Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

La demande pour le crédit à la consommation commence à s’accélérer-E. Wormser sur RadioM (audio)

Eric Wormser, DG de Société Générale Algérie (SGA) /Ph: Ahmed Sahara

Les premiers chiffres de SGA sur le crédit à la consommation relèvent que  le BBM (Blanc, brun et le mobilier) tient la tête du podium des produits sollicités, alors que le crédit auto ne représente que 15% des demandes.

 

Le crédit à la consommation a démarré lentement, mais la demande tend à s’accélérer ces dernières semaines. C’est ce qu’affirme Eric Wormser, DG de Société Générale Algérie (SGA) qui a passé des accords avec les différents fabricants de produits éligibles à ce crédit.

Lors de son passage sur le plateau de la webradio RadioM, M. Wormser explique ce démarrage timide par la nature même de ce produit qui est un crédit à la consommation affecté à la production nationale. Selon lui, il a fallu un travail « d’éducation et d’apprentissage à la fois pour nos clients et notre réseau pour préciser quels type de produits peut-on financer ».

Selon les chiffres qu’il a présentés, ce n’est pas le crédit automobile qui a été le plus sollicité mais plutôt le BBM (Blanc, brun et le mobilier).  Depuis le premier avril,  5 000 simulations ont été faites au niveau des agences de SGA et 1000 dossiers ont été décaissés pour un montant de 400 millions DA. Seulement, 15% de ces crédits ont été affectés à l’automobile, a-t-il précisé. Et d’ajouter que sur 1000 dossiers, la moitié des décaissements ont été réalisés ces trois dernières semaines.

Affirmant que la demande pour le crédit à la consommation va s’accélérer les prochaines semaines tant « la courbe de connaissance et d’apprentissage du réseau et des clients » pour ce produit est ascendante, M. Wormser explique le timide engouement pour l’automobile par les problèmes de disponibilité chez Renault Algérie au lancement du produit.

Mais, le crédit auto va véritablement décoller avec les nouveaux constructeurs qui s’apprêtent à s’installer en Algérie. En tant que « leader dans le financement structuré en Algérie » SGA compte passer des accords avec tous ceux qui ont manifesté leurs volontés d’investir dans la construction d’usines de montage en Algérie, a souligné M. Wormser

Extrait vidéo : 

 

Ecouter l'émission: 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...