Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Août 2017

  •   Yazid Ferhat
  • mercredi 13 avril 2016 17:40

Pour relancer la croissance des assurances, il faut augmenter les tarifs (DG d’Axa Algérie sur Radio M)

Adelane Mecellem, lors de son passage sur les ondes de Radio M (photo : Ahmed Sahara/Maghreb Emergent).

Pour Adelane Mecellem, il y a un potentiel assurable immense dans le secteur des TPE et des PME qui représentent 90% du tissu économique national, notamment en matière de responsabilité civile, risque incendie, dégâts des eaux, etc. « Il faudrait une assurance obligatoire pour ces entreprises », recommande-t-il.

 

 

Après la crise qui a affecté le secteur des assurances en 2015, avec la chute brutale des importations de véhicules, les assureurs doivent trouver de nouveau relais de croissance, a estimé Adelane Mecellem, le DG d’AXA Algérie, lors de son passage aujourd’hui à l’émission « l’Invité du Direct » de Radio M, la webradio de Maghreb Emergent.

La croissance du chiffre d’affaire du secteur avoisine, selon lui, les 1,6%, alors qu’elle était à deux chiffres avant 2014. M. Mecellem propose, pour booster, deux leviers. Il s’agit de trouver de nouvelles niches en ciblant une novelle clientèle et de procéder à une augmentation tarifaire sur les risques « sous-tarifés ».

Pour lui, il y a un potentiel assurable immense dans le secteur des TPE et des PME qui représentent 90% du tissu économique national, notamment en matière de responsabilité civile, risque incendie, dégâts des eaux, etc. « Il faudrait une assurance obligatoire pour ces entreprises », recommande-t-il, soulignant que l’informel peut être un obstacle empêchant ces entreprises d’aller vers l’assurance. Hors segment corporate, il juge que le produit multirisque habitation présente un grand potentiel, pour peu qu’on le rende « obligatoire », de même que les assurances santé et prévoyance collective.

En outre, M. Mecellem considère que l’orthodoxie tarifaire concernant certains produits comme l’assurance automobile pénalise les assureurs. « Il faudrait que les tarifs assurance automobile augmentent dans la partie garanties facultatives, le tarif de responsabilité civile étant réglementé », a-t-il préconisé. Et d’expliquer : «La dépréciation qui s’est traduite mécaniquement par une inflation doit être capturée dans la prime d’assurance. Il n’y a aucune raison qu’il y ait une inflation sur les prix du véhicule sans qu’il ait une inflation sur le tarif d’assurance ».

 

Des résultats en déca des objectifs fixés

 

M. Mecellem est revenu sur les résultats réalisé par AXA Algérie en 2015 qu’il juge « bons »mais pas à « la hauteur des objectifs fixés ». Selon lui, l’entreprise a réalisé une croissance de 16% de son chiffre d’affaires pour ses deux filiales (assurance-vie et assurance-dommages), dans un marché atone.

Après une forte croissance durant les deux premières années, AXA Algérie (qui est le fruit d’un partenariat entre le groupe français AXA, la Banque extérieur d’Algérieet le Fonds national d’investissement), a continué à renforcer ses structures et son backoffice avant d’aller vers une démarche sélective dans le choix des implantations en 2015 pour « ne pas subir une crise d’indigestion », a expliqué son DG.

M. Mecellem a noté une amélioration des indicateurs de rentabilité notamment pour le ratio combiné qui n’a cessé d’évoluer. « Mesurer l’amélioration de la rentabilité de la compagnie d’assurance c’est : combien de points par an de ratios combinés elle gagne. AXA Algérie a gagné une dizaine de point entre 2014 et 2015, avec l’objectif d’avoir une compagnie avec un ratio combiné de 90% », a-t-il expliqué.

AXA est entrée en activité en Algérie en décembre 2011. Elle détient actuellement 4% des parts de marché,2,6% dommages et 15% pour la filiale personnes. 

Pour écouter l'émission :


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Un été brûlant en Algérie: 32.000 hectares de forêts ravagés par les feux

Les feux de forêts ont ravagé 32.000 hectares dans les wilayas de l'est et du centre du pays durant la période allant du 1er juin au 20 août, ont indiqué mardi à Alger des responsables du secteur.

La Tunisie ambitionne de devenir membre de la CEDEAO avant fin de 2017 (Youssef Chahed)

La Tunisie œuvre à devenir, avant la fin de l’année 2017, membre de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) , a affirmé, mardi, le chef du gouvernement Youssef Chahed.

La tarika Karkarya, un courant soufi d’origine marocaine fait des vagues en Algérie

Depuis quelques jours, une vidéo d'une nouvelle secte religieuse en Algérie, la Tarika Karkarya, dont les adeptes portent une djellaba en damier, fait le tour des réseaux sociaux algériens. Et suscite des polémiques.