Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Karim Sabeur
  • samedi 20 janvier 2018 16:20

Algérie : Ouyahia répond aux critiques de Chakib Khelil

L’ex-ministre de l’Energie a critiqué, entre autres, le recours au financement non conventionnel, qu’il considère comme générateur d’inflation. 

 

 Ahmed Ouyahia, le Premier-ministre, a commenté samedi  les récentes prises de position de Chakib Khelil sur l’état de l’économie de l’Algérie. Lors d’une conférence de presse, une question lui a été posée sur l’intervention de l’ancien ministre de l’Energie.

Ce dernier ayant critiqué la politique d’Ahmed Ouyahia mettant en doute la capacité du gouvernement à proposer une stratégie de sortie de crise. Ouyahia commence par dire qu’il n’a pas l’intention de répondre aux commentaires de 40 millions d’Algériens, considérant Chakib Khelil comme un citoyen parmi d’autres. Il lu demande d’assumer ses propos le rendant seul responsable de ce qu’il dit.

Néanmoins, Ouyhia pense que l’ancien ministre manque de reconnaissance à l’égard de celui qui l’avait défendu. Chakib Khelil ayant fait l’objet de graves accusations de corruption dans les scandales Sonatrach 1 et 2, Ouyahia était monté au créneau pour souligner son intégrité allant même jusqu’à dire que la justice était instrumentalisé dans ce dossier.

« Je l’ai défendu comme personne d’autre ne l’a fait », a souligné Ahmed Ouyahia visiblement déçu par cette sortie inattendue d’un ancien ministre qui plus est, un proche du président.

Le Premier ministre avait déjà dit qu’il n’avait pas de craintes sur l’état des finances de l’Algérie comme le prouve, a-t-il dit, la balance des paiements. C’était lors de la tripartite de décembre dernier.

« Le bond qualitatif est que nous nous rencontrions au siège de l’UGTA et que nous discutions du partenariat entre les secteurs économiques public, privé et mixte sans aucun complexe. C’est une avancée importante et une réponse à certains discours politiques qui, malgré tous notre respect, veulent la stagnation de l’économie algérienne et que celle-ci subisse le même sort que le Titanic par temps d’orage », avait  déclaré le Premier ministre.

C’était une réponse implicite à l’adresse de l’ancien ministre de l’Énergie. Chakib Khelil avait prévenu  contre la «fonte» plus vite que prévu des réserves de change et considérait la stratégie du gouvernement pour réduire le déficit comme inadaptée à la situation que traverse le pays. L’ex-ministre de l’Energie a aussi critiqué le recours au financement non conventionnel, qu’il considère comme générateur d’inflation. 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Non , il n'a pas repondu à CHAKIB Khellil; Il a repondu au journaliste; La difference est de taille!
    Le journalisme a aussi ses regles

    Rapporter ALEELOO lundi 22 janvier 2018 20:22
  • Faut croire que l'oligarque d''Ahmed OUYAHIA s'attendait à un renvoi de s'ascenseur de la part du voleur de CHAKIB KHALIL

    Faut croire qu'Ahmed OUYAHIA est un naïf en politique

    Vive la crise qui les emportera en enfer et vivement demain avec son lot de lendemains qui chantent et enchanyent

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Monétique Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées

    Rapporter GUENZET SOFIANE dimanche 21 janvier 2018 13:30
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".

Condor annonce sa participation pour la troisième année consécutive au MWC 2018

Condor fera découvrir aux visiteurs du Mobile World Congress de Barcelone son nouveau Smartphone Allure M2.  

Bouteflika prêche une "conduite patriotique économique offensive, loin du protectionnisme stérilisant"

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé samedi à une "conduite patriotique économique offensive" en vue de moderniser l'industrie locale et conforter les entreprises publiques et privées.