Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Novembre 2017

  •   Abderrahmane Mebtoul
  • jeudi 17 décembre 2015 12:23

Comment réaliser les promesses d’investissement officielles quand les recettes extérieures ne cessent de baisser ? (opinion)

Le secteur minier algérien est prometteur mais où trouver l'argent pour y investir quand les ressources de l'Etat s

Les grandes firmes, qui dominent l’activité minière au niveau international, ne s’accommoderont certainement pas de la règle des 49/51%.

 

  

Sur le marché officiel, un euro vaut 117,33 dinars tandis que sur le marché parallèle, la monnaie nationale continue à dégringoler : un euro valait 150 dinars puis 165 dinars et actuellement il vaut plus de 180 dinars.

Environ 70% de la valeur du dinar est corrélée aux réserves de change, elles-mêmes provenant des hydrocarbures. Il existe une corrélation entre, d’un côté, la baisse des recettes de Sonatrach, la baisse des réserves de change (du fait de l’incompressibilité de la majorité des rubriques des importations de biens et services) et, de l’autre, la baisse du cours officiel du dinar, le marché parallèle amplifiant la dépréciation. En cas de baisse des réserves de change à 20 milliards de dollars, et en cas de non-dynamisation de la section hors hydrocarbures dans le cadre des valeurs internationales, le cours officiel du dinar s’effondrera davantage avec un écart encore plus grand avec le marché parallèle.

Il faut éviter, toutefois, la sinistrose et les discours alarmistes. L’Algérie, du fait de ses réserves de change et avec une dette extérieure inférieure à 4 milliards de dollars, peut dynamiser les sections hors rente (agriculture, tourisme, nouvelles technologies, certains segments de l’industrie). Elle peut le faire sous réserve d’une bonne gouvernance et d’une réorientation de la politique socio-économique, et dans le cadre des valeurs internationales car nous sommes à l’ère de la mondialisation.

 

Où trouver l’argent promis par le gouvernement ?

 

A un cours moyen du baril de brut de 50 dollars les recettes de Sonatrach s’établiraient à 27 milliards de dollars et son profit net (après la déduction de 20% de coût) à 21-22 milliards de. A 40 dollars le baril, le prix de cession du gaz étant indexé sur celui du pétrole, ses recettes s’établiraient à 21 milliards de dollars et son profit net à 16-17 milliards de. Or, Sonatrach a prévu un investissement de 100 milliards de dollars sans compter 30 milliard de dollars de Sonelgaz pour 2015-2020 et le ministre de l’Industrie, après des dizaines de milliards de dollars d’assainissement depuis 1970, pour El Hadjar a annoncé un investissement de 2 milliards de dollars. En plus, où avoir le capital argent, des dizaines  de milliards de dollars, qu’annonce le ministre de l’industrie dans les mines, avec la règle des 49/51%.

 

La règle 49/51% une entrave à l’investissement étranger dans les mines

 

La filière mines est internationalisée et quatre à cinq firmes internationales contrôlent le marché mondial pour ces produits, qui sont régis par les règles de l’Organisation mondiale du commerce (85% de la population mondiale et 97% du commerce international). Devant éviter les utopies des années 1970 se pose cette question : quelle part le montant de l’investissent supporté par l'Algérie, et à quel coût produira-t-on ? Certainement, ces firmes ne s’accommoderont pas de la règle des 49/51%.

 

Le risque est fort d’une dépendance plus accrue

 

Entre 1978 et 1979, pour le gouvernement de l’époque, j’ai eu l’honneur de rédiger, avec bon nombre d’experts, le bilan du processus d’industrialisation : beaucoup de réalisations mais également beaucoup d’insuffisances. La vision « autarcique », mécanique de certains responsables actuels, qui croient qu’un changement d’organisation et le capital-argent résolvent tout, a besoin d’être réexaminée car il s’agit d’une vision bureaucratique rentière du passé.

L’Algérie doit tenir compte  des nouvelles mutations mondiales, où l’économie de la connaissance et la bonne gouvernance sont le fondement de tout processus de développement durable. Autrement, le risque est fort d’accélérer l’épuisement des réserves de change et de conduire le pays vers une dépendance plus accrue

(*) Pr Abderrahmane Mebtoul est expert international.


Évaluer cet élément
(9 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Ecrit un peu rapidement ce papier de M Mebtoul, et beaucoup de lecteurs risquent de ne pas voir le fil conducteur. Mais il y a dans ce papier de vrai sujets pertinents et majeurs.

    Il met à jour l impasse financière actuelle et ses contradictions:

    1. Baisse des recettes pétrolière
    2. Besoin d'investissement dans les hydrocarbures pour maintenir les quantités produites
    3. Déclarations des politiques que l'investissements public va continuer presque au même rythme (promesse/declaration impossible à tenir car pas de cash)
    4. Aucun indice de vrai réformes et changements dans la politique économique (seul moyen de sortir de l'impasse)

    Les gouvernants en son conscients et c'est comme ça qu'il faut lire les déclarations sur "le besoin de mobilisation de l'épargne locale" et l'ouverture timide pour considérer le financement étranger. Mais ils sont incapables de chiffrer les choses et de trouver/mettre en oeuvre les solutions.

    Rapporter Moh vendredi 18 décembre 2015 07:49
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Les Yaici et "Saida", persévérance d’une famille et grandeur d’une marque

  Le groupe Saida, qui active aujourd’hui dans l’agroalimentaire sous la direction de Samir Yaici, prend de l’ampleur et étend sa présence dans le marché chaque jour un peu plus. Ses mots d’ordre ? La qualité et l’originalité.

"L’Algérie résiste mieux que les autres pays africains à la crise pétrolière" (rapport)

Il est prévu que la situation soit moins inconfortable pour l’Algérie, dans les mois à venir.

"Le décret relatif au projet des 4000MW est illégal"-Badache (Audio-vidéo)

Le ministère de l’énergie n’a pas respecté son devoir d’impartialité en désignant Sonatrach et Sonelgaz pour participer au projet, selon M. Badache.