Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 28 Mai 2017

  •   Mahdi Sâad-Eddine
  • dimanche 24 avril 2016 09:17

Le Pr Abdelatif Benachenhou propose un livre doctrinaire face à la crise de l'économie algérienne (notes de lecture)

Abdelatif Benachenhou lors d’une interview sur Radio M., la web radio de Maghreb Emergent (capture vidéo).

Abdellatif Benachenhou n’est plus à présenter : professeur agrégé de sciences économiques, diplômé de l’Institut des sciences politiques de Paris, enseignant, praticien de l’économie et ancien ministre. Dans L’Algerie. Sortir de la crise, il met en évidence, de façon didactique et illustrée, les dysfonctionnements de l’économie nationale et leur cause structurelle. Sont soumis à une implacable critique les mécanismes qui ont favorisé « la consommation sur l’investissement, la constitution de patrimoines improductifs, au détriment de l’innovation et de l’accumulation technologique ». Il suggère de mettre en place un nouveau modèle social qui suppose « une rénovation du dialogue et un nouveau contrat social ».

 

 

L’ouvrage Algérie. Sortir de la crise est structuré autour d’une thèse principale : la dépense publique est inefficace économiquement et injuste socialement ; les comportements des agents économiques freinent la diversification économique et la modernisation sociale, dans un contexte extérieur incertain, rendant le statu quo intenable et les perspectives sociales et politiques incertaines. Selon la formule consacrée, les « insiders » consommateurs et producteurs (ceux qui sont à l’intérieur du système et qui en tirent profit) excluent ceux qui restent à l’extérieur, les jeunes sans emploi, beaucoup de femmes et les ruraux pauvres.

La vision est simple : l’économie est, par nécessité, politique parce qu’ « elle a pour objet les stratégies, les politiques et les comportements des acteurs sociaux : Etat, entreprises et ménages ». Elle est donc, au cœur du changement social et des rapports de force au sein de la société. Pour l’auteur, la constitution et la gestion des patrimoines ont été soutenues et perverties par les politiques publiques : « La consommation est plus forte que les actifs générateurs de richesse des entreprises. » Etant hégémonique, « l’Etat a une responsabilité, mais d’autres agents économiques se complaisent dans le statu quo généré par les subventions, les exonérations, l’effacement des dettes et la prise en charge des intérêts ».

 

« La structure des recettes ordinaires reflète la fragilité de l’économie »

 

Tous les paramètres rendent le statu quo intenable et les perspectives incertaines, estime Abdellatif Benachenhou. Tout le désordre économique actuel a « pour origine principale les politiques publiques de prix, de prélèvement obligatoires, de gestion du patrimoine public et d’organisation de l’économie ». La hausse de la consommation, la crise de l’investissement productif « ruinent toute possibilité » de construire une sortie de crise : « Le modèle social algérien est unique au monde. Il est le résultat de son histoire et de son modèle politique mouvementé. Outre la fourniture gratuite du service public, d’éducation, de formation et de santé, les Algériens reçoivent des prestations sociales diverses en provenance du budget, pour le soutien des prix des produits alimentaires et pour l’accès au logement, mais aussi, et surtout, des subventions implicites, à travers les prix des biens et services, les produits énergétiques et l’eau, dont le coût est énorme pour la collectivité et les générations futures. »

L’auteur montre qu’il y a trop de rente, pas assez d’impôts efficaces et de cotisations équitables. La fiscalité ordinaire, « le volume et la structure actuelle des recettes ordinaires reflètent la situation fragile de l’économie, la montée du secteur informel et l’essor des importations qui sont, de loin, la première source fiscale du pays ». Ils reflètent aussi « le niveau élevé des exonérations fiscales qui confortent la consommation et limitent la pression fiscale ». Depuis plusieurs décennies, « les prix ont toujours été ignorés » et c’est la volonté politique, et non la rareté des biens et les conditions de marché, qui « continue de [les] déterminer ». La politique des prix « constitue le socle principal du désordre économique actuel, et toute remise en ordre sérieuse devra intégrer une révision en profondeur du système des prix ».

 

« La sortie des subventions et la lutte contre l’inflation sont prioritaires »

 

La politique de subvention « est aussi importante. En 2013, « les transferts budgétaires ont représenté 1.710 milliards de dinars, soit plus de 11% du PIB et 40% de la fiscalité pétrolière. Les subventions « constituent l’essentiel des transferts, auxquels il faut ajouter la gratuité de l’enseignement supérieur qui consomme plus de 2% du PIB ». Sur le plan social, « les transferts actuels n’atteignent pas toujours les plus démunis en matière de logement, de santé et d’enseignement supérieur » et, sur le plan économique, les conséquences seraient aussi négatives et en dépit d’un effort considérable, le tableau n’est pas brillant : « Les conditions de production du logement, ses modalités de distribution et le mode de recouvrement des dépenses laissent beaucoup d’Algériens sur le bord de la route, les automobilistes vivent au crochet des piétons, les étudiants bousculent les élèves et les cotisants et les indigents ne sont pas égaux devant la santé. »

L’auteur consacre une deuxième partie de son ouvrage à la question du dépassement de « la crise structurelle de l’économie algérienne ». Il préconise la réforme des prélèvements obligatoires pour « réintégrer l’ensemble des activités, dans la base fiscale », la réforme de la fiscalité pétrolière et celle de la fiscalité ordinaire. La réforme des charges sociales, écrit-il, « est un impératif budgétaire » mais « la sortie des subventions et la lutte contre l’inflation sont prioritaires ». L’impératif de sortie des subventions « s’impose par nécessité économique et équité sociale », explique-t-il avant d’identifier une série de mesures « pour un nouveau régime de croissance ».

 .

L’Algerie. Sortir de la crise, Abdellatif Benachenhou, Alger : Editions Diwan, novembre 2015, 313 pages, .1.000 DA.


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

2 Commentaires

  • Qu'apporte cet ouvrage de nouveau par rapport aux derniers écrits individuels ou collectifs - comme les propositions de NABNI ou d'autre Think Tank? Le prof Benachenhou est un spécialiste du recyclage des idées des autres. Il le fait avec talent - ce qu'il faut lui reconnaître- mais sans aucune "idées-ajoutées". Il reste dans son rôle de donneur de leçons ( enseignant) métier qu'il n'aurait jamais du quitter. Il prend ainsi une posture devenue mode- qui a peut être son utilité- qu'adopte d'anciens ministres, ex-enseignants: celle d'écrire des livres et de proposer des remèdes...qu'ils n'ont pas osé mettre en place lorsqu'ils étaient aux commandes de grands ministères. Ainsi va le débat à sens unique, dénué de déontologie et d'honnêteté intellectuelle de ces "organiques" qui confondent la rédaction d'une "offre de services" avec celle d'un ouvrage scientifique qui s'adresserait à l'intelligence du citoyen qui entre autre qualité possède une mémoire et une connaissance intuitive qui sait reconnaître le discours politique qui se cachent derrière le discours prétendument savant.

    Rapporter LAHLOU mardi 26 avril 2016 17:06
  • pas de quoi fouetter un chat indigène...Benachenhou fait dans une espèce de réchauffé...rien d'original, rien de bien spécial...aux anciennes recettes il propose juste une nouvelle sauce...de plus il néglige totalement le secteur agraire qui possède d'énormes ressources non encore exploitées...bon courage à ses lecteurs...moi je l'ai entendu parler de ses recettes lors de son passage à la CCi de Mostaganem...je suis resté sur ma faim...l'économiste est passé à coté d'une bonne occasion de se taire...les masses populaires apprécieront son tour de vis pour les dernières et chétives subventions...

    Rapporter Aziz MOUATS dimanche 24 avril 2016 20:01
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

A ne pas manquer

Prev Next

Le CPP revendique un nouveau Tebboune tous les mercredis (audio-vidéo)

Le président Bouteflika a fait une faveur au CPP en opérant un changement de premier ministre un mercredi, jour du talk politique de RadioM.

Algérie- Messaoud Benagoun démis de ses fonctions de ministre du Tourisme deux jours après sa nomination

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a démis ce dimanche, M. Messaoud Benagoun de ses fonctions de ministre du Tourisme et de l'Artisanat, indique un communiqué de la présidence de la République, repris par l'APS.

Pétrole : Après la réunion de Vienne, les prix ne décollent pas

Contre toute attente, l’effet immédiat de la réunion des pays producteur de pétrole, tenue jeudi dernier, à Vienne, a été une baisse du prix du pétrole.