Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Février 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • jeudi 5 janvier 2017 11:07

L’Etat a accordé à Sonelgaz en décembre 50 millions de DA pour "l’apurement de créances de consommation électrique"

 

Une nouvelle augmentation des tarifs,  après celle de janvier 2016, fera des mécontents. C’est précisément pour cette raison que certains économistes notamment proposent une augmentation ciblée des tarifs qui épargnerait les petits consommateurs.

 

L’Etat a accordé en décembre dernier une aide financière de près de 50 millions de Dinars à la Société de production et de distribution de gaz (Sonelgaz)  pour clôturer l’année 2016, et ce, en application d’un décret présidentiel promulgué le 22 novembre 2016.

Publié dans le Journal officiel du 6 décembre 2016, le décret présidentiel n° 16-297 prévoit une subvention au profit du groupe public d’un montant exact de 49.679.000 Dinars.          

Dans son premier article, ce décret stipule qu’il est désormais « créé, au sein de la nomenclature du budget de fonctionnement du ministère de l’Energie, pour 2016 (…), un chapitre n° 46-08 intitulé ‘’ Subvention à SONELGAZ pour l’apurement de créances de consommation électrique’’».

Selon le même texte, ce crédit est applicable au budget des charges communes et au chapitre n° 37-91 « Dépenses éventuelles - Provision groupée ».

Il y a lieu de relever que la création d’un budget spécialement dédié à la Sonelgaz signifie que d’autres subventions pourraient lui être allouées dans un avenir proche.

 

Sonelgaz n’est pas au mieux de sa forme financière

 

Sur le plan financier, le groupe public n’est pas au mieux de sa forme : d’abord, en raison du grand nombre de mauvais payeurs et, ensuite, en raison du décalage existant entre le coût de production de l’énergie et le prix de vente proposé au client final.

Dans une récente déclaration faite à Maghreb émergent, un responsable à la Sonelgaz, qui a préféré garder l’anonymat, a souligné ce décalage en donnant un exemple chiffré. «Une quantité d’électricité produite avec un coût de 10 dinars est vendue aujourd’hui à 4 dinars. Le taux de perte est de 60% », avait-il déploré. D’après lui, la solution la plus efficace serait d’opérer une nouvelle augmentation des tarifs. Il a, cependant, assuré qu’aucune augmentation n’était prévue au cours de l’année 2017 ni pour l’électricité ni pour le gaz.

 

Une augmentation ciblée des tarifs  de l’énergie est-elle possible ?

 

Il va sans dire qu’une nouvelle augmentation des tarifs,  après celle de janvier 2016, fera des mécontents. C’est précisément pour cette raison que certains économistes notamment proposent une augmentation ciblée des tarifs qui épargnerait les petits consommateurs. Une mesure qu’ils proposent d’ailleurs d’appliquer à différents secteurs.

Mais là aussi, un problème se pose : l’absence d’un système d’information fiable.  Pour le Pr Abderrahmane Mebtoul, une démarche visant à mettre en place des subventions ciblées pour différents produits de première nécessité ne pourra voir le jour tant que l’Algérie n’a pas mis au point un système d’information répertoriant avec précision les différentes catégories de consommateurs. 

 

 

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • 50 millions de Dinars ! bigre Sonelgaz est sauvée... c'est à peu près l'ardoise d'une APC d'une ville moyenne....

    «Une quantité d’électricité produite avec un coût de 10 dinars est vendue aujourd’hui à 4 dinars..."

    Et pourquoi Sonelgaz produit à 10 Dinars le Kwh alors qu'elle reçoit le gaz presque gratuitement et qu'en Europe qui achète le gaz au prix international, on produit à environ 6 Dinars. Même Lavalin à Hadjret Ennous, de mémoire doit produire à moins de 2 Dinars et si on comptait le gaz, à moins de 4 Dinars et fait même des bénéfices et en plus doit donner sa centrale dans 10 ans....

    Rapporter Truc jeudi 5 janvier 2017 18:20
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

Les Bourses européennes, à l'exception de Londres, ouvrent en très légère hausse

Aux changes, l'euro poursuit sa remontée autour de 1,0560 dollar après l'annonce par François Bayrou de sa décision de ne pas se présenter à l'élection présidentielle française et sa proposition d'alliance acceptée par Emmanuel Macron.

Déjà substantiels, les investissements saoudiens au Maroc semblent promis à un bel avenir

Selon un membre du Conseil d'affaires maroco-saoudien, Mohamed Ben Badr Al Doussari, le volume des investissements saoudiens au Maroc devait dépasser les 38 milliards de dirhams à fin 2016.

"Alnaft est à l’écoute des partenaires étrangers pour être au rendez-vous de la reprise des investissements dans l’amont pétrolier" (Sid Ali Betata)

  Sid-Ali Betata, président du Comité de direction de l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT), confirme qu’un appel à la concurrence, axé essentiellement sur des projets de développement, est inscrit dans le plan d’actions d’ALNAFT pour 2017 Il se dit optimiste sur l’attractivité de l’amont pétrolier algérien. Entretien exclusif.