Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 26 Février 2018

  •   Farid Farah
  • jeudi 2 février 2017 16:31

Quel modèle de gouvernance pour le "tout-connecté" en Algérie ?

Il serait urgent de promulguer des lois qui protègent juridiquement les données numériques (photo publiée sur : www.http://mediatic-info.com).

L’Internet des objets et son prolongement, le "Big Data", auront peut-être un avenir dans le pays. Cependant, l’absence d’une réglementation et d’un écosystème utile aux fournisseurs de contenus mobiles, empêche les opérateurs télécoms ou toute autre entités d’utiliser les données générées par les mobinautes comme des produits de l’économie numérique*.

 

 

Le monde est aujourd’hui marqué par le concept du "tout connecté". Des voitures intelligentes, aux objets connectés et, surtout, par la fin du clavier au profit de la reconnaissance vocale. L’Internet franchit les frontières des ordinateurs personnels et même les terminaux mobiles.

C’est pourquoi le monde du numérique en général et des télécommunications en particulier nécessite des changements structurels dans le domaine de la réglementation, afin de tirer profit de la généralisation des technologies de la connectivité et de l’évolution rapide de l’Internet des objets.

Les pays partisans d’une régulation ferme de ces nouvelles technologies des télécommunications doivent œuvrer rapidement, à travers les instances internationales, pour chercher un nouvel accord entre les réglementations internationale et locale et le marché mondial.

En ce qui concerne l’Algérie, il serait urgent de promulguer des lois qui reconnaissent et protègent juridiquement les données numériques. Après l’adoption du projet de la nouvelle loi des télécommunications par le gouvernement, un environnement réglementaire favorable à l’émergence d’une industrie des télécoms moderne sera alors lancé via une volonté apparente des autorités d’aller vers davantage de numérisation. Par conséquent, l’Algérie sera bien partante pour répondre à l’évolution des attentes des consommateurs en matière de connectivité.

En clair, l’Internet des objets et son prolongement, le "Big Data", auront peut-être un avenir dans le pays. Cependant, l’absence d’une réglementation et d’un écosystème utile aux fournisseurs de contenus mobiles, empêche les opérateurs télécoms ou toute autre entités d’utiliser les données générées par les mobinautes comme des produits de l’économie numérique. C’est dans ce contexte que devrait intervenir le gouvernement pour promulguer les lois nécessaires.

Dans ce nouveau monde des télécommunications, c’est à l’opérateur de construire physiquement l’infrastructure du réseau. Le service sera, par contre, développé par d’autres firmes. Aussi, les opérateurs doivent répondre aux attentes des usagers connectés. Il est évident que l’internaute occupe le centre de ce débat entre législateurs, régulateurs et opérateurs. C’est l’usager qui demeure ainsi le décideur de l’avenir du Net. C’est bien lui qui consomme les services et contenus proposés par les opérateurs et providers.

 

(*) Cet article a été publié initialement par le Huffington Post Algérie.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Je pense que les rapports entre, protection des donnée, objets connectés, big data, écosystème TIC, télécoms, régulateur, opérateur, providers, contenus et réglementation, auraient dus être mis en évidence par l'auteur,pour donner une cohérence à la question.

    Rapporter LAFI vendredi 3 février 2017 12:03
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.