Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 16 Décembre 2017

  •   Farhat Othman
  • jeudi 12 octobre 2017 16:07

Baiser interdit, Tunisie défigurée (opinion)

La Tunisie était qualifiée de dictature souriante par les Américains avant qu’ils ne remplacent la dictature de Ben Ali par une autre en vue de mieux servir leurs intérêts géostratégiques. Et voilà le pays ployant sous une double dictature, et guère plus souriant, étant défiguré !

 

  

Que les amis de la Tunisie le sachent donc : le baiser est interdit sur cette terre qu'on dit accueillante ! C’est l’état de ce pays aujourd’hui, défiguré par ses lois et ses minorités intégristes soutenues par un Occident aveugle aux réalités du pays.

Pourtant, la Tunisie était qualifiée de dictature souriante par les Américains avant qu’ils ne remplacent la dictature de Ben Ali par une autre en vue de mieux servir leurs intérêts géostratégiques.

Et voilà le pays ployant sous une double dictature, et guère plus souriant, étant défiguré !

 

Bisou interdit, méfait honoré

 

Aujourd’hui, on Tunisie, on emprisonne pour un baiser public ! Comment ne pas encourager de la sorte toutes les dérives terroristes ? Car le terrorisme est d’abord mental.

Le rejet de l'autre qu'est le terrorisme commence avec des lois scélérates qui permettent de nier le moindre droit à la différence, à commencer par une vie privée paisible, dont ce droit naturel d’embrasser. Or, quand le bisou devient un méfait, on ne peut s’étonner que le méfait soit honoré.

Et c'est bien le cas en Tunisie de nos jours. Ne couvre-t-on pas toujours du qualificatif de jihad les menées de nombre de terroristes alors qu’il n’y plus de jihad en islam que majeur, celui contre soi et la haine de son prochain ? On n'ose pourtant pas l'admettre et le dire publiquement afin d'arrêter le lavage des cerveaux des jeunes déboussolés et désaxés !

N'est-ce pas un tel terrorisme mental qui use de la morale pour semer, non seulement l’immoralité, mais les violences et les meurtres aussi, dévastant ce qui reste de bon en Tunisie, ce côté sentimental du Tunisien qu’une matérialisation poussée à outrance défigure à l'abri de lois honnies ?

Une telle œuvre machiavélique est certes le fait, en premier, des intégristes; mais il se trouve qu'on les encourage, sinon à coups d’aides et de subventions, du moins par une fausse pratique d’un consensus mensonger. Car ils ne sont rien sans un tel soutien précieux.

C'est ce fameux « Tawafik » dont la finalité est de ne rien changer aux lois scélérates de la dictature et de la colonisation, un arsenal obsolète nourrissant la haine des uns et des autres dans le pays. Tout cela, bien entendu, a pour finalité de servir une alliance honteuse entre un capitalisme sauvage et un intégrisme islamiste, ce « capitalislamisme sauvage » au seul bénéfice des seigneurs et/ou saigneur du monde.

 

Imposer la réforme législative

 

Il ne faut plus le taire : l’Occident, surtout yankee, est bien derrière ce qui se passe aujourd’hui en Tunisie, n’ayant mis à bas la dictature qu’en se servant des attentes du peuple en termes de droits et de libertés, les détournant au service de ses seules visées mercantiles, en sus (ou à défaut) d’arriver à ses fins géostratégiquement.

Aussi, il est de la responsabilité de cet Occident autiste à ses propres valeurs d’oser enfin apporter son soutien aux bonnes volontés en Tunisie qui crient au péril; car une Tunisie intégriste est une boîte de Pandore pour tous les pays méditerranéens, et même du monde même.

Il est impératif de clarifier dans le pays la vision politique occidentale — et fatalement tunisienne —, et cela ne peut se faire que par l'abolition des lois injustes immorales et leur remplacement incontinent par des lois justes, véritablement morales.

Cela veut dire, et en premier lieu, l’abolition de toutes les interdictions et prohibitions en matière de droits et de libertés dans tous les domaines privés de la vie citoyenne dont le droit d'embrasser publiquement qui l'on veut.

Or, nos autorités, dont la mentalité est gangrénée ou anesthésiées par le virus intégriste, ne sauraient seules le faire sans l’exhortation pressante de ses plus sûrs partenaires occidentaux. Ces derniers doivent veiller sérieusement à ce que la législation obsolète en Tunisie soit mise au niveau des standards humanistes au plus tôt, ainsi qu'ils veillent au service de leurs intérêts politiques et économiques dans le pays.

C'est cela aussi le libéralisme, le vrai ! Car il ne suffit plus de faire semblant de dénoncer, mais il faut agir concrètement à coups de lois. Il est impératif de cesser de défigurer la Tunisie afin que le sourire revienne sur la face de son peuple désenchanté.

Aussi est-il de la plus haute urgence d’y légaliser le bisou public et toutes les libertés privées consacrées au reste par la Constitution demeurée lettre morte et qu'on se garde de mettre en œuvre pour continuer à défigurer encore plus le pays, en faire une théocratie au service des impérialistes de tous bords, d'Occident et d'Orient.

 

(*) Nous republions les articles de Farhat Othman, avec son aimable accord. Cet article a été publié initialement sur son blog.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Je ne vois toujours pas ce que viennent faire les "articles" de ce Ferhat Othmane, qui n'ont rien à voir avec le contenu rédactionnel de Maghreb Emergent.

    Quelqu'un peut-il nous donner une raison valable ou bien c'est ainsi, c'est votre site, vous publiez ce que vous voudrez et ce lui qui n'est pas content il n'a qu'à allez voir ailleurs ?

    Si c'est le cas, alors longue vie à ME

    Rapporter San4 jeudi 12 octobre 2017 21:34
  • En lisant le chapo on comprend d'après l'auteur que les Américains ont remplacé le dictateur Ben Ali qui ne leurs convenait pas (trop nationaliste ? communiste ?) par un autre dictateur (Caid Essebsi ou connaissant l'obsession de l'auteur plus vraisemblablement Ghanouchi) qui lui leurs a donné les clés du pays. Les Tunisiens qui sont morts ou se sont révoltés, tous manipulés ou pire, achetés. On dirait entendre Lynda Ababsa, la "spécialiste étranger" de la chaine 3 dans ses chroniques du matin ou invariablement, tout commence ou finit par les Américains et la CIA....

    Les articles de cet auteur n'ont rien à voir avec l'économie et tournent toujours autour de la femme en Tunisie, sont souvent banals et collectionnent les affirmations gratuites ou non vérifiées. Ce bonhomme doit être un très bon ami du rédacteur en chef...

    Rapporter Hayy ibn Yaquadhan jeudi 12 octobre 2017 17:11
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Le CPP se déchire sur Algériens et Palestiniens par temps de « Chedda » (audio-vidéo)

Le talk de journalistes de RadioM est revenu sur l’affaire Al Qods et se quelle révèle dans l’opinion de chaque pays arabe ou pas.

L’Algérie a exporté via le port de Bejaia près de 460 000 tonnes de sucre en 10 mois

  Entre le 1er janvier et le 31 octobre 2016, les exportations de sucre via le port de Bejaia se sont établies à 338 480 tonnes.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.