Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 20 Septembre 2017

  •   Farhat Othmane
  • lundi 6 février 2017 15:30

Tunisie - L’islam n’est pas contre l’égalité successorale entre les hommes et les femmes (opinion)

L'amendement réclamé en Tunisie par certaines voix du projet de loi de lutte contre les violences faites aux femmes doit bien se faire, mais pour instaurer l'égalité successorale*.

 

 

L'Assemblée des représentants du peuple [examine (1)] le projet de loi de lutte contre les violences faites aux femmes. Or, ce projet est loin de s'attaquer à la violence absolue dont souffrent les femmes dans ce pays : l'inégalité successorale.

Pourtant, sur cette question essentielle, les voix autorisées se réfugient dans le mutisme, non sans laisser leur refus de ce qui n'est qu'une fatalité se manifester par des voix tierces. Comme ces intégristes demandant un amendement pour expurger le projet de toute référence à la notion de genre.

Un tel jeu doit-il continuer ? Tous les démocrates ou supposés tels dans ce pays doivent se déclarer pour ou contre la fin de la première violence faite aux femmes qu'est l'inégalité successorale.

 

L'islam est pour l'égalité successorale

 

Il est inutile de prétexter une lecture fausse de l'islam, car il a honoré la femme et la visée de la loi religieuse est parfaitement pour l'égalité. Ainsi, le Coran, dans son fameux texte de part successorale unique pour la femme contre deux pour l'homme, n'a fait qu'initier un processus dynamique dont le parachèvement est laissé aux croyants.

Et qu'on ne parle surtout pas de texte définitif, car la parole de Dieu ne saurait se figer, sinon où est son caractère avéré d'éternité ? De plus, on n'applique plus d'autres supposés textes définitifs comme l'ablation de la main en cas de vol.

Aujourd'hui, les choses sont bien claires : ou c'est l'inégalité successorale qui est abolie en tant que manifestation suprême de la violence faite à la femme, ou c'est l'inéluctable restauration en Tunisie de l'ablation de la main. Est-ce bien ce que veulent les opposants à l'égalité en matière successorale ? Il est bien temps d'entendre M. Rached Ghannouchi sur cette question !

 

Le projet de loi doit être amendé  

 

Oui, le projet de lutte contre les violences faites aux femmes doit bien être amendé; mais il doit l'être dans le sens de l'égalité successorale d'abord. Il doit l'être aussi pour l'abolition de la base légale des tests de virginité, tout autant d'ailleurs que l'homophobie, à savoir l'article 230 du Code pénal, car l'islam n'est pas homophobe.

Voilà comment éviter de faire de l'islam une religion obscurantiste ! C'est sur quoi on aimerait, non seulement entendre le parti islamiste, mais aussi et surtout le voir agir en proposant les amendements salutaires qui s'imposent. Il a bien un groupe parlementaire bien pourvu pour le faire !

Rappelons, à ce sujet, qu'un projet en ce sens a été déjà proposé par la société civile. Qu'on le retienne ou qu'on s'y inspire!* Il est bien temps de cesser, au prétexte du respect de l'islam, de le violenter et d'en bafouer l'esprit et la lettre dans ce qu'il a de fondamental : son humanisme!

 

(*) Cet article a été publié initialement sur le blog de l’auteur sous le titre : « Violences faites aux femmes : Le projet doit être amendé pour l'instauration de l'égalité successorale ! ». Nous le publions ici avec son aimable autorisation.

 

Notes

(1) Cet article a été publié avant l’examen par l’Assemblée de ce projet de loi.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Mr Farhat ,arretez de mentir .N'importe qui peut se proclamer Muphti .Ouvrez le Saint Coran avant d'ouvrir votre bouche.

    Rapporter lahcen samedi 18 février 2017 15:27
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La saison 5 du CPP démarre sur la promesse d’une année politique décisive

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Faire appel à la préférence nationale pour réussir le projet de 4000 MW d’électricité en renouvelables

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- Le montant de la masse monétaire dans le circuit informel est surévalué, selon Ferhat Aït Ali (VIDEO)

Pour l'économiste Ferhat Aït Ali, le montant de la masse monétaire circulant dans les circuits informels ou thésaurisée est ''surévalué''. Au mieux, il ne s'agit que de 40 milliards de dinars, ''c'est ce que nous avons dans nos poches actuellement''.

Algérie-Emploi - "Les besoins du marché prennent l’ascenseur, les formations prennent l’escalier" - Mohamed Ali Deyahi (BIT) – Audio-

  Mohamed Ali Deyahi, Directeur Régional Afrique du Nord du Bureau International du Travail (BIT) a fait le constat ce mercredi  sur Radio M d’une évolution «préoccupante » du chômage des jeunes en Algérie qui atteint les 29% en 2017 contre 24% en 2016. La grande faille est dans l'écart entre le marché de l'emploi et la formation.

Tunisie: L'homme d’affaires Slim Riahi interdit de voyager (juge)

Une décision d’interdiction de voyage a été émise mardi par le juge d’instruction près le pôle judiciaire financier contre le président de l’Union patriotique libre (UPL) et homme d’affaires Slim Riahi, a annoncé mercredi le porte-parole du pôle financier, Sofiène Selliti.