Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 20 Janvier 2018

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, a préconisé jeudi la création d'un Conseil consultatif regroupant l'ensemble des parties concernées par la mise en œuvre du Programme national des énergies renouvelables.
S'exprimant lors d'un panel tenu dans le cadre de la Conférence-exposition sur la transition énergétique, qui se tient du 17 au 19 janvier à Alger, M. Guitouni a avancé que la création d'un tel conseil, regroupant notamment les institutions, les industriels nationaux et étrangers, les chercheurs et les experts, permettrait de "pérenniser la concertation et l'échange" pour la concrétisation du Programme national des énergies renouvelables.
Selon lui, le défi de l'Algérie en matière de transition énergétique consiste à mettre en place une véritable activité économique orientée vers les énergies renouvelables grâce à une industrie locale.
Il a ainsi considéré qu'une alliance entre l'intégration nationale et les énergies renouvelables à grande échelle, à travers un tissu d'entreprises, de PME et de sous-traitants, s'imposait.
Par ailleurs, il a annoncé qu'un avis d'appel d'offre serait prochainement lancé à l'adresse des investisseurs désirant activer sur le marché national des énergies renouvelables.
Pour sa part, le P-dg de la Société de distribution de l'électricité et du gaz (Sonelgaz), Mohamed Arkab, a indiqué que la réalisation de centrales électriques conventionnelles avait permis à son groupe d'acquérir un "important capital d'expérience" qu'il consacre actuellement au développement de ses activités dans le domaine des énergies renouvelables.
Sonelgaz compte actuellement 300 ingénieurs et techniciens spécialisés dans les énergies renouvelables formés dans des instituts supérieurs algériens et étrangers, a-t-il fait savoir, ajoutant que sa société a, d'ores et déjà, mis en place un noyau engineering opérationnel, élaboré des cahiers des charges tout en entretenant une collaboration avec des partenaires étrangers.
Il a également relevé que des expériences de production de l'électricité à partir du solaire, menées par la Sonelgaz dans des régions du sud (Tindouf...) et des hauts plateaux ainsi que du nord du pays, avaient donné "satisfaction".

APS

La directrice de la région du Maghreb arabe, de Malte, du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à la Banque mondiale (BM), Marie Françoise Marie-Nelly, a examiné à Tunis, avec le ministre tunisien du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Zied Laadhari, le programme de la coopération pour les années 2018 et 2019 et les projets qu’il comporte, notamment dans les domaines de l’assainissement, des petites et moyennes entreprises (PME), l’eau et l’irrigation, lit-on dans un communiqué du ministère.
Nelly a mis l’accent, au cours de cette entrevue, sur l’importance du suivi de l’exécution des projets afin de réaliser les résultats escomptés dans le renforcement du développement régional et la création d’opportunités d’emplois, soulignant la volonté de la BM de poursuivre son soutien à la Tunisie dans la réalisation de ses programmes de développement.
Laadhari a, de son côté, exprimé sa satisfaction quant au niveau de coopération existant entre la Tunisie et la BM, mettant en exergue le souci du gouvernement de suivre l’avancement des projets et leur exécution dans les meilleures conditions et délais, vu leur rentabilité économique et sociale.

TAP

La Charte d’investissement, adoptée par le Maroc en juillet 2016, marque “une étape cruciale” dans l’édification d’un modèle économique “compétitif et performant”, a affirmé, jeudi à Casablanca, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie Numérique.
“Ce dispositif novateur, qui s’inscrit dans le cadre de la loi 60-16 et remplace l’ancienne charte de l’investissement adoptée en 1995, renferme des stratégies sectorielles et régionales et dispose d’une vision claire en matière de création d’emploi, a expliqué M. Elalamy.

MAP

L'Iran projette de renforcer son commerce d'électricité avec ses voisins sur ses frontières est, ouest et nord-ouest au cours des cinq prochaines années, a rapporté jeudi le journal Financial Tribune.
L'Iran a notamment lancé plusieurs entreprises à capitaux mixtes dans le but de synchroniser son réseau électrique avec les autres pays de la région, a déclaré selon la presse Zaman Hosseini, vice-directeur de la compagnie Tavanir, chargée de la production et de la distribution d'électricité en Iran.
"Plus nous développerons le commerce de l'électricité avec les Etats de la région, plus vite nous pourrons acquérir un statut de plaque tournante de l'électricité et d'acteur majeur de la production et de l'exportation d'électricité au Moyen-Orient", a-t-il affirmé.
Contrairement à beaucoup de ses voisins, l'Iran n'a pas connu de pannes de courant de grande envergure au cours des dernières années, notamment grâce aux bonnes performances du réseau électrique national, a-t-il souligné.
En dépit d'une forte demande domestique, Tavanir a toujours réussi à fournir aux abonnés l'électricité dont ils avaient besoin, a-t-il ajouté.
Pour ce qui est des exportations annuelles d'électricité, il a souligné que l'Iran exportait trois fois plus qu'il n'importait.
L'Iran est devenu quasi-autonome en matière de construction de centrales électriques au gaz, et les experts iraniens possèdent désormais les compétences nécessaires pour construire des centrales de haute technologie, a-t-il indiqué.
L'Iran exporte de l'électricité vers l'Irak, et en échange avec le Turkménistan, l'Arménie et l'Azerbaïdjan.
En vertu de ces accords d'échange, l'Iran exporte de l'électricité en Arménie et en Azerbaïdjan en hiver, et en importe lorsque sa demande intérieure décolle en été.

Xinhua

Alstom a annoncé jeudi qu'il a procédé à l'expédition du premier des 17 Coradia Polyvalent, un train de Grandes Lignes, commandés le 29 juillet 2016 par la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF).
"Le train sera acheminé vers le port de Savone (Italie) pour embarquer à destination du Port d’Alger (Algérie) où il est attendu vers le 29 janvier 2018", a précisé l'entreprise dans un communiqué parvenu à l'APS, indiquant que les livraisons de ces trains se feront jusqu’en juillet 2018.
Ces trains, conçus et fabriqués sur le site d’Alstom à Reichshoffen (France) desserviront les grandes villes algériennes, a ajouté Alstom. "Nous célébrons aujourd’hui le départ du premier train Coradia vers l’Afrique et nous sommes fiers de livrer ce premier train à la SNTF en Algérie. Grâce à la confiance de notre client et l’engagement de nos équipes, le planning de livraison a été parfaitement respecté et se poursuivra jusqu’en juillet 2018", a déclaré le directeur général d’Alstom en Algérie, Henri Bussery, soulignant qu'avec ce projet, "nous sommes heureux de pouvoir contribuer au développement de la mobilité dans ce pays".
Le Coradia Polyvalent est un train Grandes Lignes bi-mode (diesel et électrique- 25kV) pouvant circuler à une vitesse de 160 km/h. D’une longueur totale de 110 mètres, le train comporte six voitures et offre une capacité de 254 passagers dont 60 en première classe, précise-t-on.
Selon le spécialiste mondial des solutions de transport, le Coradia Polyvalent répond aux besoins de la SNTF et de ses passagers parce qu'il est "adapté" aux conditions climatiques du pays (sable, températures élevées) et dispose d’un système de climatisation "très performant".
Il dispose, a-t-on ajouté, d’un plancher bas facilitant l’accès et le déplacement à bord en particulier pour les personnes à mobilité réduite, indiquant que l’aménagement du train s’inscrit dans les derniers développements engagés par la SNTF et permettent d’offrir un confort de voyage "optimum".
La conception, la fabrication et la validation des 17 trains de ce train ont été assurées par le site d’Alstom à Reichshoffen qui a fait participer pour ce projet cinq autres sites en France: Saint-Ouen pour le design, Le Creusot pour les bougies, Ornans pour les moteurs et alternateurs, Tarbes pour les chaînes de traction et Villeurbanne pour l’informatique embarquée et l’information voyageurs.
D'après l'entreprise, les trains de la gamme Coradia bénéficient de 30 ans d’expérience, avec plus de 4 milliards de kilomètres parcourus par 3000 trains.
En juillet 2015, rappelle-t-on, la SNTF avait commandé à Alstom 17 trains Coradia Polyvalent dans le cadre d’un projet de modernisation et d’extension du réseau mené par la société algérienne.
Ces trains relieront, entre autres, Alger aux villes d’Oran, Annaba, Constantine et Bechar au courant du premier trimestre de 2018, avait-on annoncé.

APS

L’état d’avancement du plan d’action mis en place par la Tunisie pour améliorer son classement dans le rapport "Doing Businees" a été examiné, jeudi, entre le ministre de développement, de l’investissement et de la Coopération internationale, Zied Laadhari, et une délégation représentant la Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale et auteur de ce rapport.
Dans un communiqué, le ministère de Développement, indique que le déclin que la Tunisie a enregistré dans plusieurs classements, après 2010, en raison de la transition, a incité le gouvernement à étudier les mécanismes à même d’améliorer cette situation, et ce en communiquant avec les auteurs des classements et en élaborant un plan d’amélioration des différentes notations.
Laadhari a passé en revue les procédures de simplification des opérations d’investissement à court et moyen terme mettant l’accent sur la nécessité d’assurer un suivi attentif de toutes les administrations concernées pour améliorer les indicateurs aussi bien au niveau juridique que procédural.
De leur coté, les représentants de la SFI ont exprimé, d’après le communiqué, leur engagement à poursuivre la coordination avec les administrations et les structures tunisiennes concernées pour améliorer progressivement les différents indicateurs à court et moyen terme et, partant, améliorer le classement du pays dans les prochains rapports.

TAP

La ville de Milan (nord de l’Italie) a annoncé le lancement du projet de coopération MENTOR, destiné à accompagner les jeunes marocains pour réaliser leurs projets, tout en améliorant l’accès aux voies de la migration légale.
L’initiative, baptisée “Mediterranean Network for Training Orientation to regular migration”, permet de profiter d’une expérience de mobilité temporaire en Italie pour 10 jeunes, filles et garçons, des provinces de Beni Mellal, Khouribga et Fqih Ben Saleh, âgés de 20 à 30 ans.

MAP

La Chambre des représentants américaine a voté jeudi en faveur d'une proposition de loi visant à prolonger le financement du gouvernement fédéral jusqu'au 16 février, premier pas visant à éviter une paralysie de l'administration fédérale vendredi à minuit qui doit maintenant être confirmé par le Sénat.
La mesure a été adoptée par la Chambre par 230 voix contre 197. Le texte a été transmis au Sénat, qui doit se prononcer avant l'échéance de vendredi minuit.
Mais cette étape risque de s'avérer délicate étant donné l'opposition exprimée par des sénateurs, aussi bien démocrates que républicains, au texte voté par la Chambre.
"Le contenu (de ce texte) est bipartisan. Elle ne contient aucune disposition susceptible de déplaire à mes amis démocrates", a déclaré Mitch McConnell, chef de file de la majorité républicaine au Sénat en référence à la loi promulguée par la Chambre.
Il a ajouté que les démocrates avaient pour objectif de "prendre tout le pays en otage" en exigeant que soit tout de suite résolu un "problème non-imminent" lié à l'immigration.
Les démocrates ont en effet annoncé vouloir trouver un accord sur l'immigration sous peine de ne pas voter pour la loi de financement proposée au Sénat par les républicains afin d'éviter un blocage de l'administration.
En septembre, l'administration Trump a annoncé l'abrogation du programme Daca (Deferred Action for Childhood Arrivals), qui protège des jeunes migrants clandestins, une suppression qui est cependant à ce stade bloquée par la décision du juge de district de San Francisco.
Grâce au programme Daca, instauré par Barack Obama en 2012, près de 700.000 jeunes gens, connus sous le nom de "Dreamers", entrés illégalement sur le territoire américain avec leurs parents, sont protégés contre toute expulsion des Etats-Unis et autorisés à travailler légalement.
Etant donné les incertitudes entourant le sort du texte relatif à la poursuite du financement de l'Etat fédéral au Sénat, il a été ordonné à certaines agences de se préparer à des fermetures partielles ("shutdown") à travers le pays à partir de samedi.
Chuck Schumer, qui dirige la minorité démocrate au Sénat, a en effet déclaré que la loi votée par la Chambre "devrait très vraisemblablement être considéré comme inacceptable par le Sénat".

Reuters

Le ministère du Commerce a affirmé jeudi dans un communiqué, qu’il n’a jamais été question de suspendre l’importation de la pièce de rechange, "indispensable" pour la maintenance du parc automobile roulant.
Selon la même source, l’encadrement des importations récemment établi, concerne "uniquement" les kits de montage destinés à la construction des véhicules automobiles, pour lesquels, seuls les constructeurs automobiles, dûment agréés par le ministère de l’Industrie et des Mines, sont autorisés à effectuer les opérations d’importation.

APS

Le Président directeur général de l’Office de l’aviation civile et des aéroports (OACA) Kamel Miled a souligné, jeudi, au Bardo, que la détérioration du niveau des services de TUNISAIR et le retard répétitif des voyages sont dus à l’obsolescence de sa flotte.
La moyenne de la durée de vie des avions de Tunisair est de 16 ans, contre une moyenne ne dépassant pas 9 ou 10 ans dans d’autres compagnies, ce qui assure des conditions favorables au voyage et garantit la compétitivité de la compagnie.
Miled a précisé, lors d’une séance, tenue par la commission de l’Agriculture, du commerce et des services y afférents à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) pour adopter trois projets de loi relatifs au transport aérien et terrestre, que l’opération de renouvellement de la flotte qui compte actuellement 28 avions exige beaucoup de temps, soulignant que les délais de réception de n’importe quel avion s’élève en moyenne à trois ans.
Il a imputé la régression de la qualité des services du transporteur national aux difficultés financières de la compagnie, notamment après la baisse du trafic aérien de près de 30% depuis la révolution, ajoutant que la politique commerciale de la compagnie ne favorise pas la souplesse ainsi que l’offre de promotions (prix très bas), à l’instar des compagnies internationales.
Le responsable a réfuté les propos tenus sur l’intention de céder la compagnie TUNISAIR, faisant savoir que le ministère œuvre à parachever l’exécution du programme de restructuration de TUNISAIR à l’horizon de 2020.
Ce programme, a-t-il dit, est axé sur la mise en place d’une bonne gouvernance, une souplesse dans la gestion de la compagnie, une pression sur ses coûts et une politique commerciale différente, ainsi qu’une modernisation de sa flotte.
Il a relevé que ce programme de restructuration œuvre, également, à développer le sentiment d’appartenance chez les fonctionnaires et les ressources humaines aux fins de changer les mentalités et pratiques et préserver la pérennité et la compétitivité du transporteur national.
Miled a qualifié le phénomène du vol des bagages à l’aéroport de Tunis Carthage de honte, assurant que le ministère veille à appliquer la loi, à poursuivre les voleurs, et à traiter avec fermeté et rigueur ce phénomène qui s’est aggravé depuis 2012, soulignant une baisse de 70% de ce phénomène.
Il a fait remarquer que l’adoption du projet de loi régissant l’adhésion de la Tunisie à la Convention pour l’unification de certaines règles relatives au transport aérien international, (convention de Montréal) permettra de renforcer et d’améliorer l’image de la Tunisie à l’étranger car elle détermine la responsabilité du transporteur aérien envers sa clientèle.
Les membres de la commission ont adopté à la fin de la séance trois projets de loi relatifs respectivement à l’adhésion de la Tunisie à la Convention pour l’unification de certaines règles relatives au transport aérien international, à l’accord signé le 9 février 2017 entre la Tunisie et l’Italie, dans le domaine du transport international routier des marchandises (TIR) et du transport des personnes et l’adoption de l’adhésion de la République tunisienne au protocole d’ajustement de l’accord européen portant sur le transport international des marchandises dangereuses par route (ADR).

TAP

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le chiffre d’affaires de Trust assurances a crû de 12% en 2017

Pour l’automobile qui reste une branche d’appel pour d’autres produits, la compagnie fait une bonne progression dans ce segment, selon le directeur général.

Algérie :Ouyahia et Yousfi recoivent les responsables des groupes SEAT et Sovac

La vente des premières SEAT IBIZA qui a commencé il y a quelques jours a vu un grand engouement de la part des Algériens au niveau des showroom des concessionnaires.

CPP : De quoi la maltraitance de Ouyahia par Bouteflika est-elle le nom ?

Le CPP de RadioM n’a pas boudé les thèmes forts de la semaine politique. Surprise, il a été beaucoup question du DRS.