Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 26 Mars 2017

  •   Yazid Ferhat
  • mercredi 13 avril 2016 17:40

Pour relancer la croissance des assurances, il faut augmenter les tarifs (DG d’Axa Algérie sur Radio M)

Adelane Mecellem, lors de son passage sur les ondes de Radio M (photo : Ahmed Sahara/Maghreb Emergent).

Pour Adelane Mecellem, il y a un potentiel assurable immense dans le secteur des TPE et des PME qui représentent 90% du tissu économique national, notamment en matière de responsabilité civile, risque incendie, dégâts des eaux, etc. « Il faudrait une assurance obligatoire pour ces entreprises », recommande-t-il.

 

 

Après la crise qui a affecté le secteur des assurances en 2015, avec la chute brutale des importations de véhicules, les assureurs doivent trouver de nouveau relais de croissance, a estimé Adelane Mecellem, le DG d’AXA Algérie, lors de son passage aujourd’hui à l’émission « l’Invité du Direct » de Radio M, la webradio de Maghreb Emergent.

La croissance du chiffre d’affaire du secteur avoisine, selon lui, les 1,6%, alors qu’elle était à deux chiffres avant 2014. M. Mecellem propose, pour booster, deux leviers. Il s’agit de trouver de nouvelles niches en ciblant une novelle clientèle et de procéder à une augmentation tarifaire sur les risques « sous-tarifés ».

Pour lui, il y a un potentiel assurable immense dans le secteur des TPE et des PME qui représentent 90% du tissu économique national, notamment en matière de responsabilité civile, risque incendie, dégâts des eaux, etc. « Il faudrait une assurance obligatoire pour ces entreprises », recommande-t-il, soulignant que l’informel peut être un obstacle empêchant ces entreprises d’aller vers l’assurance. Hors segment corporate, il juge que le produit multirisque habitation présente un grand potentiel, pour peu qu’on le rende « obligatoire », de même que les assurances santé et prévoyance collective.

En outre, M. Mecellem considère que l’orthodoxie tarifaire concernant certains produits comme l’assurance automobile pénalise les assureurs. « Il faudrait que les tarifs assurance automobile augmentent dans la partie garanties facultatives, le tarif de responsabilité civile étant réglementé », a-t-il préconisé. Et d’expliquer : «La dépréciation qui s’est traduite mécaniquement par une inflation doit être capturée dans la prime d’assurance. Il n’y a aucune raison qu’il y ait une inflation sur les prix du véhicule sans qu’il ait une inflation sur le tarif d’assurance ».

 

Des résultats en déca des objectifs fixés

 

M. Mecellem est revenu sur les résultats réalisé par AXA Algérie en 2015 qu’il juge « bons »mais pas à « la hauteur des objectifs fixés ». Selon lui, l’entreprise a réalisé une croissance de 16% de son chiffre d’affaires pour ses deux filiales (assurance-vie et assurance-dommages), dans un marché atone.

Après une forte croissance durant les deux premières années, AXA Algérie (qui est le fruit d’un partenariat entre le groupe français AXA, la Banque extérieur d’Algérieet le Fonds national d’investissement), a continué à renforcer ses structures et son backoffice avant d’aller vers une démarche sélective dans le choix des implantations en 2015 pour « ne pas subir une crise d’indigestion », a expliqué son DG.

M. Mecellem a noté une amélioration des indicateurs de rentabilité notamment pour le ratio combiné qui n’a cessé d’évoluer. « Mesurer l’amélioration de la rentabilité de la compagnie d’assurance c’est : combien de points par an de ratios combinés elle gagne. AXA Algérie a gagné une dizaine de point entre 2014 et 2015, avec l’objectif d’avoir une compagnie avec un ratio combiné de 90% », a-t-il expliqué.

AXA est entrée en activité en Algérie en décembre 2011. Elle détient actuellement 4% des parts de marché,2,6% dommages et 15% pour la filiale personnes. 

Pour écouter l'émission :


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Accord Opep-Non Opep: "l'Algérie a pleinement respecté son engagement de réduire sa production"

  L'Algérie a respecté "pleinement" ses  engagements de réduction de la production pétrolière dans le cadre de  l'accord de Vienne entre les pays membres et non membres de l'Organisation  des pays exportateurs de pétrole (Opep), a souligné samedi au Koweït le  ministre de l'Energie Noureddine Boutarfa.

L’interdiction des ordinateurs et tablettes en cabine décidée par Londres écœure les Tunisiens

  La décision des autorités britanniques de suivre la voie de Trump et d'interdire en cabine les ordinateurs et les tablettes sur les vols en provenance de Tunisie écœure les tunisiens. L'ambassadrice britannique a été convoquée au ministère des affaires étrangères.

Air Algérie - Le vol Alger-Istanbul fait demi-tour, les passagers repartent dans un autre avion

L'avion qui devrait assurer hier soir un vol à destination d'Istanbul à partir d'Alger, a dû être remplacé après avoir fait demi-tour en raison d'un problème technique, a indiqué Air Algérie  dans un communiqué.