Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

La demande pour le crédit à la consommation commence à s’accélérer-E. Wormser sur RadioM (audio)

Eric Wormser, DG de Société Générale Algérie (SGA) /Ph: Ahmed Sahara

Les premiers chiffres de SGA sur le crédit à la consommation relèvent que  le BBM (Blanc, brun et le mobilier) tient la tête du podium des produits sollicités, alors que le crédit auto ne représente que 15% des demandes.

 

Le crédit à la consommation a démarré lentement, mais la demande tend à s’accélérer ces dernières semaines. C’est ce qu’affirme Eric Wormser, DG de Société Générale Algérie (SGA) qui a passé des accords avec les différents fabricants de produits éligibles à ce crédit.

Lors de son passage sur le plateau de la webradio RadioM, M. Wormser explique ce démarrage timide par la nature même de ce produit qui est un crédit à la consommation affecté à la production nationale. Selon lui, il a fallu un travail « d’éducation et d’apprentissage à la fois pour nos clients et notre réseau pour préciser quels type de produits peut-on financer ».

Selon les chiffres qu’il a présentés, ce n’est pas le crédit automobile qui a été le plus sollicité mais plutôt le BBM (Blanc, brun et le mobilier).  Depuis le premier avril,  5 000 simulations ont été faites au niveau des agences de SGA et 1000 dossiers ont été décaissés pour un montant de 400 millions DA. Seulement, 15% de ces crédits ont été affectés à l’automobile, a-t-il précisé. Et d’ajouter que sur 1000 dossiers, la moitié des décaissements ont été réalisés ces trois dernières semaines.

Affirmant que la demande pour le crédit à la consommation va s’accélérer les prochaines semaines tant « la courbe de connaissance et d’apprentissage du réseau et des clients » pour ce produit est ascendante, M. Wormser explique le timide engouement pour l’automobile par les problèmes de disponibilité chez Renault Algérie au lancement du produit.

Mais, le crédit auto va véritablement décoller avec les nouveaux constructeurs qui s’apprêtent à s’installer en Algérie. En tant que « leader dans le financement structuré en Algérie » SGA compte passer des accords avec tous ceux qui ont manifesté leurs volontés d’investir dans la construction d’usines de montage en Algérie, a souligné M. Wormser

Extrait vidéo : 

 

Ecouter l'émission: 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

Le système Haddad, ou comment imposer une dîme sur les grands projets

De révélation en fuite, le système Haddad apparait au grand jour : une immense nasse qui permet au patron du FCE de percevoir une dîme sur tous les grands marchés.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».