Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 26 Avril 2018

  •   Xinhua
  • lundi 9 avril 2018 12:06

Mauritanie: l'opposition en quête d'une stratégie pour la présidentielle de 2019

 

La question pour les partis est plutôt de savoir s'il faut aller à la présidentielle en ordre dispersé ou en présentant une candidature unique.

 

Des concertations sont engagées depuis bientôt un mois au sein des partis de l'opposition politique radicale en Mauritanie pour trouver la meilleure stratégie pour aller à l'élection présidentielle prévue en 2019.

Le Rassemblement des Forces démocratiques (RFD) et le Forum national pour la démocratie et l'unité (FNDU), regroupant une dizaine de partis politiques en plus de syndicats et de personnalités indépendantes, entendent rompre avec la logique du boycott comme par le passé.

La question pour les partis est plutôt de savoir s'il faut aller à la présidentielle en ordre dispersé ou en présentant une candidature unique. Cette question constitue la principale difficulté que doivent trancher les différentes composantes de l'opposition dont les positions demeurent difficilement conciliables.

Du côté des islamistes modérés du parti "Tawassoul", actuellement représentés au parlement, la participation à toute échéance électorale a toujours été un choix stratégique.  Les autres partis d'opposition radicale peu ou pas représentés au parlement ont, par le passé, penché en faveur du boycott "actif" de toutes élections depuis 2008. Une position qui était à l'origine de la crise politique que connait le pays depuis une décennie.

Mais, cette fois, comme le pense Mohamed Ould Mouloud, président en exercice du FNDU, "l'enjeu est important, car il s'agit d'unir toutes les synergies pour empêcher que les militaires ou leur candidat puissent revenir au pouvoir".

Le chef de l'Etat actuel, Mohamed Ould Abdel Aziz, dont le second et dernier mandat doit expirer en 2019, ne sera pas candidat à sa propre succession, comme il l'a annoncé lui-même à plusieurs reprises et comme le stipule la constitution. 

Cependant, selon Ould Mouloud, le parti au pouvoir du président (UPR, Union pour la République) mène une campagne d'adhésion avec un processus de collecte de pièces d'identité. "Le parti au pouvoir fait clairement usage de corruption et de manipulation des pièces d'identité et exploite les ressources et fonctionnaires de l'Etat dans sa campagne. Et cela n'est pas un signe positif quant à un bon déroulement de la prochaine élection", a-t-il déclaré vendredi au cours d'une conférence de presse.

L'avis de l'opposition reste marqué par la réserve qu'elle porte déjà sur la mise en place d'une commission électorale nationale indépendante, dans les prochains jours. Pour le FNDU, cette commission doit être paritaire et la désignation de ses membres doit être effectuée en toute transparence. L'opposition soupçonne le pouvoir d'opter pour une logique unilatérale en vue de "faire main basse sur les prochaines élections".

Les observateurs s'attendent à voir se multiplier dans les prochains mois les activités de l'opposition en vue tracer les principales lignes d'une entente stratégique sur les voies et moyens à mettre en place pour faire face à cette étape décisive de la vie politique du pays.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie-Pétrole: Mékidèche appelle à la prudence face à la hausse des prix et à la poursuite des réformes

    Selon l’expert, « les variations actuelles à la hausse que l’on observe obéissent aux éléments de conjoncture, y compris géopolitiques. Pour le temps long, il faudra revenir aux fondamentaux de l’économie mondiale ».

France: Vincent Bolloré mis en examen, annonce son groupe

  Vincent Bolloré a été mis en examen mercredi, sans contrôle judiciaire, dans l’enquête sur l’obtention de concessions en Afrique, a annoncé son groupe dans un communiqué.

Un vaccin indisponible dans un centre médical d’Alger, à quelques kilomètres du point d’approvisionnement

  Le ministre de la Santé a déclaré, lors de son passage devant le Conseil de la nation, que l’épidémie de rougeole qui a frappé le sud du pays était due « au refus des parents de vacciner leurs enfants ».