entreprise Ghazal, premier installateur privé algérien d’équipements GPL pour les véhicules.

« Le maintien du prix de ce carburant, vendu sous la marque commerciale de Sirghaz, à 9 dinars, au moment où ceux des autres carburants ont enregistré leur deuxième hausse entre janvier 2016 et janvier 2017, a poussé beaucoup d’automobilistes à se ruer vers les installateurs d’équipements GPL, dès le début de cette année », affirme M. Arachiche.

Beaucoup d’automobilistes ont également opté pour le Sirghaz parce qu’ils ont, ajoute-t-il, abandonné l’idée d’attendre une subvention de l’Etat, comme l’avait fait croire la rumeur en 2016. « C’est précisément cette rumeur qui a fait que la demande sur le Sirghaz évolue de façon modérée », déplore-t-il.

« Nous avons fait le calcul et avons constaté qu’une personne roulant au GPL économisera, cette année, 1,95 dinar par kilomètre parcouru, contre 1, 5 dinar en 2016 », explique M. Arachiche. En d’autres termes, « il est possible d’amortir le coût d’installation d’équipements GPL au bout de 30.000 km. Pour un chauffeur de taxi, par exemple, cette distance est vite parcourue », souligne-t-il.

A signaler que le coût d’installation d’équipements GPL dans un véhicule se situe entre 50.000 et 60.000 dinars.

« Il y a évidemment des périodes meilleures que d’autres pour les installateurs d’équipements GPL. Par exemple, durant le mois de ramadan ou au moment de la rentrée sociale, les gens sont moins enclins à convertir leurs véhicules en raison des dépenses qu’ils ont à faire. Mais globalement, l’année 2017 s’annonce bien meilleure que l’année 2016 », affirme M. Arachiche.

 

L’usage du GPL en hausse

 

Selon les chiffres officiels, qui s’arrêtent au mois de mai 2016, la demande sur le GPL a enregistré une augmentation de 14% au cours des cinq premiers mois de l’année écoulée.

A noter que l’Algérie compte quelque 200. 000 véhicules roulant au GPL sur un total dépassant les 6 millions.

Le programme national de promotion de l’utilisation des carburants propres qui s’étale jusqu’en 2030 prévoit la conversion d’un million de véhicules au GPL. Dans le cadre de ce programme, Naftal (Société nationale de commercialisation et de distribution de produits pétroliers), premier installateur d’équipements GPL du pays, vise à implanter, d’ici 2030, du GPL dans 1.000 stations-service pour renforcer les 600 déjà opérationnelles.

A côté de Naftal et de Ghazal, le marché compte actuellement une centaine de petites entreprises spécialisées dans la conversion des véhicules au GPL.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

Le CPP sort du piège Bengana par « la bronchite aigue » et les achats d’armes Algérie-Maroc

Vidéos

Avec la BDL et la BADR nous développerons la bancassurance en Algérie" (DG d'Amana)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- L’ANSEJ ne poursuit pas les jeunes entrepreneurs en difficultés mais les "fraudeurs" (Mourad Zemali)

    L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) distingue entre les bénéficiaires d’aide à la création d’entreprise ayant des difficultés financières et les fraudeurs qui se sont livrés à des pratiques frauduleuses contraires «au pacte qui les lie à l’Ansej ».

Maroc: Benkirane n'en veut pas mais l'USFP veut une place dans le prochain gouvernement

  Les ''socialistes'' marocains ne veulent plus faire de l'opposition. Ils entendent être au prochain gouvernement que n'arrive pas à former depuis cinq mois Abdelilah Benkirane, chef du parti (islamiste modéré) du PJD, vainqueur des législatives d'octobre 2016.

Algérie - L'emprunt national "hallal" sans intérêt arrivera au printemps

    Après l'emprunt national "ordinaire" aux résultats mitigés réalisé en 2016, le gouvernement algérien pense à un emprunt national sans intérêt, "hallal" qui pourrait être lancé au printemps. L'argent de l'informel sera-t-il plus sensible à une offre "conforme à la charia?".