Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 26 Avril 2018

  •   Farid Farah
  • samedi 30 juillet 2016 15:05

La France met en demeure Microsoft

En France, Microsoft est dans le collimateur de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés). Elle accuse la société américaine de collecter et s'emparer de données personnelles des utilisateurs de Windows 10 et lui donne trois mois pour se mettre en conformité avec la loi. Passé ce délai le gendarme français des libertés numériques infligera à la firme de Redmond une amende qui pourrait dépasser les deux milliards de dollars. Selon un communiqué mis en ligne sur son site web, la CNIL a effectué des tests étendus sur les données récoltées par Microsoft via son nouveau système d’exploitation. La performance des tests parle d'elle-même. Les données collectées concernent la totalité des applications téléchargées et installées sur le terminal. « Microsoft corporation traite par exemple des données d’usage des applications Windows et de Windows Store, qui permettent notamment d’avoir connaissance de toutes les applications téléchargées et installées sur le système par un utilisateur, et du temps passé sur chacune d’elles. Ce faisant, elle se livre à une collecte excessive, ces données n’étant pas nécessaires au fonctionnement du service », indique la CNIL dans un communiqué.

« La société transfère les données personnelles de ses membres aux Etats-Unis sur la base du (mécanisme) Safe Harbor, ce qui n’est plus possible depuis la décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne du 6 octobre 2015 », rappelle la Commission. Le gardien des identités numériques des Français reproche également à la firme de Redmond de pister ses clients sans autorisation et de déposer des cookies publicitaires sur tous les types de terminaux sans informer les usagers. La CNIL a exhorté Microsoft à renforcer la sécurité du code PIN. Pour la Commission, permettre aux utilisateurs de choisir un code PIN à quatre chiffres pour s’authentifier en ligne et accéder à leur compte Microsoft favorise les tentatives infructueuses d’authentification. Autre aspect menaçant la sécurité des données: le nombre de tentatives de saisie de ce code PIN n'est pas limité. Les réponses d’erreur retournées par le terminal permettent alors de faciliter l’identification du code PIN. Ainsi, la CNIL reproche à Microsoft un manquement dans sa stratégie de bâtir un business model sur la collecte des données personnelles. Pire, elle l’accuse carrément de vol de données et l’exhorte à être en premier lieu le gardien de l’identité numérique de ses clients.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie-Pétrole: Mékidèche appelle à la prudence face à la hausse des prix et à la poursuite des réformes

    Selon l’expert, « les variations actuelles à la hausse que l’on observe obéissent aux éléments de conjoncture, y compris géopolitiques. Pour le temps long, il faudra revenir aux fondamentaux de l’économie mondiale ».

France: Vincent Bolloré mis en examen, annonce son groupe

  Vincent Bolloré a été mis en examen mercredi, sans contrôle judiciaire, dans l’enquête sur l’obtention de concessions en Afrique, a annoncé son groupe dans un communiqué.

Un vaccin indisponible dans un centre médical d’Alger, à quelques kilomètres du point d’approvisionnement

  Le ministre de la Santé a déclaré, lors de son passage devant le Conseil de la nation, que l’épidémie de rougeole qui a frappé le sud du pays était due « au refus des parents de vacciner leurs enfants ».