Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

  •   Akram Belakaïd
  • jeudi 21 avril 2016 17:22

L'OPEP est victime de la guerre froide entre Riyad et Téhéran

Illustration publiée sur Iran.Fr.

Si l'OPEP devient, comme ce fut le cas de manière brève au milieu des années 1980, un terrain d'affrontement entre Arabie Saoudite et Iran, ses intentions risquent de ne pas être prises au sérieux. Et, du coup, certains membres, dont l'Algérie, peuvent se demander s'ils ont intérêt à rester en son sein.

 

 

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) n'ont pas réussi à trouver un accord pour réduire leur production d'or noir afin de contenir la baisse des cours.

L'objectif n'était pourtant très ambitieux puisqu'il s'agissait de revenir à la production de janvier dernier et de maintenir ce niveau jusqu'à octobre prochain, date de la prochaine réunion de l'organisation.

Plusieurs pays non membres de l'OPEP étaient prêts à s'associer à cette démarche. Parmi eux, la Russie qui n'a pas ménagé ses efforts diplomatiques pour trouver une solution et qui se propose d'ailleurs d'accueillir la réunion de l'automne prochain.

 

Une responsabilité saoudienne

 

A dire vrai, cet échec n'a guère surpris au regard des positions prises par l'Arabie Saoudite et l'Iran au cours des jours qui ont précédé la rencontre de Doha au Qatar. Pour Riyad, la baisse de production doit concerner tous les membres de l'OPEP sans aucune exception. En clair, l'Iran ne saurait y échapper au prétexte de vouloir revenir à son niveau de production d'avant les sanctions (4 millions de barils par jour contre 3,3 millions de barils actuellement).

De son côté, Téhéran ne veut pas en démordre. Pas question de lui demander de réduire ses pompages alors qu'il s'estime en droit de reprendre les parts de marché que les sanctions internationales lui ont fait perdre au cours de ces dernières années.

Si une bonne partie des médias arabes accuse l'Iran d'être responsable de cet échec, il convient de relever que les Saoudiens ne pouvaient ignorer le caractère irrémédiable de cette issue en formulant une exigence de réduction de production pour tous.

Autrement dit, Riyad a fait passer la politique et des considérations de fierté nationale avant l'économie et l'urgence d'inverser la courbe des prix du baril. Cette affaire n'est que le prolongement de la guerre froide et par procuration que se livrent les deux puissances du golfe Arabo-persique.

Jusqu'où ira ce bras de fer ? Nul ne le sait et tout est possible y compris une concurrence par les prix encore plus féroce qu'aujourd'hui.

 

Crédibilité entamée

 

Ce qui est certain, par contre, c'est que la crédibilité de l'OPEP vient de prendre un sérieux coup. Pendant longtemps, le Cartel a vendu plusieurs images de lui-même. L'esprit de responsabilité en est une.

L'Organisation a toujours fait passer le message selon lequel l'un de ses objectifs principaux est d'assurer la permanence de l'approvisionnement. Cela personne ne le conteste. L'autre message concerne l'esprit de cohésion quelles que soient les circonstances et les tensions politiques.

L'OPEP se décrit volontiers comme une entité cohérente, solidaire et capable de bâtir des accords en interne au nom du pragmatisme et de l'intérêt de tous ses membres. C'est cela qui vient d'être sérieusement écorné.

Si l'OPEP devient, comme ce fut le cas de manière brève au milieu des années 1980, un terrain d'affrontement entre Arabie Saoudite et Iran, ses intentions risquent de ne pas être prises au sérieux. Et, du coup, certains membres, dont l'Algérie, peuvent se demander s'ils ont intérêt à rester en son sein.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Les sites touristiques à Gabès demeurent sous exploités

Les opérateurs économiques dans la région espèrent voir le secteur du tourisme à Gabès enregistrer une nette relance et souhaitent que le ministère de tutelle accorde un intérêt particulier au lancement du projet de pôle touristique et environnemental intégré.

Réunion du Comité ministériel de suivi Opep-Non Opep: Des ajustements en vue pour mieux stabiliser les marchés

Les perspectives de l'accord Opep-non Opep sur la réduction de la production de pétrole seront examinées lundi à Saint-Pétersbourg (Russie) par les représentants des pays signataires, dans l'optique à d'éventuels réajustements dans un marché pétrolier mondial encore sous pression.

Algérie- L’Etat subventionne l’eau uniquement à Alger et Tipaza

Alors qu’elle souffre d’un déficit de 45 milliards de dinars dû essentiellement à des créances impayées, l’Etat prive l’Algérienne des Eaux (ADE) des subventions qui lui sont théoriquement imparties.