Rapporter un commentaire

Un peu de bon sens, nous partons de rien ; nous avons bien des ingénieurs en mécanique mais zéro ouvrier qualifié et agents de maitrise en mécanique automobile. Par conséquent je ne vois pas par quel miracle on pourrait du jour au lendemain produire des voitures à 40 % d'intégration dans un domaine aussi rigoureux car il y va de la vie des clients!
Les formations sont en train de se faire, on ne peut pas aller plus vite que la musique et surtout pas nous contenter d'une formation professionnelle au rabais. Ainsi j'ai appris que le programme spatial algérien avait subi du retard parce que des ingénieurs formés en Angleterre avaient préféré rester chez la perfide Albion qui les avaient débauché-embauchés.
Donc, pas de précipitation et laissons les choses se faire naturellement tout en restant les yeux bien ouverts. L'Algérie peut réserver de grandes surprises.