Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 20 Février 2018

  •   El Kadi Ihsane
  • vendredi 3 novembre 2017 15:29

Algérie : l’idée de recourir par anticipation au FMI se construit des arguments à contre-courant

La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan dévoile un débat surprenant non encore public sur comment engager les réformes qui éviteront à l’Algérie une nouvelle trappe économique. 

 

L’Algérie devrait frapper à la porte du FMI tout de suite pendant qu’elle est encore debout. C’est une idée audacieuse. Elle circule au sein d’un des think-tanks algériens qui travaille sur l’économie et la société. Elle procède d’un postulat implicite. Sans contrat de dette avec une institution multilatérale point de réforme de modernisation de l’économie. Double objectif. Redresser le nez de sur le court terme budgétaire pour regarder un horizon de moyen terme préoccupant. Eviter d’arriver en 2021-2022 devant le FMI en situation d’Etat défaillant. Avec l’implication que cela entraine sur la dureté de l’ajustement.

Il existe bien sur un autre chemin vers la modernisation, celui de l’auto-réforme. Pas à l’ordre du jour sous le ticket Bouteflika-Ouyahia reconstitué. Celui qui a gouverné plus de 7 ans des 18 dernières années. Il est urgent d’agir. Autant aller plus vite vers la contrainte extérieure. L’idée suggérée au débat serait d’emprunter une dizaine de milliards de dollars au FMI en soutien à « la restructuration » de la  balance des paiements, répartis sur les cinq – sept prochaines années en contre partie d’une feuille de route de réforme de structure qui doperait la performance de l’investissement en condition de marché en Algérie. Techniquement, le risque de l’endettement excessif, serait selon cette proposition, largement soutenable.

Les politiques d’accommodement monétaire des banques centrales  occidentales resteront encore en place longtemps et le redressement des taux d’intérêt va s’étaler dans une longue durée.  Autre argument, la négociation des conditionnalités : elle sera plus aisée et permettrait un  lissage des effets de réforme mieux maitrisé. Exemple, la suppression du renflouement des entreprises publiques sans marché,  se négocierait selon un agenda socialement plus acceptable. La fonction stratégique d’un tel recours par anticipation au FMI serait de mettre l’économie algérienne sous contrainte extérieure positive. Elle obligerait les prochains gouvernements à agir comme si le pays était déjà en situation d’insolvabilité de sa balance des paiements. Mais « avec la tête haute » car ce ne serait pas vraiment le cas. Les Algériens pourraient alors choisir « leurs engagements » pour ajuster leur économie, plus librement que dans le cas ou c’est le FMI qui les dicterait selon la liste standard bien connu, même si elle a été actualisée depuis 1994.

  Les institutions financières internationales vont elles prêter à un pays qui n’est pas encore en situation de déficit de sa balance des paiements ?  Il y’a des points de vue contradictoires dans le débat en cours. L’idée est de ne pas attendre de devoir à aller sur le marché financier pour financer le trou qui se prépare dans les échanges de l’Algérie avec le reste du monde. Ahmed Benbitour pense que l’Algérie n’arrivera pas à lever de fonds dans ce cas. Pas d’actifs solvables à mettre sur la table pour rembourser à moyen-long terme, selon lui. Seuls les crédits commerciaux de courts termes resteraient disponibles. Ceux là même qui ont aggravé la situation du pays entre 1986 et 1990. 

Le recours au FMI dès 2018 permettrait donc de ne pas avoir à jauger sa signature de marché au moment le plus névralgique ou les réserves de change viendraient à flirter avec le zéro en 2020. L’idée qui agite ce think-tank va bien sur à contre courant de la doxa officielle, qui lie la souveraineté politique au désendettement. C’est son côté irréaliste. Donc innovant. Elle propose de faire de l’endettement sous contrainte de macro-ajustement modernisant un moteur de la réforme. Sans lequel rien de sérieux ne se passerait. Jusqu’au prochain collapse. Qui donc sous Bouteflika IV pour vendre politiquement le retour anticipé au FMI comme un booster de la diversification ?   

Le pétrole à 60 dollars mais encore… 

Le passage du prix du pétrole au dessus des 60 dollars cette semaine a peu de chances de changer la perception du risque algérien du collapse.  Pour deux raisons au moins. La première est liée à la nouvelle structuration du marché pétrolier mondial qui fait du pétrole de schiste américain sa nouvelle variable d’ajustement. Rôle historique dévolu à l’OPEP et à ses gros producteurs. La production américaine s’est redressée en 2017 et les exportations additionnelles vont venir gonfler les stocks mondiaux durant les prochains mois.

Les 60 dollars atteints cette semaine paraissent pour la plupart des observateurs comme un seuil haut difficile à tenir en l’absence d’un redémarrage brutal de la consommation mondiale d’énergie carbone. A 60 dollars le baril, les exportations algériennes resteront dans les frontières des 30-35 milliards de dollars de revenus par an. Donc toujours sur le chemin du choc externe avec un déficit rampant de la balance des paiements.  Pourquoi ?  C’est ici qu’intervient la 2e raison du maintien de la prospective négative sur le risque algérien. L’accroissement de la consommation domestique de pétrole est astronomique. Elle annule tout effet prix à moyen terme. C’est le ministre algérien de l’Energie qui s’est chargé de le rappeler cette semaine. La consommation domestique de pétrole a doublé entre 2010 et 2017. Les réformes de structure qu’un prêt FMI peut imposer à l’Algérie ? Elles sont à chercher de ce côté là. Et c’est une urgence.

 

 

 


Évaluer cet élément
(10 Votes)

Laissez un commentaire



5 Commentaires

  • @Rachid Sekkak, comme je l'ai dit dans mon commentaire, si l'Algérie voulait une assistance technique, le FMI la lui donnerait volontiers et GRACIEUSEMENT, elle n'a pas besoin d'emprunter pour cela. C'est un problème de volonté d'abord, aller voir un usurier pour qu'il vous mette la pression ne sert à rien du moment qu'on de l'argent pour le rembourser à tout moment.

    Rapporter Hayy ibn Yaquadhan lundi 6 novembre 2017 06:00
  • Une idée pas totalement saugrenu . Le FMI n'est pas seulement un réservoir financier mais aussi un immense réservoir d'assistance technique de très haut niveau . Comme en 1998 , ou la question de la mise en œuvre d'un Shadow Program avec le FMI ( programme sans décaissement ) etait sur la table ( après la fin de l'EFF de 3 ans ) ......n'avons nous pas besoin d'assistance technique pour agencer un vrai programme de réforme ? ......et ce d'autant que le niveau technique de certains de nos Ministères .....c'est beaucoup dégrade .? Mais qui est ce Think Tank loin d'être stupide comme un commentaire le pense ?

    Rapporter Rachid Sekak dimanche 5 novembre 2017 07:27
  • Le seul intérêt avec le FMI est de faire passer et imposer des réformes.

    Rapporter madaure samedi 4 novembre 2017 09:33
  • Cela doit être sûrement l'idée la plus saugrenue de l'année... C'est comme-ci on demandait à un accroc au jeu aux poches pleines d'aller de lui-même demander à être un interdit de casinos...

    La première réaction du FMI aux demandes Algériennes serait une franche rigolade et feraient remarquer qu'ils pourraient remettre gracieusement une feuille de route d'ajustements structurelles sans avoir à prêter un sou à l'Algérie et que si celle-ci voulait de l'argent, les banques se battraient pour le lui prêter, le pays est peut être le seul pays au monde sans dette extérieure et des resserves de 100 Mds USD. Ils feraient ensuite remarquer que les fonds du FMI sont là d'abord pour aider les pays en difficulté et que si l'Algérie avait besoin de 10 Mds, elle ferait mieux de récupérer déjà les 5 Mds qu'elle a prêté au FMI...

    Si on veut être plus sérieux, on ferait mieux de comprendre pourquoi les pays sont obligés de suivre les injonctions du FMI. Les psys qui vont frapper au portes du FMI sont les pays qui n'ont plus accès aux financements extérieurs des banques souvent parce que trop endettés et n'arrivent plus à rembourser leurs dettes ou leurs importations. Le FMI rééchelonne leurs dettes et devient l'unique source extérieure de financement qu'il va effectuer par tranches et conditionner celles-ci à un certain nombre de reformes que les pays doivent remplir sinon le FMI arrête de payer la tranche suivante. L'Algérie est-elle dans ce cas ? à la 1ere mesure du FMI qui ne plairait pas, l'Algérie envoyerait chier le FMI, lui dirait qu'elle n'a pas besoin de son argent et pourrait même le rembourser par anticipation...

    Pour être obéît par quelqu'un, il faut avoir sur lui une emprise, un moyen de coercition. Et dire que c'est un Think Tank à l'origine de toute cette masturbation intellectuelle...

    Rapporter Hayy ibn Yaquadhan vendredi 3 novembre 2017 22:25
  • Du gaz et Du pétrole et ils vont au FMI !!!???

    aprés l'autre viens nous dire que pour doing Biz ness y'a que l'algérie !!!

    et les moutons sur les forums défendent !!

    Rapporter bnnini vendredi 3 novembre 2017 17:31
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Les médecins résidents demandent l’abrogation du caractère obligatoire du service civil et non sa suppression" (Yassine Balhi)

Sondage

Vidéos

Benflis ou pas Benflis ? Les Algériens très fans des pages religieuses FB étrangères.

A ne pas manquer

Prev Next

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar (Audio)

Le professeur Hamid Temmar a été ministre des participations et de la coordination des réformes, ministre du Commerce,  ministre de l’Industrie et conseiller du président de la République pour les affaires économiques.

Algérie : La douane dévoile une opération d’importation frauduleuse de 3,4 millions de dollars

Le croisement des données bancaires et celles du Système d'information et de gestion automatisée de dédouanement (SIGAD) a permis de mettre au jour cette opération.

Algérie-UGTA: 32 fédérations expriment leur soutien à Sidi Said

Tayeb Hmarnia avait été démis de ses fonctions de responsable de l’UGTA dans la wilaya d’Annaba après avoir dénoncé le soutien d’Abdelmadjid Sidi Saïd au président du FCE Ali Haddad.