Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 15 Décembre 2017

  •   Farhat Othman
  • jeudi 24 août 2017 12:13

Tunisie - Pour l’égalité successorale entre les hommes et les femmes au nom de l’islam (opinion)

L’affiche d’une pièce de théâtre sur l’égalité successorale intitulée « Terka » (héritage) donnée à Tunis le 8 mars 2017 (illustration publiée sur : http://www.radiozina.com.

Quand on entend le vice-grand imam d’Al-Azhar prétendre que l’appel à l’égalité parfaite porte atteinte à la charia, c’est plutôt lui qui viole l’islam qui ne se réduit pas aux règles de cette charia, pure doctrine, un effort humain, donc imparfait. De plus, quand il prétend que les versets coraniques concernant l’héritage sont clairs et n’autorisent pas l’interprétation, il va à l’encontre de ce qui s’est imposé depuis le huitième siècle avec Chatibi et la nécessité de délaisser le texte pour son esprit et ses visées.

 

 

 

Le discours du président de la République le 13 août n’est pas anodin. Certes, il est provocateur, pour certains et précipité pour d’autres, mais il a bien été pesé et préparé. C’est ce qu’on sait de BCE, un animal politique de la vielle trempe. Ce qui est sûr c’est qu’il n’a rien fait à la légère ni nécessairement de gaité de cœur, ne nous y trompons pas !

Béji Caïd Essebsi, et en cela il n’a rien à envier à son alter ego islamiste, a une haute idée et de la politique et de son art de l’exercer; certes, c’est toujours à l’antique, mais eu égard à leur âge et passé, peut-on le leur reprocher? En tout cas, c’est le meilleur de la politique rétro!

Son initiative, il ne l’a pas voulue, mais elle s’est imposée à lui par la situation du pays, l’exigence populaire et la pression des partenaires occidentaux de la Tunisie. C’est que depuis la révolution, il était fatal d’en arriver à toiletter la législation scélérate de la dictature. Est-il croyable qu’un pays se voulant une nouvelle République, État de droit, continue à ployer sous les lois du régime déchu six ans après sa chute?

Certes, il y avait d’autres urgences, non pas tant économiques ou sociales, que diplomatiques; mais la donne ayant évolué, c’est le dossier législatif qui revient en premier plan, y compris et surtout pour les partenaires de la Tunisie, occidentaux en premier, mais non seulement. En effet, c'est bien connu — et Bourguiba l'a montré —, ce sont les lois qui font avancer un pays, ni l'économie ni la politique.

La conjoncture imposait de bouger, l’inertie étant porteuse de périls plus grands. Il fallait enfin se résoudre à s’attaquer à des questions sensibles, à tort érigées en tabous religieux. Car il n’est nul tabou en islam, cette foi libertaire. Qui dit le contraire ne sait pas grand-chose à cette foi sublime qu’est l’islam, au nom duquel se feront toutes les réformes à venir, car l’égalité successorale et le mariage de la musulmane n’est que le début de la restitution de leurs droits aux Tunisiens.

 

Lâcher du lest

 

On le sait bien, quand un aérostat commence à baisser d’altitude et risque de s’écraser au sol, il lâche du lest, cette lourde charge placée dans la nacelle du ballon dirigeable, que l’aéronaute jette pour garder ou relancer son ascension. En politique, on agit de même; jeter ou lâcher du lest, c’est faire des concessions pour éviter d’avoir faire face à une situation plus grave, catastrophique même.

Pour le président, c’est aller dans le sens des exigences populaires, car c’est faux de croire que le Tunisien dans son écrasante majorité soit contre l’égalité successorale. Le conservatisme social est un mythe dont on use pour ne rien faire, ne pas changer surtout des lois obsolètes, assurant la mainmise de l’État et ses privilégiés sur la société désormais émancipée.

C’est aussi profiter de la faiblesse actuelle de son partenaire islamiste qui, depuis la déroute occidentale en Syrie, est tenu de justifier autrement son utilité au pouvoir. D’où les multiples initiatives d’ouverture sur les sujets sensibles comme la libération de la vente et de la consommation d’alcool, la dépénalisation du cannabis ou l’abrogation de l’homophobie.

Certes, il a peu parlé sur le sujet de l’actualité d'aujourd'hui; mais il a su compter sur ses partenaires pour faire le travail pour lui, tirer les marrons du feu comme on dit. Ce qu’ils ont fait jusqu’ici comme l'ancienne et déplorable position du mufti de la République. Or, ce n’est plus possible, et le parti doit devoir choisir ente accepter cette fatalité de légalité successorale, comme d’autres droits et libertés pour la Tunisienne et le Tunisien, ou devoir risquer bien gros.

Il y a péril en la demeure, en effet, avec notamment le dossier syrien, surtout que l’UGTT a pesé de tout son poids pour faire bouger les choses; sans parler du ministère des Affaires étrangères ayant trouvé la faille permettant non pas le rétablissement des rapports diplomatiques avec le pays frère, mais d’y nommer tout un ambassadeur puisqu’elles n’ont pas été juridiquement rompues!

C’est à ce niveau que se situe le cadeau de BCE à Ghannouchi : pas de normalisation avec la Syrie contre la concrétisation des acquis annoncés le 23 août. Ce qui ne serait pas cher payé par le parti islamiste puisque cela lui permet d’éviter que son linge sale en matière d’envoi de jihadistes en Syrie soit publiquement étalé avec ses retombées pas nécessairement plaisantes. Surtout que la réforme voulue par le président se fera au nom du respect non seulement de la Constitution, mais aussi et surtout de l’islam. Ce qui est logique, la constitution renvoyant aux valeurs de l'islam.

 

L’inégalité successorale n’est pas islamique

 

On ne détourne l’attention d’un sujet sensible que par un autre encore plus sensible. Or, Il n’y a pas photo entre la sensibilité de questions religieuses ou supposées telles, comme celle qui nous occupe et des problèmes autrement plus graves comme le terrorisme ou la corruption.

Je dis sujets supposés religieux, car l’inégalité successorale n’est pas un problème de dogme, mais de politique sociale, ce qui est normal en une religion duale, foi et politique dans le même temps. Il n’y a que les questions relevant de la foi qui ne sont pas susceptibles de faire l’objet d’un effort d’interprétation, tout le reste devant être soumis à l’ijtihad qui a failli être une obligation pour tout musulman.

C’est donc faux de croire qu’il n’y a que la législation générée par l’effort des jurisconsultes qui représente l’islam; elle n'est que l’avis de ceux qui ont réfléchi sur leur religion pour leur temps. Rien, absolument rien, n’interdit que tout musulman, pour peu qu’il connaisse sa religion, la langue arabe et soit de bonne foi, de cogiter sur sa foi en toute liberté. C’est cela l’islam où il n’y a pas d’église. Soutenir que seul le faqih a droit d’émettre des avis religieux, c’est relever de la tradition judéo-chrétienne (les fameuses israïlyet) et non de l’islam !

Aussi quand on entend le vice-grand imam d’Al-Azhar prétendre que l’appel à l’égalité parfaite porte atteinte à la charia, c’est plutôt lui qui viole l’islam qui ne se réduit pas aux règles de cette charia, pure doctrine, un effort humain, donc imparfait. De plus, quand il prétend que les versets coraniques concernant l’héritage sont clairs et n’autorisent pas l’interprétation, il va à l’encontre de ce qui s’est imposé depuis le huitième siècle avec Chatibi et la nécessité de délaisser le texte pour son esprit et ses visées.

Justement, dans ces visées il y a la justice sur laquelle se trompe également notre vice-grand imam, car elle est dans le principe de l’égalité à consacrer dans l’absolu et non selon les cas, à la tête du croyant. Doit-on aussi lui rappeler que cette part moindre de la femme par rapport à l’homme est une tradition juive issue de la Tora, tout autant que l’interdiction du mariage de la musulmane avec un non-musulman?

C’est bien au nom de l’islam que se fera l’égalité successorale en Tunisie, tout autant que les autres questions ci-dessus évoquées. Il reste juste aux politiciens de savoir lever le doute chez ceux qui croient que l’islam interdirait une telle injustice à l’égard de la femme. Cela reviendra pour grande part au parti islamiste du fait de ses références religieuses.

À noter, à l'attention de qui de droit, qu'il y a eu déjà un projet de loi de proposé permettant une bascule immédiate dans la justice, mais souple, ménageant les plus traditionalistes par une évolution progressive.

 

Ce texte a été publié initialement sur le blog de l’auteur sous le titre « L’égalité successorale au nom de l’islam ». Nous le reproduisons ici avec sn aimable accord.

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Ce bonhomme a une idée fixe mais il l'a défend très mal en usant d'arguments très spécieux.
    Passant sur le faite pour lui que tout le monde se trompe en interprétant les versets coraniques pourtant très clairs, il veut opposer selon lui la charia qui d'après lui n'est qu'une doctrine humaine et donc peut se tromper, à la "justice". Mais quelle justice ? Si c'est la justice islamique, elle est issue de la charia et là on retombe sur le même problème. Et si c'était la justice positive, là c'est plus que humain et elle peut être même complètement exogène et imposée par les étrangers comme pendant la colonisation ou ressentie comme telle comme du temps de Bourguiba.
    On peut être pour l'égalité au nom de l'évolution universelle (plutôt occidentale) ou tout autre chose, mais de la à vouloir réécrire le coran, il y'a un pas...

    Rapporter Bouloulou vendredi 25 août 2017 08:29
  • J’allais commencer à écrire des remarques sur le contenu de ce poste, mais j’ai vite renoncé en voyant que l’auteur, qui s’est érigé en mufti et moujtahid, a excellé en matière de "n’importe quoilisme". Le poste est plein de contre-vérités, de fausses informations et des choses et leur contraire.

    A titre d’exemple, comment qualifier quelqu’un qui se veut "républicain" au sens moderne du terme, qui fait d’un dictateur (en l’occurrence Bourguiba) une référence ?

    Que dire d’un juriste (voir son CV sur le net) qui accuse ouvertement et sans preuves, le parti majoritaire dans son pays d’envoyer des jihadistes terroriser des gens dans d’autres pays ?

    Comment qualifier un "démocrate" doctorant en sociologie de surplus, qui donne des affirmations sur ce que veut le peuple de son pays, sans aucune référence statistique ou scientifique ?

    Mais finalement, le problème est à mon sens ailleurs ; car écrire n’importe quoi sur son blog n’engage que sa propre personne –ou si vous préférez n’engage que l’auteur, "propriétaire" du blog. Mais de là à reprendre son intégralité et le publier sur un site professionnel et sérieux tel que ME, là ça me laisse "sans mots" !

    Rapporter san4 vendredi 25 août 2017 00:57
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Retour au calme à Bouira, reprise de la protestation à Bejaia

Un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé dans les quatre coins de la ville de Bouira pour éviter tout dérapage.

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.