Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Octobre 2017

  •   Ahmed Bounour
  • lundi 3 juillet 2017 14:34

L’énorme optimisme de Philippe Aghion sur l’avenir économique de l’Algérie (Vidéo - Audio)

 L'économiste Philippe Aghion à Radio M

Philippe Aghion, l'inspirateur économique du président français Emmanuel Macron a séjourné à Alger, le Week-end dernier, Radio M l’a rencontré. Il fait preuve d'un grand optimisme sur l'avenir économique de l'Algérie.

 

 

 "Les pays de l’Afrique du Nord peuvent être au même niveau que les pays d’Europe centrale qui sont des pays qui innovent dans beaucoup de choses mais qui sont surtout des pays d’imitation", a indiqué, vendredi sur Radio M, l’économiste Philippe Aghion, professeur au Collège de France.

 Selon lui, les pays d’Afrique du Nord devraient principalement miser sur l’éducation de leurs populations respectives afin de favoriser l’émergence d’une main-d’œuvre qualifiée. Ils doivent également lever les barrières à l’investissement et s’ouvrir sur le monde, poursuit-il. Il est « tout aussi important de protéger les personnes qui perdent leurs emplois, considérant que la peur (de la perte d’un emploi) tue l’esprit d’initiative et l’innovation ».

Concernant le cas spécifique de l’Algérie, Le Pr. Aghion estime qu’un travail particulier doit être fait sur le marché du travail, tout en faisant montre d’un optimisme surprenant. « L’Algérie va devenir une économie qui va étonner le monde et je suis sûr que cela va se passer », a-t-il affirmé considérant que le point fort de l’Algérie est l’éducation, même si certains éléments font encore défaut.

Le Pr. Aghion qui rappelle que l’innovation reste l’élément essentiel dans le développement économique considère que l’Algérie est en mesure d’attirer ses scientifiques établis à l’étranger en créant des centres d’excellence comme en Europe centrale. Il suggère également de faire venir des professeurs étrangers pour enseigner aux côtés de leurs collègues algériens dans des universités algériennes.

 Interrogé au sujet des ressources de croissance dont disposent aujourd’hui des pays émergents, l’invité de Radio M dira, qu’à côté de l’éducation et du transfert des technologies, il y a la réallocation des facteurs à travers la création d’un marché du capital en plus de l’amélioration des pratiques de gestion des entreprises (Management Practice) en s’inspirant de ce qui se fait à l’international.

 

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Les responsables algériens vu leurs âges avancés - ne sont jamais connecté aux réalités de ce que les jeunes algériens ont eu comme exploit et ont retenu l'attention des responsables occidentaux pour leur avancée scientifique dans tous les domaines - entre autres - plusieurs génies dans tous les domaines et notre problème est socio-économique et l'ETAT par la rigidité des responsables ne veulent pas sortir de leurs habitudes et ne veulent pas une innovation - la corruption et les obstacles ont été toujours les obstacles au développement et la libération des énergies sont subordonné à la bonne gouvernance des affaires et plus particulièrement les banques et la justice - sans ces rénovations - l'ALGERIE ne pourra pas avancer - le rapatriement des jeunes scientifiques et les encourager reste le favori pour sauver le pays tout en laissant le terrain favorable pour y revenir.

    Rapporter MANSOURI dimanche 9 juillet 2017 06:29
  • Non , manifestement non il a des données totalement fausses sur le pays ou, ce qui moins probable étant donné l' envergure du personnage, il en fait une analyse erronnée. La pierre angulaire est la ressource humaine, il le dit, et c'est elle qui fait cruellement défaut! Le système éducatif? N'en parlons pas...
    Des enseigants? Dans quelle langue? Les "douctours " du moyen-orient, merci l'Algérie a déja et beaucoup donné.

    Rapporter Benadda mercredi 5 juillet 2017 12:07
  • C'est l'honneur de Radio M de donner la parole à de grands scientifiques de passage à Alger. Rafraîchissants, ces entretiens avec Jean Tirole et Philippe Aghion. Merci à El Kadi Ihsane.

    PS (qui n'a rien à voir) : pourquoi n'y a t-il aucune rue Henri Curiel ou Francis Jeanson à Alger ?

    Rapporter Mouloud Hedir mardi 4 juillet 2017 10:33
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 12 millions de tonnes de produits sidérurgiques par an à l'horizon 2020

L'industrie nationale de la sidérurgie est dominée par quatre  principaux producteurs. Il s’agit des groupes public Imetal , le groupe turc Tosyali  ainsi que deux entreprises privées algériennes Lamino Attia  et SPA Maghreb tubes.

Le FMI récolte 450 milliards de dollars pour maintenir sa capacité de prêt

Les emprunts bilatéraux constituent la troisième ligne de défense importante du FMI après les quotes-parts et les nouveaux accords d’emprunt.

Algérie : Le ralentissement du marché de l’automobile relance l’industrie des deux roues

Le constructeur public de cycles et motocycles CYCMA Guelma compte de, son côté, saisir cette opportunité pour revenir sur le marché algérien après une période d’arrêt.