Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

  •   Reuters
  • mercredi 17 mai 2017 09:50

Bourses - Actions et dollar reculent, l'aversion au risque est de retour

L'incertitude sur la capacité de Donald Trump à mener son mandat à son terme influence de plus en plus l'activité boursière.

Si Wall Street a fini mardi sans grand changement, le Nasdaq inscrivant même un nouveau record de clôture [.NFR], les marchés asiatiques ont perdu du terrain après l'article du New York Times selon lequel le président Donald Trump a demandé en février au directeur du FBI de l'époque, James Comey, de mettre fin à l'enquête en cours sur son conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, limogé par la suite. L'information nourrit les interrogations sur l'autorité du président des Etats-Unis et sa capacité à mettre en œuvre son programme.

 

 

Les principales Bourses européennes évoluent dans le rouge mercredi en début de séance, l'aversion au risque effectuant un retour remarqué sur les marchés financiers, favorisée par les turbulences politiques aux Etats-Unis qui alimentent la baisse du dollar et la hausse des valeurs refuges.

À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,44% à 5.382,57 points à 07h50 GMT tandis qu'à Francfort, le Dax cède 0,4%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,41%, le FTSEurofirst 300 de 0,31% et le Styx 600 de 0,29%.

A Londres, le FTSE, soutenu par le secteur des matières premières, est proche de l'équilibre.

Si Wall Street a fini mardi sans grand changement, le Nasdaq inscrivant même un nouveau record de clôture [.NFR], les marchés asiatiques ont perdu du terrain après l'article du New York Times selon lequel le président Donald Trump a demandé en février au directeur du FBI de l'époque, James Comey, de mettre fin à l'enquête en cours sur son conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, limogé par la suite.

L'information, susceptible de donner lieu à des accusations d'obstruction à la justice, nourrit dans l'immédiat les interrogations sur l'autorité du président des Etats-Unis et sa capacité à mettre en œuvre son programme.

Les contrats à terme sur les grands indices américains présagent d'une ouverture en net repli à la Bourse de New York et le dollar continue de reculer face aux autres grandes devises, l'indice mesurant son évolution ayant touché un nouveau plus bas depuis le 9 novembre, lendemain de l'élection présidentielle américaine.

Le yen a atteint son plus haut niveau depuis une semaine face au billet vert et l'euro a franchi brièvement la barre de 1,1115 dollar.

Ce contexte se traduit logiquement par un rebond marqué de la volatilité : l'indice de volatilité de l'EuroStoxx 50 et son équivalent pour le CAC sont en hausse de 2,5% et 3,5% respectivement.

Ce mouvement s'accompagne d'une baisse des rendements obligataires, conséquence du repli d'une partie des investisseurs sur les emprunts d’Etat : le rendement à dix ans allemand revient vers 0,4% et le français sous 0,8%. Quant à l'or, en hausse de 0,56%, il évolue au plus haut depuis deux semaines.

Sur les marchés d'actions, la baisse n'épargne aucun secteur à l'exception de celui des matières premières, dont l'indice Stoxx prend 0,8%, la dépréciation du dollar soutenant les cours. Au sein du CAC, ArcelorMittal (+1,27%) et LafargeHolcim (+0,47%) affichent les plus fortes hausses.

Le compartiment défensif de l'alimentation et des boissons est quant à lui à l'équilibre alors qu'à l'opposé, l'automobile perd 0,9%.

Parmi les sociétés ayant publié leurs résultats mardi soir ou en début de journée, Bouygues, en baisse à l'ouverture, gagne 0,64% après l'annonce la réduction de ses pertes et de la confirmation de ses objectifs 2017 comme des perspectives de sa filiale de téléphonie mobile.

Ubisoft (-7,68%) est quant à lui lourdement sanctionné et affiche la plus forte baisse de l'indice Stoxx 600. Si l'éditeur de jeux vidéo a enregistré une marge d'exploitation record sur son exercice 2016-2017, il a revu en baisse son objectif de ventes.

Dans le secteur bancaire, ABN Amro abandonne 2,46% malgré un bénéfice meilleur qu'attendu au premier trimestre alors que Lloyds Banking Group gagne 1% après la cession par l'Etat britannique de sa participation résiduelle au capital.

Sur le marché pétrolier, le baril baisse après les chiffres hebdomadaires de l'American Petroleum Institute (API), qui montrent une hausse des stocks de brut aux Etats-Unis, de quoi raviver les craintes d'une offre durablement excédentaire. Le Brent cède 0,56% à 51,36 dollars et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,74% à 48,30 dollars.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

Le système Haddad, ou comment imposer une dîme sur les grands projets

De révélation en fuite, le système Haddad apparait au grand jour : une immense nasse qui permet au patron du FCE de percevoir une dîme sur tous les grands marchés.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».