Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Août 2017

  •   Farhat Othman
  • jeudi 2 mars 2017 10:13

Quelle issue non platonique pour la Libye? (opinion)

Combats à Syrte (ph. : Reuters).

Qui ignore aujourd'hui que, parmi les motivations de la cabale orchestrée contre le dictateur que fut Kadhafi, étaient de contrer ses initiatives, certes écervelées pour l'essentiel, mais qui n'étaient pas moins de nature à perturber le désordre mondial dominé par de supposés seigneurs devenus, pour sauvegarder leurs intérêts menacés, des "saigneurs"?

 

  

La Libye est comme la caverne du philosophe où s'agitent des ombres qu'on croit agir et qui ne sont que la projection de l'action de qui est actif dans l'ombre. Aussi, y trouver une issue suppose d'impliquer ces acteurs occultes. 

L'initiative du président de la République (tunisienne, NDLR), mise en œuvre avec talent par son seul représentant, le ministre des Affaires étrangères, est à saluer. Réussira-t-elle, toutefois, à constituer une issue au drame libyen ? Rien n'est moins sûr.

 

Un pas dans le bon sens

 Assurément, c'est un pas dans le bon sens que d'agir dans le cadre de l'ONU en veillant à impliquer toutes les parties libyennes sans

exclusive, tout en assurant que la solution ne saurait venir que de l'intérieur.

C'est censé et nécessaire à dire; mais cela reste insuffisant au vu de l'état actuel du monde, de la situation géostratégique du pays et surtout des causes du drame. 

Or, il est un principe cardinal à ne jamais négliger en science politique, qui consiste à ne pas négliger la cause pour agir efficacement sur l'effet. Surtout que l'on sait, pertinemment, que l'effet ne peut qu'être à la mesure de la cause. Aussi est-il dramatique dans ses retombées néfastes ou fabuleuses dans ses bienfaits selon la petitesse ou la grandeur de la cause, aussi bien morale que matérielle.

 

Agir sur la cause

 

Pourtant, on ne parle pas, ou si peu, de la cause du drame libyen. Quelle est-elle? Pour résumer, disons que ce sont les appétits de l'Occident attirés par les richesses de ce pays subitement déclaré en état de catastrophe. On sait que le chaos est une opportunité pour faire les affaires les plus juteuses. Or, jamais les néocolonialistes n'ont été nombreux autour de l'aubaine libyenne. Outre les richesses du pays, ils ont eu et ont pour but d'empêcher le moindre changement dans l'ordre injuste mondial, bien que devenu obsolète.

Qui ignore aujourd'hui que, parmi les motivations de la cabale orchestrée contre le dictateur que fut Kadhafi, étaient de contrer ses initiatives, certes écervelées pour l'essentiel, mais qui n'étaient pas moins de nature à perturber le désordre mondial dominé par de supposés seigneurs devenus, pour sauvegarder leurs intérêts menacés, des "saigneurs"? Que cela fût réalisé au nom des droits de l'Homme et des libertés des peuples ne change rien à la vérité. 

Bien plus qu'ailleurs, on sait, en Tunisie, qu'on instrumentalise le vrai — et aussi le sacré — pour le faux et l'abject.

 

Une stratégie machiavélique

 

Ne l'oublions pas ! Tout a commencé en Tunisie qui est, au demeurant, la première victime de la tragédie libyenne. On y a initié, comme dans un jeu de quilles politiques, la chute d'une dictature jugée guère plus coopérante ou pas assez avec les visées du néocolonialisme. On agissait à la mise en place d'une stratégie subtile et de longue haleine, devant forcer le changement de la face d'une partie du monde, sans toucher nullement à son désordre devenu flagrant. Cela devait contribuer à en occulter quelques aspects.

L'argument fallacieux, bien que judicieux - répondant aux attentes de peuples asservis -, était bien évidemment la démocratie. Or, on sait pertinemment que même dans l'Occident démocratique, ce supposé pouvoir du peuple n'existe pas ou plus; on n'y a qu'une "daimoncratie", ce pouvoir des démons (daimons) de la politique. Bien évidemment, ces démons sont, aujourd'hui, les gourous de la finance mondiale et les politiques au service du capitalisme mondial, allié pour la circonstance au courant le plus vénal en islam, le salafisme, dans ce "capitalislamisme sauvage". C'est ce qui a donné Daech.

Éventé en Syrie, ce machiavélique complot est désormais dénoncé même chez ses premiers initiateurs en Amérique où l'arrivée du trublion Trump a démontré qu'une telle stratégie du chaos n'était pas la meilleure. 

 

L'impératif de la solidarité

 

On ne peut donc plus continuer de faire comme si de rien n'était. Le responsable du drame libyen est l'Occident qui doit assumer entières ses responsabilités dans la ruine du pays et de ses voisins proches et lointains.  

En cet Occident, ce n'est pas seulement les États-Unis qui doivent être impliqués, mais aussi et surtout l'Union européenne d'où sont partis les premiers traits meurtriers visant Kadhafi et son peuple. 

L'UE ne peut et ne doit plus se limiter à sa pratique actuelle d'une politique de gribouille développant une stratégie inepte visant à verrouiller les frontières de la Libye, jusqu'à y envisager, et en Tunisie aussi, des campements de rétention pour les flux des réfugiés, ces camps de concentration postmodernes. Elle a l'impératif catégorique, aussi bien juridique que moral, d'agir sur les causes en reconnaissant enfin et de manière sérieuse la nécessaire et incontournable solidarité entre les deux rives de la Méditerranée. C'est bien une fatalité qu'impose la sortie inéluctable du paradigme du monde ancien déjà mort e des rapports mondiaux archaïques d'après la seconde Guerre mondiale.

Un tel sursaut salutaire commencera par l'acte spectaculaire en termes symboliques que sera la répudiation de la politique européenne actuelle en matière migratoire. Qu'on ose donc, au préalable, ériger en nouveau dogme la liberté des mouvements humains en usant de l'outil désormais incontournable du visa biométrique de circulation? 

Et qu'on répare le mal fait en proposant l'adhésion à l'Union du Maghreb, Libye y compris. N'est-ce pas ainsi agir sur les causes du drame libyen et chercher utilement à en sortir dans le cadre de la devise européenne de l'unité dans la diversité : in varietate concordia?

 

(*) Cet article a été publié sur le blog de l’auteur. Nous le republions ici avec son aimable accord.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Le roi Salman d’Arabie a dépensé plus de 100 millions de dollars pour ses vacances d'été au Maroc

  Les vacances du roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud au Maroc sont une bénédiction pour l’économie locale. Selon The Independent le souverain saoudien aurait dépensé l’équivalent de 100 millions de dollars pour ses vacances d’été annuelles au Maroc.

Pétrole - L’OPEP examinera en novembre l'accord sur la production

  L’OPEP fera le point en novembre sur l'accord de réduction de la production en vigueur depuis le début de l'année afin de décider s'il y a lieu de le prolonger ou d'y mettre un terme, a déclaré lundi Essam el Marzouk, le ministre du Pétrole koweïtien, à Kuwait TV.

Algérie - De retour aux affaires, Ahmed Ouyahia va être confronté à la question de l’endettement extérieur

   Le recours à l’endettement extérieur a été réprouvé dans le passé par Ahmed Ouyahia au nom du respect du choix présidentiel. Depuis les choses ont évolué à l’image de son «ami » Ali Haddad qui défend ouvertement cette option. Le Premier ministre va-t-il se mettre à jour?