Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

  •   Abed Charef
  • jeudi 1 septembre 2016 16:07

Sale temps pour la gauche en Amérique Latine

Dilma Rousseff, la présidente brésilienne destituée

Brésil, Venezuela, Bolivie : la gauche est sous pression en Amérique Latine. Une droite hystérique veut à tout prix renverser le cours de l’histoire.

 

Aussitôt le vote pour la destitution de Dilma Rousseff acté, le Brésil a rappelé son ambassadeur au Venezuela. Avant son départ au sommet du G20, en Chine, le nouveau président Michel Temer voulait absolument apporter aux puissants de ce monde un gage de docilité. Rencontrer le président Barack Obama avec cette promesse de rupture avec les héritiers d’Hugo Chavez, après avoir poussé Dilma Rousseff vers la sortie, est un gage qui peut être apprécié, en cette période où la gauche sud-américaine est soumise à une pression insupportable.

Dilma Rousself a été limogée alors qu’il n’y a aucun de soupçon de corruption contre elle. Elle est accusée d’avoir fait une présentation tronquée des comptes publics, mais à aucun moment, elle n’a a été poursuivie pour un  enrichissement quelconque. Ce sont plutôt ses détracteurs qui sont impliqués dans des affaires de pots-de-vin: 35 parmi les sénateurs qui ont voté sa destitution sont poursuivis, soupçonnés ou mêlés à des affaires de corruption.

L’offensive de la droite brésilienne ne s’arrête pas là. Dans une volonté de discréditer pensée et acteurs de gauche, et à éviter le retour de toute politique proche du petit peuple, la droite veut aussi écraser les symboles de ce qui a fait le récent renouveau brésilien.

Une droite revancharde

Dilma Rousself était une guérillera qui n’a pas hésité à porter les armes contre la dictature brésilienne des années 1960 et 1970. Impensable qu’une femme portant autant de symboles reste au pouvoir dans un pays émergent, membre du G20, symbole de la réussite de la gauche dans un continent gouverné jusqu’au tournant du siècle entre droite dure et extrême-droite.

Pour cette droite, revancharde et impatiente de reprendre les commandes, il fallait aller plus loin, en détruisant le symbole de la grande aventure brésilienne, couronnée par l’organisation de la Coupe du Monde de football et Jeux Olympiques. Lula, l’ancien ouvrier devenu président, dont les deux mandats ont permis à 60 millions de brésiliens de sortir du seuil de la pauvreté, devait à son tour être trainé dans la boue. Il est accusé de corruption.

L’offensive ne vise plus seulement une gauche en difficulté, mais elle veut écarter tout retour à une politique qui mettrait à la marge la vieille classe politique traditionnelle, conservatrice, nostalgique de la dictature, totalement soumise aux milieux d’affaires.

Au Venezuela, une guerre sans répit

Au Venezuela voisin, la droite s’est montrée encore plus féroce. Elle a littéralement rendu la vie impossible à un président légitime, élu démocratiquement, jamais mêlé à la moindre affaire de corruption. Depuis son accession au pouvoir, Nicolas Maduro est en effet soumis à un harcèlement politique insupportable. L’opposition, dirigée par les milieux d’affaires et appuyée par les Etats-Unis, a imposé des conditions telles que c’est un miracle que Maduro n’ait pas encore succombé à la tentation totalitaire. Elle veut le soumettre à un référendum de révocation, formule déjà subie par son mentor Hugo Chavez, en vigueur dans le seul Venezuela.

Maitrisant le commerce et les médias, la droite vénézuélienne a aussi gagné la bataille de l’image à l’extérieur. Maduro apparait comme un incompétent, un incapable, un homme qui n’arrive pas à assurer le bien-être du pays malgré les recettes pétrolières. L’étatisme et la distribution sociale qu’il a prônés ont empêché le pays de se développer. C’est oublier que le Venezuela a été dirigé pendant plus de soixante ans par la même classe politique qui lui reproche aujourd’hui la pauvreté du pays.

L’opposition a aussi paralysé les circuits commerciaux, asséché les sources d’approvisionnement, et créé des pénuries insupportables pour les plus démunis. Les produits de base ont disparu, l’électricité a été rationnée, le système de production fortement perturbé, avec comme résultat inévitable une montée de la grogne contre le gouvernement.

Dur revers en Bolivie

En Bolivie, c’est un autre pouvoir de gauche qui a subi un coup symbolique très dur. Rodolfo Illanes, vice-ministre bolivien de l’intérieur, a été séquestré puis assassiné par des mineurs en grève. Il est difficile de savoir s’il s’agit de vrais mineurs en colère, ou d’hommes qui voulaient louer leurs terrains miniers à des compagnies étrangères, ce qui serait contraire à la loi, comme l’affirme le gouvernement. Toujours est-il qu’un membre d’un gouvernement de gauche radicale a été tué dans un fief ouvrier, alors qu’il tentait d’engager le dialogue avec des « gueules noires ».

Après son échec lors du référendum de février 2016, visant à amender la constitution pour lui permettre de briguer un 4ème mandat, le président Evo Moralès voit sa marge se resserrer. Le départ de Dilma Rousseff accentue ses difficultés, mais le place surtout comme unique appui pour Nicolas Maduro, un appui bien faible. Même s’il peut encore compter sur Cuba. Mais même dans l’île de la liberté, les temps changent : pour la première fois depuis un demi-siècle, Cuba a reçu mercredi le premier vol régulier venant directement des Etats-Unis.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Est ce que signaler un fait (plus de la moitié des sénateurs qui ont voté la destitution de Mme Rousselff sont...poursuivis pour soupçons de corruption) c'est faire preuve d'esprit partisan ou d'idéologie?
    Est ce s'interroger sur les vraies raisons du kidnapping du Ministre de l'intérieur du gouvernement de gauche de Bolivie par des "mineurs" en grève est un parti-pris?
    Est-ce dénoncer les manœuvres de spéculateurs au Venezuela pour pourrir une situation déjà difficile avec la chute des prix du pétrole pour un gouvernement de gauche élu démocratiquement et qui a fait de la juste répartition des revenus pour alléger le fardeau de la misère qui pesait des décennies durant sur la majorité de la population autochtone s'est faire preuve de cécité?
    John Perkins - célèbre pour ses confessions d'assassin économique- dans un article récent, utilise le concept de "réalité objective" et des "réalités perçues" pour expliquer comment les médias main stream fabriquent des vérités qui ne sont que des mensonges qui servent les intérêts des personnes qui les possèdent!!!

    Rapporter LAHLOU vendredi 2 septembre 2016 21:48
  • Point de vue purement partisan et totalement irréaliste.
    Un pouvoir en place depuis plus de dix années au Venezuela et qui n'arrive pas à maîtriser ses circuits commerciaux (il faut faire la chaîne deux heures durant pour un plein d'essence dans un pays qui détient des réserves parmi les plus importantes a monde).
    Pour la Bolivie, un ministre de l'intérieur qui n'arrive même pas à assurer sa propre sécurité, cela n'est pas un gage de sérieux.
    C'est bien facile de plaquer des analyses idéologiques à partir d'Alger sur une réalité que l'on ne connait point. Après tout, vu de Caracas, le pouvoir de Bouteflika apparaîtrait aussi comme un porte drapeau de la lutte anti-impérialiste. Je suis sûr qu'avec un séjour d'une semaine à Caracas ou à La Paz, Mr Abed Charef reviendrait avec une opinion beaucoup plus nuancée.

    Rapporter Ali Boron vendredi 2 septembre 2016 11:26
  • On dirait que c'est Louisa Hanoun qui a écrit cet article...

    Aux contre-vérités et autres affirmations gratuites et fantasmes de gauchistes, un minimum de lucidité aurait vu que c'est la faillite économique qui a été l'ennemi implacable (et inéluctable) des gauchistes...

    Rapporter Truc jeudi 1 septembre 2016 17:18
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.