Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 30 Mai 2017

  •   Abderrahmane Mebtoul
  • mercredi 15 février 2017 15:00

Ces ministres qui se voient députés ne devraient-ils pas démissionner avant les élections ? (opinion)

Quelques questions auxquelles le gouvernement se doit de répondre s’il veut donner aux prochaines élections législatives un minimum de crédibilité et ne veut pas que l’abstention atteigne les niveau de 2012.

 

  

Je constate, à travers ce qui me parvient de la majorité des wilayas, notamment pour les grands partis, un déferlement de candidatures. Plusieurs questions se posent, auxquelles les plus hautes autorités du pays doivent répondre, car elles engageant la sécurité nationale.

- Ces candidats ont-il le niveau requis pour étudier une loi, en proposer une et tracer les perspectives futures du pays ?

- Pourquoi des ex-ministres ou ministres en exercice ayant déjà fait plus de trois à quatre mandats se représentent-ils au lieu de laisser aux nouvelles générations une chance d’apprentissage de la politique ?

- Tous ces hommes d'affaires qui placent leurs parents dans différents partis, quels buts recherchent-ils ?

- N’est- il pas souhaitable, pour la crédibilité des élections et une concurrence loyale, que les ministres se présentent non pas en tête de liste mais en troisième ou quatrième position ?

- Pour les ministres en exercice, afin de ne pas utiliser leur fonction et les moyens de l’Etat dans leur campagne électorale, n’est-il pas souhaitable qu’ils démissionnent ?

 - Quelle est la moralité de tous ces candidats et ont-ils vécu quotidiennement avec les populations ?

- Chaque candidat ne devrait-il pas postuler dans la wilaya où il est né, a vécu ou exercé au moins pendant dix à quinze ans pour tester de sa popularité ?

Le plus grand danger est un niveau d’abstention important qui entacherait la crédibilité de ces élections alors qu’elles engagent l’avenir du pays. Rappelons que pour le 10 mai 2012, le taux de participation total, selon le décompte officiel du ministère de l’Intérieur, a atteint 42,90% incluant le taux d’abstention record de notre émigration qui s’est établi à 86%.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Encore et toujours du grand n'importe quoi! comme si les élections étaient ANORMALES...un professeur d'économie ne devrait-il pas savoir qu'il n'y a aucun lien entre l'abstention et la validation du scrutin? Qu'il n'y a aucun lien entre les bulletins glissés dans l'urne et le décompte final? qu'il n'y a aucune chance pour que les partis non affidés aient quelque élus?...cet article, pour une fois court précis et concis accrédite l'idée d'un consultation ordinaire dans un pays ordinaire...à se demander si l'auteur ne serait pas en quête d'une vacation, même de quelques jours...enfin qui se soucie de la popularité ou de l'impopularité d'un commis de l'Etat, fusse-t-il du rang de ministre?

    Rapporter Aziz MOUATS jeudi 16 février 2017 12:48
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP revendique un nouveau Tebboune tous les mercredis

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Le déficit de la balance courante s'est fortement aggravé et atteint 4,1% du PIB

  Le déficit commercial s’est aggravé, à fin avril 2017, pour se situer à 4,31 milliards de dinars, contre 3,30 milliards de dinars en avril 2016, selon le rapport de la Banque centrale de Tunisie sur les “évolutions économiques et monétaires”, publié en mai 2017.

Algérie - Les milliards de dollars d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.

Algém6rie - Les 15 milliards d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.