Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Avril 2017

  •   Younès Djama
  • mardi 6 octobre 2015 07:08

Algérie- Le porte-parole de Nabni à Radio M : "Le gouvernement n'a pas encore changé de cap pour éviter l'iceberg"

S’exprimant sur la dévaluation du dinar, le porte-parole de ce think tank, Abdelkrim Boudraa, juge la mesure « bonne », en ce sens que continuer à soutenir la monnaie nationale porterait, selon lui, préjudice à l’économie. Il souligne, néanmoins, que le gouvernement se doit d’assumer les conséquences d’un tel glissement comme les pertes au change que subissent les opérateurs et l’inflation.




Le collectif Nabni juge que les mesures prises par les pouvoirs publics suite à la chute des cours du pétrole ne sont pas à la hauteur de l’ampleur de cette crise. « A l’échelle de l’Algérie, les réponses doivent être systémiques et prendre en considération l’ensemble des données qui posent problème. Aujourd’hui, nous avons une économie qui n’est pas compétitive et un modèle rentier qui irrigue toutes les institutions », considère Abdelkrim Boudraa porte-parole de ce think tank, lors de son passage, ce lundi, à l’émission « L’Entretien » de ‘Radio M.’ la webradio de Maghreb Émergent. 
S’exprimant sur la dévaluation du dinar, Boudraa juge la mesure « bonne », dans la mesure où « continuer à le soutenir (le dinar) porte préjudice à l’économie ». Il souligne, néanmoins, que le gouvernement se doit d’assumer les conséquences d’un tel glissement, comme les pertes au change que subissent les opérateurs ainsi que l’inflation. « Après, on peut assumer cette politique en disant qu’on a besoin de l’inflation parce qu’on doit revenir à des fondamentaux mais, qu’à côté, nous voulons soutenir une ambition d’investissements car c’est cela qui va nous permettre de nous en sortir ».

S’agissant de la mesure de réduction de 20% du budget d’équipement, le porte parole du collège d’experts estime que 20% de réduction « signifie réellement 40 ou 50% du taux réel » sachant que souvent « on enregistre des taux d’utilisation des budgets relativement faibles. Si on veut couper l’économie de tant de ressources, il faut sérieusement en envisager les conséquences», estime Boudraa. Pour lui, opérer des coupes pour réduire la voilure de l’économie va poser de « sérieux problèmes » au pays à moyen et long termes. 
La vision du collectif Nabni à ce sujet est qu’il faut ‘’sérieusement réformer’’ mais, en même temps, sans réduire l’investissement « parce que si nous réduisons l’investissement, nous nous acheminons vers des creux à court terme ; or, l’ambition d’investissement doit être maintenue », observe le porte-parole du collectif Nabni. Dans le plan Abdaa, Nabni a proposé d’arrêter l’ensemble des projets inefficaces qui ne sont pas porteurs d’une valeur ajoutée. 


Pour une rationalisation de la consommation interne en énergie

Par ailleurs, jugeant que les transferts sociaux sont insoutenables et le plus souvent injustes, le porte parole de Nabni invite le gouvernement à s’attaquer à ce problème sérieusement à travers la rationalisation de la consommation interne en énergie, et aussi à travers une augmentation graduelle de tous les prix subventionnés, tout ceci couplé à l’entame de transfert monétaire direct, comme préconisé par Nabni mais aussi par la Banque mondiale. « Si on veut donner du pouvoir d’achat aux catégories démunies, il faudrait commencer par des programmes pilotes même si cela prend du temps. Car, si on ne les fait pas maintenant (les réformes, Ndr), on perdra du temps et on ne répondra pas à la demande des catégories démunies auxquelles on veut augmenter le pouvoir d’achat», observe l’invité de Radio M.
Aujourd’hui, même si les avis pour une sortie de crise convergent, il n'en reste pas moins que le temps joue contre le gouvernement et le pays, dont l’aisance financière n’est plus ce qu’elle était en 2011 et 2012 selon M. Boudraa, qui n’exclut pas que le pays recoure à l’endettement extérieur dans une année…option qui n’était pas envisageable il y a encore deux années. 


Les gouvernants sont incapables de conduire des politiques globales

A rappeler que le collectif Nabni organisera début novembre, probablement le 1 ou le 2 novembre, une rencontre en vue de restituer les échanges avec les experts à propos du plan Abdaa, distribué à quelque 70 experts en Algérie et à l’étranger. Beaucoup d’entre eux ont réagi à travers des écrits. 
Pour rappel, le think tank Nabni a proposé en 2012 que le gouvernement prenne des mesures simples à effet immédiat, sans lesquelles le pays ne peut s’engager sur des réformes plus ambitieuses. Celles-ci ont, d’ailleurs, été contenues dans le rapport Nabni 2020. Un bilan fait par ce cercle d’experts qui a établi un constat : il est utopique de penser que les gouvernants sont dans l’incapacité de conduire des politiques globales. C’est d’ailleurs, affirme Boudraa, ce qui a justifié le programme Abdaa à travers lequel le think tank propose de se concentrer sur une douzaine de chantiers structurants et structurels.

Pour écouter l'émission:




Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • il est dommage qu'on ne préconise pas, en ces moments de disette, le gel des importations de prestige telles que :
    Banane et fruits exotiques, véhicules de luxe, toute la gamme de matériel fabriqué localement. Si on doit les autoriser ce doit être selon la formule sans payement avec des taxes douanières élevées.
    Pourquoi ne pas libérer totalement l'investissement au lieu de les bloquer (voir cas de Mr REBRAB). Qu'en est-il des salaires faramineux qui ne sont pas touchés?

    Rapporter calcib mardi 6 octobre 2015 15:25
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

L’alerte de Brahim Hasnaoui : La moitié des entreprises privées algériennes du BTP en péril

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: Dans le Rif, une fronde persistante qui se radicalise politiquement

                                La tension reste toujours vive dans la région du Rif, dans le nord du Maroc, où le ton des manifestations contre '"'la hogra'' et le ''Makhzen'', sept mois après la mort dans d’atroces conditions d’un poissonnier se radicalise prenant parfois des contours ''indépendantistes''.

Réponse à Slim Othmani (I) - Le Partenariat public-privé et le risque de prédation en Algérie

    L’article de Slim Othmani sur les «6 Syndromes Phobiques de l’Economie Algérienne» a inspiré au chroniqueur Abed Charef des réflexions en 4 parties dont nous commençons la publication aujourd’hui. Le premier article porte sur l'interdiction de fait du partenariat public-privé (PPP) qui constitue bien un handicap pour les entreprises algériennes. Mais, estime-il, l’introduire en l’état actuel des choses contient un...

Maroc: Le gouvernement El Othmani à l'épreuve des revendications syndicales

       Le vote de confiance des deux chambres du Parlement est déjà acquis au nouveau chef de Gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani. Il lui reste l'épreuve des centrales syndicales qui ont ferraillé dur contre l’ex-gouvernement pour rétablir le dialogue social.