Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Novembre 2017

  •   Baya Si Hassen-Benhassine
  • lundi 25 janvier 2016 06:06

Algérienne, binationale, résidente à l'étranger... et future citoyenne de seconde zone (opinion)

Ph. : Nejma Rondeleux pour le HuffPost Algérie.

Dans cette contribution, Baya Si-Hassen-Benhassine, Algérienne résidant aux Etats-Unis, critique longuement la proposition d’’amendement de la Constitution déniant aux Algériens binationaux le droit de présenter leur candidature aux fonctions publiques ainsi qu’à la présidence de la République.

 

 

Le projet de Constitution propose de faire de moi et de millions d'autres des "presque-citoyens" Algériens qui ne pourront pas accéder aux hautes responsabilités de l'Etat et aux fonctions politiques (Art. 51), ni être candidats à la Présidence de la République (Art. 73).

Il est vrai que je cumule plusieurs des ''tares'' inscrites dans ce projet. Pour les auteurs de ces amendements, je représente un triple danger : je suis binationale (sans trop savoir si j'ai acquis cette deuxième nationalité au sens ambigu de l'Article 51) ; mon mari est lui aussi binational ; et, pire..., nous vivons à l'étranger et sommes donc ''loin des réalités du pays''.

Le fait que je sois née en Algérie, que j'y ai grandi, que j'y ai exercé mon métier après y avoir été formée (gratuitement), n'y changera rien. Mon patriotisme est tout simplement mis en doute. Même l'Article 29 - qui dit pourtant que "les citoyens sont égaux devant la loi, sans que puisse prévaloir aucune discrimination pour cause de naissance, de race, de sexe, d'opinion ou de toute autre condition ou circonstance personnelle ou sociale" - ne me sera d'aucune aide le jour où je serais tentée de briguer un mandat présidentiel ou de servir la haute fonction publique de mon pays.

Je vous rassure, je n'ai heureusement aucune ambition présidentielle et je ne prétends nullement accéder à la moindre haute fonction de l'Etat. Je ne prétends pas non plus que ces amendements soient le sujet le plus important dans ce projet de Constitution. Mais leur symbolique d'exclusion d'une partie de la communauté nationale est immense et, à ce titre, ils doivent être rejetés.

Nous le devons aussi à notre Histoire qui nous a montré maintes fois que parmi ces millions de talents expatriés, existent des pépites d'expertise, de patriotisme, d'intégrité et de leadership qui sont une chance pour notre pays et qui pourraient un jour, comme par le passé, lui être d'un apport considérable. Comme tant de diasporas dans le monde le sont pour leurs pays. Notre diaspora est « l'autre pétrole » de l'Algérie, inépuisable celui-ci et à la valeur sûre.

 

Avec ce projet de Constitution, l'Algérie se priverait de talents d'exception... sauf pour les Verts.

 

Heureusement, je ne me sens pas trop seule dans ce club de futurs presque-citoyens dont ce projet de Constitution voudrait protéger la Nation. Nous serions quelque sept millions à "être loin de la réalité du pays" et à représenter un ''danger potentiel'' pour l'Etat. Je m'y sens même en très bonne compagnie.

Pour ne citer que quelques figures exemplaires parmi tant d'autres, ''grâce'' à ces amendements, un Kamel Youssef-Toumi, Professeur au MIT, ne pourrait pas être Ministre de l'Enseignement supérieur (1) ; Liès Zerhouni ne pourrait pas venir ''menacer'' notre pays en tant que Ministre de la Recherche Scientifique ou Directeur d'un futur grand institut de recherche médicale...; Taïeb Hafsi, Professeur à l'Université de Montréal, ne pourrait jamais être Ministre de l'Economie...

De même, ni Yacine Aït-Sahalia, ni Nour Meddahi, respectivement Professeurs d'Economie à Princeton et à Toulouse, ne seraient jamais Gouverneurs de la Banque d'Algérie, ni Economistes en Chef d'un futur Conseil Economique Présidentiel...

Ils ne suivraient hélas pas les pas de cet économiste Camerounais, qui a occupé le poste stratégique d'Economiste en Chef du fonds souverain Malaisien Khazanah, sans même être de nationalité malaisienne... M. Mahatir n'avait pas été averti à temps par nos constitutionalistes de l'ombre !...

Enfin, un Lakhdar Brahimi ou d'autres de sa trempe ne pourraient plus mettre leur expérience au service de l'Etat ni être candidats à la Présidence de la République. Autant de ''dangers potentiels'' bientôt tenus à distance des commandes de l'Etat...

Il est par contre inquiétant de réaliser que ceux qui ont pensé à ces amendements aient attendu 2016 pour nous ''protéger'' de concitoyens qu'ils soupçonnent manifestement de patriotisme suspect. Toutes ces années en risquant d'avoir un Hocine Aït Ahmed ou un Abdelhamid Mehri à la tête de l'Etat, ou une Assia Djebbar comme ministre de la Culture ! (Allah yarham'houm). Que dire d'un Mohammed Boudiaf (Allah yarahmou), Chef de l'Etat après avait été loin du pays depuis si longtemps... Et tous ces héros qui ont écrit, depuis l'étranger, les premières pages du Nationalisme Algérien et de l'Unité Maghrébine dans le combat anticolonial...

Même notre Président actuel n'aurait pas pu se porter candidat en 1999. Peut-être même que Liamine Zeroual n'aurait pas non plus pu se présenter en 1995, vu qu'il avait été brièvement ambassadeur à l'étranger au cours des dix années qui précédaient l'élection et que l'Article 73 est ambigu sur ce cas de figure.

''Prix de consolation'' pour ce futur club de millions de citoyens de seconde zone et pour leurs enfants : l'Article 24 bis nous garantit que " l'Etat œuvre à la protection des droits et des intérêts des citoyens à l'étranger... " et qu'il "veille [...] au renforcement de leurs liens avec la Nation, ainsi qu'à la mobilisation de leur contribution au développement de leur pays d'origine ". Mais, prudence, les Articles 51 et 73 ont été prévus pour veiller aussi à ce que ces contributions ne se fassent quand même pas à un poste trop élevé de l'Etat...

Autre consolation : ces articles ne concernent heureusement pas les hautes fonctions sportives. Les Verts, eux, pourront continuer à bénéficier de l'apport de notre diaspora. Les Brahimi, Feghouli, Mahrez et autres binationaux pourront continuer à nous faire rêver. Pas de soucis pour cette diaspora-là, bien loin des commandes de l'Etat...

 

Tour du monde de 194 constitutions : nous serions bientôt le pays le plus discriminant au monde envers sa diaspora et envers ses binationaux.

 

Soyons sérieux et ouvrons les yeux sur le monde. Pour apprendre ce qui se fait ailleurs et savoir si d'autres pays craignent autant leur diaspora au point de l'éloigner des hautes responsabilités, j'ai consulté, par le biais du site www.constituteproject.org, pas moins de 194 constitutions sur les points adressés par les Articles 51 et 73.

Les résultats de cette recherche sont sans ambiguïté : les amendements proposés, s'ils étaient adoptés tels quels, placeraient l'Algérie parmi un petit groupe de rares exceptions dans le monde qui discriminent autant leurs citoyens sur la base de leurs nationalités, de celles de leurs parents, de leurs conjoints ou de leurs lieux de résidence.

En particulier, les conditions d'éligibilité à la Présidence de la République, feraient de nous le pays où ces conditions seraient les plus contraignantes au monde. Il est étrange qu'un projet qui vise à renforcer la démocratie dans notre pays, nous placerait en tête de 194 pays en termes d'exigences et de difficultés à se porter candidat à la magistrature suprême.

Seuls trois pays se rapprochent de nous : la Birmanie, l'Egypte et la Syrie. Des modèles de démocratie bien connus... Pour ce qui est des binationaux, seuls quatre pays au monde leur interdisent l'accès aux hautes responsabilités : le Kyrgyzstan, le Kenya, le Nicaragua, et la Colombie--seuls ces deux derniers ne précisent pas de quelles responsabilités il s'agit. N'a-t-on pas trouvé mieux comme référents démocratiques ?

 

Non à la méfiance envers une partie de la communauté nationale !

 

Je n'arrive pas à m'expliquer cette méfiance envers les quelques vingt pourcent de notre population qui est expatriée, binationale ou dont les destins individuels font qu'ils ont un parent ou un conjoint étranger ou binational. J'ai eu beau lire et relire les articles de ces 194 constitutions : nulle part ailleurs ai-je trouvé autant de garde-fous contre l'accès aux responsabilités d'une partie d'une nation.

Ces amendements représenteraient effectivement une sérieuse régression en termes d'égalité entre les citoyens, ainsi qu'une contradiction flagrante avec l'Article 29 censé affirmer ce principe de non-discrimination. Mais je garde espoir qu'ils seront abandonnés ou modifiés. Je ne veux pas imaginer que mon pays se dote d'un texte fondamental qui instaure deux classes de citoyens algériens.

Cette lettre et ce modeste travail de recherche se veulent être une petite contribution documentée, un cri d'indignation, qui se joint aux nombreuses voix qui s'opposent à ces amendements indignes de notre héritage historique et de l'attachement à leur patrie de tous les algériens, où qu'ils se trouvent.

A ceux qui sont appelés à décider du devenir de ce projet de Constitution : j'ai espoir que vous ne fermiez pas la porte des responsabilités à cette partie de l'intelligence nationale ; et que vous ne soyez pas complices d'une déchéance de droits à une partie de vos concitoyens.

Aux auteurs de ces amendements, qui croient nous protéger de ''dangers extérieurs'' en divisant la communauté nationale : certains diront que, hélas, tab djnenkoum. Je préfère vous inviter humblement à enfin entrer dans le 21e siècle et à rêver comme moi d'une Algérie inclusive, ouverte sur le monde, qui invite les meilleurs de ses enfants à contribuer à l'essor de leur pays, quelque soient leurs lieux de résidence et leurs destins individuels et familiaux.

 

Notes 

(1) Pas loin de son bureau au MIT, se trouve celui de l'économiste Esther Duflo, binationale, qui, elle, est conseillère du Président Obama pour les questions de développement global. Les américains ne s'embarrassent pas, comme nous, des ''risques'' que représentent les plus talentueux de leurs binationaux : Liès Zerhouni avait bien été nommé Directeur des Instituts Nationaux de Santé, le plus grand institut public de recherche aux USA et dans le monde...

 


Évaluer cet élément
(11 Votes)

Laissez un commentaire



6 Commentaires

  • Je pense que vous n'avez rien compris à la "game".
    Ils ont abruti la majorité des algériens, et comme il y a au moins 5 millions d"algériens installés dans le monde, alors ils veulent garder le pouvoir pour encore abrutir les générations futures. Ces gens là sont tellement stupides qu'ils ne se rendent pas comptes de leur stupidité. En Algérie le monde et à l'envers, on élève les crapauds et on descend les lumières. ils ne savent peut être pas que leur façon d'être est imprégnée d'attributs de traîtrise dans un monde normal axé sur le développement humain, la moralité, la responsabilité, la performance et la production de richesse. Tout ce qui est contre nature ne dure jamais, c'est juste une question de temps:-).

    Rapporter Ammar Hadj Messaoud mardi 26 janvier 2016 11:26
  • Excellent texte, Grand BRAVO

    Rapporter Algérienne qui pense comme vous mardi 26 janvier 2016 01:06
  • Madame
    Je reconnait la pertinence et la cohérence de vos arguments et la force de votre plaidoyer pour la suppression des articles du Projet de Constitution qui introduisent des discriminations entre les algériens résidents en Algérie et les algériens expatriés.
    Mais est ce vous êtes d'accord sur le reste des autres articles qui corsètent les droits démocratiques des citoyens, donnent un pouvoir exorbitant au président au point d'en faire un roi, réduisent le rôle des parlementaires à celui de "parle..menteurs" et traitent de détails dont la place n'est pas dans une Loi Fondamentale
    Et surtout je ne suis plus lorsque vous vous adressez aux "tab djanhoum" pour redresser ces torts fait à l'avenir de la Nation... Seul un mouvement citoyen et pacifique et le retour à la revendication dune Assemblée Constituante débouchera sur une verticale CONSTITUTION ALGÉRIENNE consensuelle et garante de la marche vers la démocratisation de la société algérienne

    Rapporter LAHLOU lundi 25 janvier 2016 19:58
  • Bravo pour cette argumentation sans appel.

    Rapporter Moh lundi 25 janvier 2016 19:51
  • Excellent texte ! bravo. Très bien documenté.

    Rapporter Algérien binational lundi 25 janvier 2016 11:19
  • Moi aussi je suis résident aux USA, dans la Silicon Valley, ou je eparticipe a la création de technologies utilisées par des centaines de millions de gens, et je ne veux pas devenir binational. Je suis POUR l'article 51.
    .
    MMe Si-Hassen-Benhassine se dit patriote. C'est bien. Mais elle dit qu'elle a pris la nationalité américaine.
    .
    Le peuple algérien doit savoir que prendre la nationalité américaine implique un "oath of allegience" ou serment solennel d’allégeance aux USA.
    .
    Le texte de se serment est disponible ici et je vous invite a le lire:
    .
    https://en.wikipedia.org/wiki/Oath_of_Allegiance_%28United_States%29
    .
    MMe Si-Hassen-Benhassine, comme son mari et TOUS es binationaux algero-americains ont jure devant Dieu de renoncer a leur allégeance algérienne, ils ont jure devant Dieu de RENONCER a leur fidélité a la république algérienne.
    .
    MMe Hassen Belhassen et son mari ont prêté solennellement devant Dieu le serment suivant (extrait):
    .
    "I hereby declare, on oath, that I absolutely and entirely renounce and abjure all allegiance and fidelity to any foreign prince, potentate, state, or sovereignty of whom or which I have heretofore been a subject or citizen"
    .
    MMe Si-Hassen-Benhassine, l'article 51 de notre future constitution ne fait que confirmer le SERMENT que VOUS avez solennellement pris. Vous ne pouvez pas avoir le beurre et l'argent du beurre. Si votre allégeance est a l’Algérie, il ne fallait pas prendre la nationalité américaine et jurer fidélité et allégeance aux USA et faire serment de ne plus être fidèle a l’Algérie (cf texte ci dessus).
    .
    Il en va de mème de tous les binationaux par choix, qui prête allégeance a un autre pays, leur enfants héritant de l’allégeance de leurs parents.
    .
    L"article 51 est tout a fait logique. Les binationaux peuvent contribuer au développement du pays ou le visiter, mais ils est HORS de question qu'ils prennent des position exécutives dans l'appareil d’état. Et rien ne les empêche de RENONCER a leur nationalité étrangère officiellement, s'ils veulent une position exécutive dans l'appareil d’état algérien.
    .
    Pour conclure :
    MMe Si-Hassen-Benhassine, puisque vous êtes américaine, prenez exemple sur John F. Kennedy, qui disait:
    .
    ask not what your country can do for you, ask what you can do for your country.

    Rapporter Al Jazzair lundi 25 janvier 2016 08:21
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Les Yaici et "Saida", persévérance d’une famille et grandeur d’une marque

  Le groupe Saida, qui active aujourd’hui dans l’agroalimentaire sous la direction de Samir Yaici, prend de l’ampleur et étend sa présence dans le marché chaque jour un peu plus. Ses mots d’ordre ? La qualité et l’originalité.

"L’Algérie résiste mieux que les autres pays africains à la crise pétrolière" (rapport)

Il est prévu que la situation soit moins inconfortable pour l’Algérie, dans les mois à venir.

"Le décret relatif au projet des 4000MW est illégal"-Badache (Audio-vidéo)

Le ministère de l’énergie n’a pas respecté son devoir d’impartialité en désignant Sonatrach et Sonelgaz pour participer au projet, selon M. Badache.