Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 19 Août 2017

  •   Yazid Ferhat
  • dimanche 31 mai 2015 16:16

F. Bergheul Cherfi sur RadioM: "Le warning saoudien sur le blanchiment d’argent doit être pris au sérieux" (audio-vidéo)

La consultante en monétique, Fettouma Bergheul Cherfi, lors de son passage à l’émission Entretien de RadioM (ph. : Y. Bouktache).

La consultante en monétique, Fettouma Bergheul Cherfi, estime que le « warning » émis par l’Arabie Saoudite à l’égard de l’Algérie, qui n’applique pas les directives du Groupe d’action financière (GAFI), est une occasion pour secouer les acteurs du système monétique pour se mettre à niveau des standard internationaux en matière de traçabilité des flux financiers.

 

La décision de l’Arabie Saoudite d’inclure l’Algérie dans la liste noire des pays qui ne luttent pas assez contre le blanchiment d’argent et financent le terrorisme implique des « pertes économiques » pour notre pays, rappelle la Consultante en monétique, Mme Fettouma Bergheul Cherfi.

S’exprimant lors de l’émission Entretien de RadioM, la web radio de Maghreb Emergent, Mme Bergheul Cherfi, qui a longtemps travaillé pour le compte de grandes banques françaises sur le blanchiment d’argent et la traçabilité des flux financiers, a expliqué que cette décision bloquera tous les flux d’argent émanant de l’Algérie vers l’Arabie Saoudite.

Selon elle, il faut prendre « très au sérieux » la démarche de l’Arabie Saoudite « parce qu’elle va arrêter des transactions émanant de l’Algérie, que ce soit des commerçants ou de particuliers ou de grandes entreprises ».

Mme Bergheul Cherfi voit en ce « warning » de l’Arabie Saoudite à l’égard de l’Algérie, qui n’applique pas les directives du Groupe d’action financière (GAFI), une occasion « faire bouger les choses dans le domaine de la monétique ».

 

« Oui, prenons le train qui est en marche »

 

Le système monétique algérien est très peu développé. Les banques sont frileuses ou, du moins, prudentes quant la généralisation du système des opérations financières dématérialisée. Pourtant, la dématérialisation favorise la traçabilité et la transparence tout en protégeant les données du client par le chiffrement, soutient Mme Bergheul Cherfi.

Pour elle, les banques et les organismes financiers se doivent de mettre à niveau leur système de règlement et de l’adapter aux standards internationaux. Ainsi, « il faut rendre tout le système monétique international », en adoptant les cartes EMV (Eurocard-Mastercard-Visa) qui sont au top des normes de sécurité. Et ce n’est pas trop tard, « on peut prendre le train qui est en marche », dit-elle.

L’argument du manque de culture du citoyen algérien pour les opérations dématérialisées ne convainc pas Mme Bergheul Cherfi. Selon elle, c’est le rôle de la banque et des établissements financiers de « donner l’habitude » à leurs clients pour apprivoiser ce genre d’opérations et les « ramener petit à petit » vers le système monétique.

Extraits vidéo : http://bit.ly/1eJK7JP

 

Cliquer ci-dessous pour écouter l'entretien:

 

 


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • L'équivalent en Algérie de l'organisme Tracfin est le Ctrl (cellule de traitement du renseignement financier) (voir le decrêt exécutif 02-127 et la loi 05-01). En ce qui concerne les banques et la question, la Banque d'Algérie a pris le règlement 05-05. Cela fonctionne depuis; mais certainement que l'organisation est à bien parfaire, notamment dans les banques publiques.

    Rapporter Todusure dimanche 31 mai 2015 21:16
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Les familles tunisiennes s'endettent de plus en plus : la dette des ménages a plus que doublé depuis 2010

Les tunisiens s’endettent surtout pour l’acquisition ou l’aménagement de logements, soit 80% des crédits alloués aux ménages.

Algérie- Youcef Yousfi veut "intégrer" l’automobile dans le programme des "industries nationales"

  Selon le ministre, la priorité sera accordée aux projets industriels dans la valorisation du phosphate, les engrais, la sidérurgie.  

Bouteflika procède à un important mouvement des cadres de l'administration territoriale

  Ce mouvement "vient suite à la promotion de certains cadres dans d'autres fonctions supérieures au niveau de l'administration territoriale.