Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 25 Septembre 2017

  •   Sami Agli
  • vendredi 14 avril 2017 16:48

De la nécessité d'une transformation digitale en Algérie (opinion)

Notre pays dispose de tous les atouts pour s'arrimer à ces tendances technologiques de l'heure que reflète le Cloud, l'intelligence artificielle (IA) ou encore la réalité virtuelle, piliers de la digitalisation de l'économie dans les années à venir. En effet, selon les prévisions des experts, pas moins de 67 % des budgets IT dans le monde devraient être alloués à des offres dans le Cloud d'ici quatre ans, tandis que 40 % des projets de transition digitale devraient intégrer un volet IA pour exploiter au mieux l'ensemble des données collectées par les entreprises.

 

L'économie algérienne traverse actuellement une mutation, qui fait que les secteurs traditionnels (manufacturiers et industriels) ne peuvent plus, à eux seuls, assurer une croissance soutenue, en raison de la crise financière induite par la baisse des ressources pétrolières.

Conscients de la nécessité d'amorcer une véritable diversification des activités économiques rentables, mais surtout génératrices de valeur, les pouvoirs publics se sont engagés, depuis au moins cinq années déjà, à lancer des programmes permettant une "transformation digitale" de l'économie algérienne.

La création d'un département ministériel délégué chargé exclusivement de l'économie numérique et de la modernisation des systèmes financiers, nous donne un vif espoir de voir le pays immergé, dans les plus brefs délais dans cette transformation et améliorer son rang dans les classements fait par les organismes internationaux dans ce domaine.

Il faut dire à ce propos que beaucoup de nos entreprises, publiques ou privées, tout secteur confondu, ne considèrent plus, aujourd'hui, "l'activité numérique" comme étant quelque chose d'accessoire à leur métier, mais plutôt une nécessité pour leur développement. La généralisation de l'e-paiement et de la 4e génération de technologie mobile figurent parmi les initiatives qui auront marqué, ces derniers mois, l'actualité économique en Algérie, au côté des autres projets lancés ici et là, particulièrement en ce qui concerne la modernisation des systèmes financiers ayant permis une avancée notable en matière de mise en place d'un écosystème favorable à l'économie numérique.

Au plan légal, la notion du commerce électronique commence à faire son chemin dans la législation algérienne, les quelques centaines de sites marchands en Algérie ne seront plus, au vu de la loi, considérés comme des commerçants informels. C'est ce qui fait dire, d'ailleurs, aux spécialistes en droit des TIC que "la révolution numérique en Algérie est d'abord juridique avant d'être technique".

Notre pays dispose de tous les atouts pour s'arrimer à ces tendances technologiques de l'heure que reflète le Cloud, l'intelligence artificielle (IA) ou encore la réalité virtuelle, piliers de la digitalisation de l'économie dans les années à venir. En effet, selon les prévisions des experts, pas moins de 67 % des budgets IT dans le monde devraient être alloués à des offres dans le Cloud d'ici quatre ans, tandis que 40 % des projets de transition digitale devraient intégrer un volet IA pour exploiter au mieux l'ensemble des données collectées par les entreprises.

Cette activité économique représente, ainsi déjà 22,5% de l'économie mondiale, mais pourrait générer 2 trillions de dollars supplémentaires d'ici 2020. Chez nous, le nouveau modèle de croissance économique, annoncé l'année dernière par le gouvernement consiste, à privilégier dans les investissements publics, ceux destinés aux infrastructures générant un effet d'entraînement sur les capacités productives du pays, tout comme ils consistent à investir dans les secteurs à forte valeur ajoutée, dont le secteur du numérique.

Les secteurs-cibles sont donc identifiés. Reste à savoir si les objectifs tracés dans ce domaine seront accompagnés d'une approche concrète, favorisant les investissements et permettant l'émergence d'un cadre propice au développement des compétences locales. Les déclarations des responsables en charge de ce secteur nous donnent, sans doute, de l'espoir en un avenir meilleur. Mais en attendant, le numérique devrait stimuler l'entreprenariat chez les jeunes, piliers de l'économie de demain.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Très bonne analyse.

    Rapporter Tayeb MALEK lundi 17 avril 2017 16:24
  • L’opinion de Sami AGLI appelant à la nécessité d’une transformation digitale en Algérie est heureuse et souhaitable, mais elle a peu de chance d’aboutir dans un pays comme le notre, non par manque de compétences, mais par absence de réelle volonté politique, de paranoïa et de frilosité des pouvoirs publics qui fonctionnent avec des logiciels qui sont obsolètes.

    Pour faire court dans le registre de la provoc, je dirai : « Vaut mieux être éclairé en politique des sciences que diplômé en sciences politique »

    KHELI EL BIR BAGHTAH (laissons le puits avec son couvercle)

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Bancaire Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées

    Rapporter GUENZET SOFIANE dimanche 16 avril 2017 22:41
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: "Le gouvernement Ouyahia n’a aucune intention de faire des réformes" - Abdesselam Ali-Rachedi

 L’ancien député Abdesselam Ali-Rachedi estime que l’impasse était prévisible depuis 2012.  Selon lui, le pouvoir cherche « plus à camoufler le déficit qu’à le juguler ».

Algérie- Au moins 600 000 postes d’emploi inoccupés dans l'agriculture (ministre)

Quelque 600 000 postes d’emploi se rapportant à l’agriculture sont encore inoccupés sur le territoire national faute de postulants, a affirmé dimanche à Sidi Lakhdar (Aïn Defla), le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki, appelant les jeunes à opter pour ce créneau d’activité porteur.

Tunisie : Le projet de loi de finances 2018 annonce des jours encore plus durs aux tunisiens

 L'augmentation des taux d'imposition et notamment des différents taux de la TVA, du droit de consommation et la création d’une Contribution Sociale Généralisée, semblent être les grandes orientations prévues dans le projet de loi de Finances 2018, commentées par l'expert comptable, Walid Ben Salah.