Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 20 Février 2018

  •   Abed Charef
  • jeudi 1 juin 2017 19:03

Algérie - Abdelmadjid Tebboune a les coudées franches : il reste à savoir où il veut aller (opinion)

Le nouveau Premier ministre Abdelmadjid Tebboune est confronté à des défis insurmontables. En plus des difficultés financières, il devra rétablir la discipline et la cohérence au sein d’un gouvernement qui en manquait cruellement.

 

 

Le gouvernement de M. Abdelmadjid Tebboune ne pouvait entamer sa mission dans de pires conditions. Empêtré dans l’affaire Belaggoune dès sa formation, paralysé par une situation financière ingérable, noyé dans le doute qui entoure le véritable auteur du choix des ministres, confronté à des dysfonctionnements récurrents de l’administration que lui-même entretient parfois, le nouvel exécutif part avec des handicaps difficiles à surmonter.

Mais curieusement, M. Tebboune n’aura pas à affronter les problèmes qui paraissent les plus évidents. Il n’a pas de parlement à affronter ni d’opinion publique à convaincre. De plus, alors que le choc actuel a été provoqué par la baisse des recettes extérieures en devises, M. Tebboune ne va pas faire face à la rareté des devises mais au manque de dinars. Sa préoccupation ne va pas porter sur les arbitrages nécessaires entre la dette extérieure et le fonctionnement de l’économie, comme fut le cas lors de la crise de 1986, mais de trouver des dinars pour boucler le budget. Du moins dans le court terme.

Le Premier ministre va aussi se retrouver, très rapidement, face à des priorités inattendues, sans lien avec ce qui est évoqué quotidiennement : il devra tenter de créer une véritable équipe, après la débandade de l’ère Sellal, où chacun tentait de tirer la couverture à lui.

 

Bras de fer

 

M. Tebboune a été nommé après un bras de fer contre l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal et l’ancien ministre des Finances Baba Ammi, qu’il avait ouvertement critiqués. L’arbitrage au plus haut sommet de l’Etat lui a été favorable. Il est donc tenu de réussir là où M. Sellal a échoué.

A priori, il n’est pas difficile de faire mieux que M. Sellal, dont l’action manquait de tout : de crédibilité, d’autorité, de discipline, de cohérence et d’efficacité. Autoritaire, voire cassant, M. Tebboune devrait s’imposer sans trop de difficultés à sa nouvelle équipe, qui ne compte aucune figure d’envergure. Il pourra donc imposer sa logique et ses choix, les ministres se contentant de suivre ses directives.

L’autorité ne garantit cependant pas la discipline. Celle-ci provient du respect des règles, un terrain sur lequel M. Tebboune lui-même a dérapé. N’a-t-il pas été nommé après avoir fait preuve d’indiscipline, en dérogeant à la règle de la solidarité gouvernementale? Le respect de la discipline est, par ailleurs, faussé par l’intervention de multiples réseaux informels, dont l’un des plus influents est constitué par les milieux d’affaires qui gravitent autour du pouvoir.

 

Coudées franches

 

Le nouveau Premier ministre sera toutefois jugé sur deux points précis : sa capacité à tenir face à la crise, et le respect de la feuille de route tracée au sommet du pouvoir.

Face à la crise, il dispose de peu de moyens. Sa méthode, basée sur les injonctions et l’interdit, risque de faire de nouveaux dégâts, avec notamment l’apparition de pénuries et le déséquilibre du marché de certains produits. Son action provoquera davantage d’incohérences, et il n’est pas certain que ses multitudes promesses seront tenues.

Comme ses prédécesseurs, M. Tebboune ne contrôle pas les leviers essentiels. Il n’a aucune emprise sur le prix du pétrole et il souffre, comme tout le pouvoir, d’une erreur d’appréciation centrale : il pense que la crise est conjoncturelle, liée à la baisse du prix du brut.

Dans son parcours, M. Tebboune pourra cependant bénéficier de deux avantages certains. Il n’aura pas à tenir compte de l’opinion publique tant que son action ne débouche pas sur une rupture de la stabilité sociale. Et il n’aura pas à se préoccuper du Parlement, où son gouvernement dispose d’une majorité confortable et docile. Autant dire qu’il a les coudées franches. Pour aller où ? La présentation de son programme au Parlement apportera quelques réponses. L’illusion du nouveau modèle économique en fera-t-elle partie ?


Évaluer cet élément
(8 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Le president est de tlemcen. Le president du senat de tlemcen. Le dgsn est de tlemcen le pdg de sonatrach est de tlemcen. Le MAE est de tlemcen. Le ministre de la justice est de tlemcen . Le commandant de la garde republicaine est de tlemcen. Le premier ministre est de l'ouest . Le porte parole du pouvoir pdg ennahar est de l'ouest. Ouyahia et gaid salah, les cautions de l'equilibre regional sont sur le depart et remplaces par du personnel de tlencen ou a la limite de l'ouest. Le vrai danger de l'algerie ce n'est pas la crise economique mais une deuxieme guerre civile et un eclatement regional a l'image de l'ex yougoslavie.

    Rapporter Le prophete vendredi 2 juin 2017 14:21
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Les médecins résidents demandent l’abrogation du caractère obligatoire du service civil et non sa suppression" (Yassine Balhi)

Sondage

Vidéos

Benflis ou pas Benflis ? Les Algériens très fans des pages religieuses FB étrangères.

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : "La grève du secteur de l’éducation a atteint un taux de suivi de 80%" (Cnapeste)

Le conseiller au ministère de l'Education nationale a déclaré que le calendrier scolaire annoncé au début de l'année sera respecté en dépit du mouvement de grève enclenché notamment dans les wilayas de Blida et Béjaïa.

Algérie: Les médecins résidents organisent trois marches régionales ce mercredi

Les résidents accusent la tutelle d'être à l'origine de suspension de toutes formes de dialogue.

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar (Audio)

Le professeur Hamid Temmar a été ministre des participations et de la coordination des réformes, ministre du Commerce,  ministre de l’Industrie et conseiller du président de la République pour les affaires économiques.